<![CDATA[Street Tease]]> fr-fr <![CDATA[Street Tease]]> <![CDATA[FRAIS / Les 5 Tumblr qu'il fallait voir en 2014]]> On solde les comptes avec notre sélection des meilleurs Tumblr de l'année.

Misha Taylor

Misha Taylor est un photographe originaire de Cape Town. Pour son travail, le sud-africain partage son temps entre Paris, sa ville d'adoption, Los Angeles et New York... Lire la suite.

Thomas Savary alias Souslesdropics

Thomas Savary, alias DRO pour les intimes, est directeur artistique. Ses domaines de prédilection ? La réalisation, la photographie et le graphic design... Lire la suite.

Artem Proot

Quand on voit la gueule de son papier peint et de son pseudo, on se dit que le garçon a bien fait d'opter pour le dessin plutôt que la tapisserie ou les cours de Français. Mais Artem Proot a une bonne excuse : il habite à Kiev dans l'un des pays les moins accueillants du monde à l'heure actuelle... Lire la suite.

Pics after Pics

Une passion commune pour les tees signés Fuct, un amour pour les petits déjeuners plus longs à préparer qu'à dégommer, et une grosse tendance à photographier n'importe quelle ride anodine pour en faire un souvenir en 72dpi sont autant de bons points pour déclarer facilement que Pics After Pics est un gars sûr... Lire la suite.

Fédération Française de Basket-ball Américain

Quel gamin ne s'est-il jamais amusé à franciser les franchises de sport américain ? Juste pour se rendre compte à quel point certains noms paraissent ridicules une fois transposés dans la langue de Molière... C'est ce que vient de réaliser le graphiste Mo Fo, allant jusqu'à dédier un Tumblr à la discipline... Lire la suite.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Kobe Bryant The Collector Book]]> Parce qu'après tout, à défaut de surpasser son mentor, Kobe restera à jamais la meilleure imitation de Michael Jordan à avoir foulé un terrain de basket. Ça méritait bien un livre.

Le lien pour acheter le bouquin

]]>
<![CDATA[FRAIS / Rock, Électro, Rap : Nos 10 clips préférés en 2014]]> On se rapproche du réveillon et c'est l'heure de faire le bilan de l'année. Quels sont les clips qui nous ont marqué en 2014 ? Voici notre top vidéo. Et n'ayez crainte, il ne ressemble à aucun autre.

SUR LE MÊME THÈME : Nos 10 clips préférés en 2013

Ichon - Blue

A lire aussi : Ichon nous parle pulsions et cycles

Lino - 12ème lettre

A lire aussi : Lino, le retour d'un patron du rap français

Butter Bullets - Hugo

A lire aussi : Butter Bullets a rencontré Hugo dans la feed line de Tumblr

Mr Oizo - HAM

Schoolboy Q - Man Of The Year

Concorde - Sons

A lire aussi : “Sons”, le clip de Concorde feat. Jonny Negron

Laurent Garnier - Revenge of the Lol Cat

A lire aussi : Laurent Garnier fait un stop chez Musique Large

Shamir - On The Regular

Busta Flex - Soldat (4mypeople Remix) feat. Zoxea, Kool Shen, Lord Kossity

Metronomy - Love Letters

A lire aussi : Les meilleurs clips de Michel Gondry

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Aaron Draplin dessine un logo en 15 minutes]]> Dans cette vidéo un peu old mais cool, le designer Aaron Draplin, fondateur de Field Notes, explique comment créer un logo en un quart d'heure. Du sketchbook à la palette graphique, il n'y a qu'un pas.

Via High Snobiety

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Laurent Bouneau, programmateur chez Skyrock]]> Il fait la pluie et le beau temps chez Skyrock depuis deux décennies, en décidant quels sont les artistes qui méritent d'être diffusés sur la fréquence autoproclamée « première sur le rap ». Un slogan un tantinet désuet quand on jette une oreille sur la playlist hyper commerciale de Skyrock.
Actuellement en promo pour son livre sur les coulisses de l'industrie du rap français, StreetPress a rencontré Laurent Bouneau, dans son bureau rempli de disque d'or.

Lire l'entretien

Via StreetPress

]]>
<![CDATA[BLOGS / Take Away : le blog des cuisines de rue / Korrigans]]>


Le Breton ne cesse jamais de représenter. Et il se prête à toutes les facéties pour atteindre son objectif : drapeau en festival, fabrication de sodas, groupe de rap... La dernière idée en date ? Une crêperie mobile !

A côté du Camion qui Fume, difficile d'exister sur le parvis du cinéma MK2, ce nouveau « paradis » du food truck à Paris. Mais quand la foule est compacte, mieux vaux activer un plan B. Entre le Sunken Chip et Senor Boca, un petit nouveau a fait son apparition : le Korrigans, inspiré du nom d'un lutin légendaire made in Breizh (sic).

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[REVUES / Mehdi Tahmi, collectionneur - “Je possède plus de 1000 matchs de basket en VHS”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / New Mix (Deep Deep Dont Stop) Gerz X Wrung]]> Nouveau mix en free DL pour le Wrung Sounds !
Pochette par le gars Mpy Was Here



]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Pour un Domac]]> La vraie bonne idée du jour : un guide gastronomique qui propose « une sélection de restaurants parisiens où l'on mange pour le prix d'un fast food. »

Plus d'infos sur le bouquin ici

]]>
<![CDATA[BLOGS / Take Away : le blog des cuisines de rue / La Grande Ourse]]>


Le premier foodtruck limougeaud est l'oeuvre de Baptiste Dumas, un jeune chef nomade aux idées longues.

Un camion ambulant à Limoges ? On vous voit venir avec vos sourires moqueurs. Cette ville que le commun des mortels a du mal à situer sur une carte... Ravalez vos préjugés. Il y a des gens qui se bougent à « basket city ». Baptiste Dumas est de ceux-là.

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Nike inspiré par Ronnie Fieg ?]]> Le swoosh s'est-il inspiré du colorway de Ronnie Fieg sur la Gel Lyte V « Mint » pour le traitement de sa nouvelle Air Trainer 2 PRM ? Hommage ou pompage ? On vous laisse en débattre entre spécialistes dans les commentaires de ce post.
(Merci Mathieu M. pour le signalement)

A LIRE AUSSI : Ronnie Fieg, le boss du sneaker game en 20 paires essentielles

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Lille construit sa “Maison du hip-hop”]]> La ville de Lille vient d'inaugurer sa « Maison du hip-hop » sur les ruines d'un squat historique. Enjeux politiques et culturels s'entrechoquent... Du coup, le projet ne fait pas l'unanimité, y compris chez les puristes de la discipline. StreetPress est allé enquêter sur le terrain pour en savoir plus.

Lire le papier sur le site de StreetPress

Via StreetPress

]]>
<![CDATA[FRAIS / Mixtape : Uncle T est “Frenchie but Groovy” pour le Wrungsounds]]> Texaco aka Uncle T signe un nouveau mix pour le Wrungsounds.
Celui qui signait pour nous son top 10 des lignes emblématiques Ralph Lauren change de casquette le temps d'un voyage dans le temps direction le groove çais-fra.

Si je vous dis, "9 7 bébé 9 7 heinnnn 9 7 bébé" ? Vous répondez "point 8". C'était effectivement le lancement d'Ado, et on était pas bien vieux. On se rappelle encore qu'un seul skeud tournait sur leurs ondes la nuit - un mix de Cut Killer (Hip-Hop Soul Party) - qu'on enregistrait sur K7 aux encoches scotchées au préalable pour être ré-encodables.

Rappelez vous, on était moins sages à l'époque, on vivait les paroles, "les lois du coeur" pour les meufs, "trouve moi un job, juste un job" pour les gars. Afrodiziac.

NB: Eloignez vos meufs qui vont s'égosiller à en perdre haleine, le mix que voici reprend les tracks des reines d'antan : K-reen, Nubians, Native, China ou encore Wallen, des prods de Cassius, de Cut ou de Cutee B, le tout en mode r'n'b chill out x memories.

Cover par Mpy Was Here

]]>
<![CDATA[REVUES / Fred Musa - « Avec Tabata Cash, j'avais le rôle de Difool »]]> Planète Rap sur Skyrock. Rencontre avec cet accroc du micro devenu un défenseur du rap hexagonal. Aujourd'hui en place, l'animateur revient également sur ses débuts à la radio, sa rencontre avec Tabata Cash et ses plantages.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[FRAIS / Littérature : Faut-il acheter le bouquin des mecs de Jooks ?]]> Ce livre va se retrouver au pied d'un paquet de sapins à la fin du mois. Et pour cause, en deux ans, Jooks s'est imposé comme l'un des sites préférés des mecs qui ont du temps à tuer sur Internet. Une usine à clics qui revendique 2 millions de visiteurs par mois. La formule ? Des sujets racoleurs, souvent drôles, dont la viralité exponentielle se chiffre en milliers de partages sur les réseaux sociaux.
Au moment où le site se décline en version papier, nous avons rencontré Fabien Prade, cofondateur qui a accepté de témoigner à visage découvert.

On va partir du début, peux-tu me raconter l'histoire de Jooks ?
Fabien Prade : Le site a été crée il y a deux ans, par mon cousin - Nicolas Reynaud - et moi-même. Mon job consiste à écrire les papiers. Lui s'occupe du business. On voulait faire un site pour mecs. Sur Internet ou en presse papier, on a constaté qu'il y avait un manque. Tu as soit des trucs de beaufs avec des meufs, soit des trucs de metrosexuels, hyper preppy. Il n'y avait pas vraiment de terrain d'expression pour les mecs normaux qui sont ni des gros bourrins, ni des gros branchés.

Et cette baseline, c'est du sérieux ?
Pour trouver la formule, on est parti du postulat que sur Internet, on voit passer des tonnes de flux vidéos et d'actu. Il y a toute une frange de la population masculine qui n'est pas concernée. Que tu sois livreur de pizza à Toulouse, trader à la Défense ou fumeur de joints à Paname, peu importe… il y a un socle de problématiques communes qui concerne tous les mecs (Ex : A-t-on droit de niquer sa cousine ?). L'idée, c'est de ne pas être clivant.

Au départ, c'est donc un site plutôt « core »...
Il y a quand même une grosse part de déconne, un peu provoc' et second degré. Mais c'est vrai qu'on pose toujours des vraies questions. Notre stratégie consiste à mettre le doigt sur ces sujets.

Tu évalues la pertinence d'un sujet en fonction de son potentiel viral ?
C'est presque l'essence du site. On vit et on meurt par les réseaux sociaux. Quand j'écris un article, il faut que le mec qui le poste sur son wall, est au moins un pote que ça fasse « golri ». C'est un contenu qui est pensé pour être viral. C'est une mécanique en trois temps. Dans le sens où il y a le postulat de départ (Ex : Doit-on vraiment sodomiser la femme qu'on aime ?), le traitement et ensuite le forum avec tous les commentaires.

Comment procèdes-tu pour sélectionner les thèmes...
Ça relève vachement du comique d'observation, du well-seen. Il y a des trucs qui me sont arrivés et des trucs que je constate chez mes potes. Parfois, ça sort aussi de mon imagination. Je tente de verbaliser ce que tout le monde sait. J'ai déjà reçu des mails du style : « Putain les gars, sortez de ma tête ! »

« On vit et on meurt par les réseaux sociaux »

Quelles sont tes limites ?
Le principe n'est pas de blesser. Il faut que ça « parle » aux gens. J'évite les sujets qui visent une catégorie de personnes en particulier, comme les bourges ou les cailleras. Jooks doit rester un site de détente.

Au delà de la rigolade, ce qui surprend, c'est l'écriture...
Je crois vachement à la lecture, notamment sur Internet. Un article avec du style, un propos... Finalement, il n'y en a pas tant que ça. Dans nos articles, il n'y a jamais d'images, de vidéos ou de liens pour que les gars lisent le texte. Je fais assez court car ça s'adresse aux mecs qui sont dans le métro ou au bureau. Je pense que le sens kiffent de lire des trucs un peu écrit, et pas des copiés-collés de dépêches AFP. C'est aussi pour ça que livre m'est apparu comme la forme la plus pertinente pour décliner le site.

Avais-tu déjà expérimenté ce genre de chroniques ?
Dans le magazine Jalouse, je tenais une chronique qui s'appelait Mauvais esprit et ça marchait plutôt bien. Je racontais, sur un ton assez cru, mes histoires avec les meufs. Il y avait souvent un élément de vérité.

C'est stimulant de savoir que le mecs en parlent au bureau ?
Carrément, l'idée c'était aussi de créer une communauté. Je me régale en lisant les commentaires qui sont comme dans la vraie vie : avec des gens qui prennent le truc très au sérieux. Ça peut vite partir en vrille. Tu fais un article sur les adultes qui font de la trottinette et tu as 30 bolosses qui s'énervent...

Subissez-vous beaucoup d'attaques de trolls ?
On a droit à tout. Des gars qui nous insultent… Mais moi je kiffe. On a des articles qui montent à 500 commentaires. Les gars s'embrouillent de ouf. C'est vraiment le complément de l'article. C'est comme sur les sites de sport, c'est souvent dans les commentaires que je marre le plus. L'analyse est souvent pointue et aussi intéressante que l'article lui-même.

Au fait, tu ne signes jamais tes articles. Tu n'assumes pas ?
On voulait surtout éviter de faire un blog personnalisé avec mon nom. Je trouve ça cheap... Et puis on aime bien faire croire aux gens qu'on est plusieurs. On a essayé de développer le truc comme une marque. Au départ, on a pensé à « entremecs.com » mais ça faisait trop gay.

Dans la tête des mecs, 14,90€ aux éditions Allary, 9,90€ au format numérique.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Le test de la console Retron 5]]> Sur le papier, cette console a tout pour plaire. Imaginez un peu : un seul appareil qui permet aux trentenaires nostalgiques de tester tous les jeux qui ont bercé leur enfance, sur Nintendo NES, Super NES et Game Boy ou encore Sega Master System, Mega Drive...
Le miracle technologique a-t-il eu lieu ? Pas vraiment. Un journaliste du Monde.fr a relevé le nombre invraisemblable de dysfonctionnements de la bécane.

Lire l'article sur Pixels

Via Pixels

]]>
<![CDATA[FRAIS / Pour Noël, Gérard Baste se met à poil sur son compte Instagram]]> A l'approche des fêtes de fin d'année, le leader des Svinkels, rarement à courts de bonnes idées, anime son compte Instagram en publiant chaque jour une photo où il se met en scène. Déguisé en Santa Claus, le « prince de la vigne » propose sa version du calendrier de l'Avent. Attention les yeux.

Sur scène, l'animateur TV terminait souvent en slip voire plus, si affinités. Après un démarrage plutôt timide, hier, Baste postait cette phrase : « J'ai tenu une semaine sans me foutre à poil, là c'est dimanche ! »

La suite du calendrier sur le compte Instagram de Gérard Baste.

Le 7 décembre

Le 6 décembre

Le 3 décembre

Le portrait de Gérard Baste est signé © Béka Kowalski.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Troll story]]> Nic Ulmi, journaliste au canard suisse Le Temps, dresse un portrait robot du troll, « ce passionné obsessionnel du conflit » qui prolifère sur Internet. Un papier fort instructif sur ce fléau de l'ère numérique.
Extrait : « Figure truculente de l’humanité numérique, minoritaire mais capable de faire d’énormes vagues, [le troll] est un passionné obsessionnel du conflit. Son mode opératoire consiste à se pointer dans une discussion (commentaires Facebook, forum, tweets) et à lâcher des énormités pour susciter la colère, le désarroi d’autrui et finalement la transformation de la sociabilité en un champ de ruines. »

Lire le papier en entier

Repéré par Courrier International

]]>
<![CDATA[FRAIS / 50K fans Facebook : Gagnez des appareils photo Lomography]]> Notre page Facebook vient de franchir le cap des 50 000 fans ! Pour récompenser cette fidélité, Lomography France s'associe à Street Tease Magazine.
La marque de photographie créative vous propose de gagner trois appareils photo (voir le détail ci-dessous). Pour participer, rien de plus simple, il vous suffit de remplir le fomulaire ci-dessous.

UPDATE : Le concours est désormais terminé. Les gagnants ont été prévenus par mail.

Astuce : Augmentez vos chances de gagner en vous abonnant à la page Facebook de Street Tease Magazine (si ce n'est pas déjà fait !).

participez au concours

Les cadeaux

Lot n°1 : “Lomo'Instant Sanremo luxury edition + 3 objectifs”

Plus d'infos sur l'appareil en cliquant sur ce lien

Lot n°2 : “Diana F+ noir”

Plus d'infos sur l'appareil en cliquant sur ce lien

Lot n°3 : “Konstruktor DIY”

Plus d'infos sur l'appareil en cliquant sur ce lien

Lots n° 4 à 10 : des packs de stickers Street Tease Magazine

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Sacrés caractères !]]> Très beau projet mené par Thomas Sipp pour France Culture. Une web série de 12 films courts d'animation sur la typographie. Helvetica, Futura, Cooper Black... Autant de « polices qui ont du caractère ». On y apprend notamment que la police souvent moquée Comic Sans MS a été inventée par le typographe... Vincent Connare pour Microsoft en 1995. Ça ne s'invente pas.

Voir la web-série en entier

Via France Culture

]]>
<![CDATA[FRAIS / “Barillet” : Akroe collabore avec Non Sans Raison]]> La maison spécialisée dans la porcelaine de Limoges a demandé à Etienne Bardelli alias Akroe de créer un service en « or blanc ». Non Sans Raison est actuellement au salon Art Basel de Miami et présente la série baptisée Barillet, une édition limitée à 5 exemplaires.

A noter que Martial Dumas et Bertille Carpentier, cofondateurs de Non Sans Raison, ont fait une apparition remarquée dans l'émission Des Racines et des Ailes, diffusée hier soir sur France 3.

Le lien pour regarder l'émission sur Pluzz (intervention à 52 minutes)


Fabrication des vases “Évolution” visibles dans l'émission “Des racines et des ailes”

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Mpy Was Here x Diesel Denim Master Studio]]> Breaking news.
Notre DA Mpy Was Here s'associe au Diesel Denim Master Studio et sera demain après midi (jeudi 4 Décembre) au Citadium Caumartin pour vous permettre de customiser gratuitement vos achats denim, issus de la collection homme.
Des patchs et des motifs imprimés créés spécialement pour l'occasion seront autant de possibilités de customisation aux ourlets, poches ou passants de ceinture. De quoi s'approprier vos vestes, chemises et jeans.

Pour l'occasion une veste en cuir sera à gagner au studio éphémère, customisée à la main par le dude.





A partir de 16h au Citadium Caumartin.
! #Dieseldenimstudio



]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Trailer “The Smell of us”]]> Le 14 janvier 2015, sortira en salles le nouveau long métrage de Larry Clark. Les ingrédients ? De la ride, du cul et des ados en VF... La sainte trilogie clarkienne est respectée. Et on s'en réjouit !

Le trailer

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Tous tatoués !]]> Aujourd'hui, 20% des Américains possèdent au moins un tatouage (contre 10% des Français). Ce documentaire dresse un constat : le tattoo n'est plus à la marge. Il suffit de trainer dans les conventions ou de sonder son entourage pour s'en rendre compte.
Alors comment résumer un art à ce point protéiforme et dont l'histoire s'étale sur plusieurs décennies, dans un 52 minutes ? Le pari était ambitieux, et même si certains raccourcis auraient pu être évités, l'ensemble demeure cohérent. A noter les présences remarquées de Lyle Tuttle, Philip Leu, Tin-Tin...

Le documentaire

Via Arte +7

]]>
<![CDATA[SHOPPING / Homecore]]> <![CDATA[FRAIS / NBA Fight Club : Jeff Van Gundy, ce héros improbable]]> Auteur d'une honnête carrière de coach à la tête des New York Knicks (finaliste NBA en 1999), Jeff Van Gundy a surtout marqué l'histoire du Madison Square Garden par ses interventions mémorables lors de bagarres sur le terrain. Entre courage et inconscience.

A LIRE AUSSI : « The Brawl », quand un match NBA vire au pugilat

New York - Miami (1998) : après un déluge d'amabilités entre Alonzo Mourning et Larry Johnson, il s'accroche à la jambe du pivot floridien !

Que se passe-t-il dans la tête de Van Gundy ? Un être normalement constitué se tiendrait à l'écart d'une telle altercation... Une chose est sûre : il en fallait des qualités pour se jeter dans la bataille entre les deux molosses. Par miracle, le Californien s'en tire avec quelques égratignures et un pansement. Après le match, Mourning s'est plaint d'avoir un handicap durant le combat : un moustique était venu lui piquer la jambe. L'image fera le tour du monde.

New York - San Antonio (2001) : en voulant poser une droite à Danny Ferry, Marcus Camby assomme... son propre coach.

Jeff Van Gundy, cette victime idéale... Le coach des Knicks, devenu un expert en baston anticipe que ça va dégénérer. En voulant limiter la casse, il écope d'une patate en pleine figure. KO technique. Au final, le joueur des Knicks écopera de cinq matchs de suspension et 25 000 $ d'amende, contre un match et 7 500 $ pour le tireur de fléchettes des Spurs.

bonus

Houston - Los Angeles (1999) : duel de lutte gréco-romaine entre Shaq et Barkley

Deux des plus forts tempéraments dans la NBA de la fin des années 90. Un vrai choc de poids lourds qui accouchera d'une belle mêlée au sol.

]]>
<![CDATA[REVUES / Lio - « Avec Tekilatex, je vis une deuxième jeunesse »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[FRAIS / “The Brawl” : quand un match NBA vire au pugilat]]> Ça s'est passé un 19 novembre (2004). il y a dix ans, presque jour pour jour. Hier, les principaux médias sportifs n'ont pas manqué de raconter « The Brawl ». Soit la plus grosse bagarre de tous les temps sur un terrain de basket NBA, impliquant les joueurs des deux équipes (Detroit et Indiana) et une partie du public des Pistons. David Stern en fait encore des cauchemars.

Le contexte : en l'espèce, les deux franchises se détestent. La rivalité est digne des affrontements entre le Heat d'Alonzo Mourning et les Knicks de Patrick Ewing vers la fin des années 90. Par moment, on frise le combat de rue. Ce jour-là, au « Palace » d'Auburn Hills, tout est parti d'un accrochage musclé entre ce dingue de Ron Artest et « Big » Ben Wallace, en fin de match. Après une belle échauffourée, le numéro 15 des Pacers s'allonge sur la table de marque, en attendant l'accalmie.
C'est à ce moment précis qu'un spectateur balance un gobelet au visage d'Artest. Incontrôlable, « RonRon » pose son cerveau et décide d'escalader les tribunes pour balancer un direct du droit... au pauvre Michael Ryan. Manque de bol, ce n'est pas le bon mec ! La suite n'est que déluge : mandales, prises de catch, chaises volantes, pop corn, boissons... Tous les coups sont permis ! La baston est dantesque et le service de sécurité... totalement dépassé. Du jamais vu dans une salle de basket, y compris en Turquie et en Grèce, où les supporteurs sont réputés bouillants.
Au final, trois joueurs seront lourdement sanctionnés par la ligue (Ron Artest évidemment, Jermaine O'Neal et Stephen Jackson) et la NBA s'empressera de légiférer pour qu'un tel scénario catastrophe ne se reproduise plus jamais. Pour l'anecdote, Ron Artest a changé de nom le 16 septembre 2011. Désormais, il se fait appeler Metta World... Peace.

Must Read : La story de Basket USA

La vidéo du combat

Sous un autre angle

Via Basket USA

]]>
<![CDATA[FRAIS / Jean Touitou, sans filtre, sur son compte Touiteur]]> Dans le secteur de la mode, à chacun son projet éditorial sur les réseaux sociaux. Si certains optent pour la consensualité, histoire de ne pas froisser les égos, d'autres y vont franco, au risque d'égratigner leur « image ». Avec sa prose sarcastique et son sens de la provoc', le fondateur de la marque A.P.C. s'inscrit dans la deuxième catégorie.

La langue de bois, Jean Touitou connait pas. Et personne n'est épargné : hipsters, médias, politiques (de tous bords), punks à chiens... On connaissait l'irrésistible compte Twitter de Loïc Prigent, please welcome Jean Touiteur ! Florilège.

Les touits

Et aussi sur Instagram...

Une photo publiée par @jeantouitou le

]]>
<![CDATA[REVUES / Olivier Cachin - « NTM ne pouvait pas refuser 1 million d'euros »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Yelle - « Les punchlines de Booba te donnent de la confiance »]]> Safari Disco Club, une balade pop à la fois pétillante et intimiste.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Teki Latex - « Les obstacles à la reformation de TTC semblent insurmontables »]]>
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Dimuschi - Dix ans de haute couture électro]]> Dimuschi revient : l'évènement a lieu vendredi dans un lieu dévoilé seulement 48 heures avant.

Collectif né à Paris en 2004, Dimuschi descend en droite ligne de la mouvance free, révolution festive d'une musique libérée de la règle des trois unités scénique, instrumentale et commerciale qui germe dans l'underground des mid-Eighties. L'occasion de vous ressortir le portrait de Laurent Baylet et Patrick Bamberger, co-fondateurs, rencontrés en janvier dernier à la soirée des dix ans de Dimuschi.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[STREET LIFE / Adidas x NBGHD at BlackRainbow / 2014-10-12]]> <![CDATA[SHOPPING / Ballin']]> <![CDATA[SHOPPING / SAPAPAYA]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh sur Mer - Narbonne / 2014-07-21]]> <![CDATA[SHOPPING / Official Issue Xo]]> <![CDATA[REVUES / JR Ewing - « Etre hip-hop, c'est pas juste enfiler des sapes »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Manaré - « J'ai organisé ma première soirée dans un squat »]]> Le jeune parisien sort aujourd'hui son premier maxi Calcutta 1946 et a accepté de répondre à nos questions. Profitons-en.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Para One - « Le jour où la musique m'ennuiera, je ferai du cinéma »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[SHOPPING / Hey Pearl]]> <![CDATA[SHOPPING / Keys Open Doors]]> <![CDATA[STREET LIFE / Demolition Party / Royal Monceau / 2008-06-26]]> <![CDATA[SHOPPING / I Think I'll Call It Morning]]> <![CDATA[SHOPPING / Cholas]]> <![CDATA[SHOPPING / Bleu De Paname | Indigo]]> <![CDATA[SHOPPING / Lanasana's Priestess]]> <![CDATA[STREET LIFE / Fegra Session | Biarritz / 2013-07-21]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh Quik Pro 2013 | Hossegor / 2013-10-10]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Qhuit Party / 2013-07-20]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Wu Tang / 2013-07-19]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Boss Sound System / 2013-07-18]]> <![CDATA[STREET LIFE / Paulette Corner | Sosh | Roxy Pro / 2013-07-15]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh | Roxy Pro Biarritz 2013 / 2013-07-15]]>