C'est dans la poche !

par Schmitto

Yo, la semaine dernière je vous racontais mon projet de narrer la vie d'une de mes vans à la première personne, ben là, je viens de me souvenir d'un autre délire; la story de mes poches. Direct, dis toi bien, qu'elles ont la belle vie mes poches ! Franchement, quand je pense à tous ces numbers de bonnasses qui sont passés par là ! Le bad, c'est que la plupart de ces ptis papiers se st transformés en pailles, en filtres, en cure-nez, ouais ouais, c'est comme pour les dents mais pour le nez, ou ont tout simplement été perdu, ou impossible à déchiffrer. C'était dans la poche, mais j'ai souvent tout fait foirer; ca doit mon côté schmitto la loose.

A certaines périodes de ma jeune vie, dans mes poches c'était un putain de supermarché de la drogue, mais là encore, c'était surtout du transit, juste le temps d'un dépannage ou d'une prise. Comme disait toujours mon pote momo, de ta poche a ton nez, il n'y a qu'un trait.

Qui dit drogues dit money, et parfois elles étaient bien blindées mes poches. Mais ca aussi, ca n'a jamais duré plus du temps d'une soirée ! Tes poches loaded, c'est quand tu les fait vivre la nuit, mais le jour venu, tu passes de la poche de richesse à la poche de pauvreté. Vlà le syndrome de la poche vide, sans meme une seule piece de monnaie au fond. Wai wai, c'est une forme de liberté... mais faut savoir gérer. Jamais de ticket to ride, ou de carte d'identité, comme ca tu me diras, c'est plus facile d'etre crédible quand tu te fais attraper par les cerbères de la ratp. Parole de snaker. Mais regardez monsieur, quand je vous dis que mes poches st vide ! Démonstration. Et la tu les retournes à la facon des bad boys dans les séries télé.

Avec le recul, j'ai l'impression que mes poches avaient une conscience et ont toujours voulu me faire payer mes excès : par la perte de mes clés, ou la casse de mon portable; ma psy adorait quand je lui racontais ce genre de perte !

Encore aujourd'hui mes poches vivent largement au dessus de mes moyens, c'est tellement plus facile pour elles que pour moi d'être cool nivo tunes, de donner sans jamais calculer, d'être généreuse en toute situation. Parfois je les envie, elles sont libres mes poches, elles vivent sans se soucier de demain ou de scotcher sur le passé, elles s'accommodent de ce que je leur donne. Ce qui a souvent donné; plus rien en poche mais grave dans la gueule.

Bon, au dela de leur fonction de mini sac, les poches, sur un dance floor, c'est une béquille social dix fois plus indispensable que la clope ou meme la coke. Vlà un putain de déambulateur pour tes mains. Tu les plantes dans celles de derrières quand tu kiffes, devant quand tu bad. Une sorte de refuge, un monde utérin reconstitué. J'ai toujours tripé sur la poche des kangourous, d'où peut être ce kiff extreme que j'ai pour les sweats capuche et leurs poches centrale. Ma schmittacapuche side, quoi.

De nos jours, avec cette vague du slim, ya plus de vie pour la poche ma frère ! Mais mate moi ces new boyz en hyper skinny qui n'ont meme pas la place pour un briquet. L'époque est dur pour la poche; je me souviens meme avoir entendu un rédacteur mode de chez libé claquer en conf de redac qu'il était prêt a ne pas manger pendant trois jours pour pouvoir rentrer dans cet adorable jean slim. Trop dur !

Et vlà pas le bad à la vue de ces jeans moulés sur bonnasses, les diesel and cie m'ont toujours inspirés un track de house bien dégueulasse, un truc à la Guetta cheesy-dégoulinant au possible faisant : "let me be your pocket, like that i can touch u there, and there, and there".

Cathiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie !!!!!!!!!! je crois bien que David a besoin de toi pour le clip !