Rayon frais

Sport

par @FrancoisChe

13 points en 35 secondes ! L'exploit surhumain de T-Mac face aux Spurs

13 points en 35 secondes ! L'exploit surhumain de T-Mac face aux Spurs

C'est officiel depuis le 1er avril : Tracy Mc Grady va être intronisé au Hall of Fame, dans la promotion 2017. L'occasion de se souvenir de l'épisode le plus incroyable de sa carrière lorsque l'arrière des Rockets martyrisa les Spurs, le 9 décembre 2004. De quoi donner la nausée à Gregg Popovich.

Sept sélections au All-Star Game, double meilleur marqueur, membre de la All-NBA 1st Team à deux reprises, Most Improved Player (MIP) en 2001. Avec ce palmarès imposant mais vierge de titre collectif, Tracy Mc Grady mérite-t-il d'être intronisé au Hall of Fame ? Le débat est ouvert. Le cousin de Vince Carter n'a jamais remporté la moindre bague de champion et il faut se souvenir de son incapacité chronique à franchir le 1er tour des Playoffs quand il était le franchise player du Magic puis des Rockets. Pour autant, T-Mac a marqué son époque, c'est une évidence, avec son shoot en suspension incontrable, ses dunks en haute altitude et sa capacité à scorer dans toutes les positions.

Remontada

Au moment de se souvenir de ce formidable attaquant, faussement nonchalant, dont la carrière fut amputée de quelques belles saisons à cause de blessures récurrentes, un match fou revient inévitablement à l'esprit. Ce soir de décembre 2004, Mc Grady a perdu tout sens commun, pour reprendre une expression chère à David Cozette. A Houston, les Rockets accueillent les Spurs au Toyota Center. Il reste moins de 40 secondes à jouer et le match semble plier, à moins d'un improbable scénario à la Barça/PSG. Une rencontre de pure routine largement dominée par le San Antonio de coach Popovich. Dans une salle déjà à moitié vide, les Spurs mènent de 8 points et filent vers la victoire, leur huitième d'affilée face aux Rockets.

Superman is in the building

C'est le moment choisi par Tracy Mc Grady, passablement agacé par sa piètre performance du soir, pour enfiler son costume de Superman. Bonne idée : il va amorcer l'un des plus incroyables comebacks de l'histoire de la NBA. L'avance des Spurs va fondre comme neige au soleil. Le numéro 1 des Rockets va littéralement écrabouiller les Spurs à lui tout seul avec une série irréelle de 4 tirs primés (dont un bonifié sur la tronche de Tim Duncan) extrêmement périlleux, parfois dégainés 1 mètre derrière la ligne. Vous avez bien lu : 13 points consécutifs à 100% de réussite alignés en 35 secondes, malgré Bruce Bowen, l'un des top défenseurs de la ligue à l'époque, collé à ses baskets. Le dernier shoot, celui de la gagne à moins de 2 secondes du buzzer, est sans doute le plus difficile.
Après une perte de balle de Brown parti s'embourber en ligne de fond, le longiligne All-Star subtilise la gonfle, remonte tout le terrain pour armer en léger déséquilibre, avec une prise d'appuis aléatoire. La superstar semble rester une heure en l'air. Rien à faire, le futur hall of Famer est dans un de ces soirs où le cercle semble immense. Filoche ! Le Toyota Center chavire. Au lendemain de cette soirée héroïque, on se frotte les yeux. Il faut revoir cette séquence plusieurs fois pour tenter de comprendre ce qui s'est passé ce soir-là. 13 ans après, une chose est sûre, les Spurs n'ont toujours pas compris. Mais nul doute que cette séquence folle a pesé dans la discussion au moment d'inclure T-Mac dans la promotion 2017 du Hall of Fame.

Texte par François Chevalier