Revues

Beat Assaillant : Un Americain à Paris

On attendait avec impatience le retour du BA tant Hard Twelve, constituait l’un des disques majeurs de la fin de l’année 2004. Révélé en France par Radio Nova, qui fut la première radio à jouer ses morceaux, le MC “ from ATL” s’est imposé grâce à la dextérité de son flow et à son insolente musicalité. Imperial Pressure, son dernier opus, a été composé sur la route, là ou le groupe qui l’entoure puise l’essentiel de son énergie Live. Le résultat : un disque fédérateur qui brise les frontières entre Hip Hop, Soul et Jazz. Si l’américain est si efficace sur le sol français, c’est aussi parce qu’il a décidé d’y poser ses valises. Mal gré un bref retour par la case Atlanta courant 2004, BA a élu domicile à Paris depuis 2001, ou il se sent comme un poisson dans l’eau. Son adaptation s’avère d’autant plus aisée que ce grand amateur de resto bio s’exprime dans un français impeccable.

Street Tease : Ta première visite en France ?
Beat Assaillant : En 2001, je savais que j’allais resté quelques mois, 6 mois maximum. Je suis venu pour un anniversaire de mariage (sic). C’est ma mère qui a insisté, c’était la première fois que je voyageais en dehors des Etats-Unis. Les premiers jours, j’étais dans la rue tout le temps. Je me suis senti à l’aise tout de suite.
Après Hard Twelve, tu es reparti vivre à Atlanta, un temps...
J’ai déménagé mon appartement pour retourner à Atlanta après Hard Twelve.
Je me suis rendu compte qu’il était difficile de gérer le groupe tout en ayant le label à Paris. J’ai monté un autre groupe aux USA. On avait à du mal à caler les répètes. Finalement, je suis rentré en France peu avant la sortie du premier maxi.
Pourtant, l’album n’a pas tout de suite fonctionné, en France ?
Hard Twelve était dans la boîte, mixé et masterisé depuis janvier 2004 et on a sorti le premier maxi vinyle vers juin de la même année. A partir de la rentrée de septembre, Radio Nova a commencé à jouer le morceau, mais c’était déjà 6 mois après tout le monde (USA, Japon, UK). Ma première date avec le groupe complet (10 musiciens), c’était aux Nuits Zébrées et ça s’est très bien passé.
Comment se sont déroulés les enregistrements pour Imperial Pressure ?
On avait intégré des nouveaux morceaux durant la tournée Hard Twelve. Tous les morceaux d’Imperial Pressure ont été joué au moins une fois sur scène.
On a commencé à enregistrer le disque en juillet 2006 mais le résultat ne nous plaisait pas. A partir de janvier 2007, on a refait des enregistrements dans mon appartement, la cabine c’était mon placard (rires). J’ai kiffé de le faire en partie à la maison.

"Des amis Américains m’ont conseillé de venir chiller à Chatelet"

Pourquoi ce titre, Imperial Pressure ?
Il y a 10 façons de l’interpréter mais dans le climat actuel, personne ne peut échapper à la pression exercée par la Société. Je voudrai que ce disque représente un exutoire pour les gens et qu’ils puissent juste penser à autre chose en l’écoutant.
C’est un album fait sur la route pour tous les gens qui sont venus nous voir dans les festivals d’été. L’idée était de cibler les gens qui sont venus au Live.
Pfel de C2C et Beat Torrent, qui est également ton colocataire, a rejoins ton groupe, quand a eu lieu la rencontre ?
On a joué à Nantes, avec Hocus Pocus et C2C, on s’est revue plusieurs fois sur la route. On avait tous les deux envie de faire quelque chose ensemble.
Quels sont tes souhaits pour ce nouvel album ?
Juste qu’on fasse une belle tournée qui est déjà pas mal commencé. Je souhaite que mon entourage puisse écouter le disque. Je veux juste que les gens aient le choix d ‘écouter ce disque, après t’aimes ou t’aimes pas.
Quels sont les disques que tu as le plus écouté durant la préparation de ton nouvel opus ?
Les 2 albums qui m’ont touché le plus sont les disques de Omar et Mark Ronson.
Quel est le sentiment pour un américain qui débarque à Chatelet et découvre les petits français reprendre les codes vestimentaires US ?
Mais c’est la même chose lorsque Jay-Z ou Big Boi portent du Lacoste. J’ai été conseillé par des amis américains de venir chiller dans ce quartier, il y a pas mal de bons shop de basket.
Quelle ville préfères-tu, entre Atlanta et Paris ?
Tu peux pas comparer les deux villes. Atlanta est un truc énorme, il y a un downtown très urbain mais tout autour Il y a de l’espace, il te faut une voiture pour te déplacer.
Chez moi, Il n’y a que deux lignes de métro, Nord-Sud et Est-Ouest, donc tu prends pas le métro... A Atlanta, tu représentes ton coin, nous avons notre style, notre façon de vivre, nos stars du rap...

Auteur : @FrancoisChe
Photos : Mpy Was Here

myspace.com/hardtwelve