<![CDATA[Street Tease]]> fr-fr <![CDATA[Street Tease]]> <![CDATA[BLOGS / Sexplicit Lilith / Sexual healing]]>

Lui et moi nous nous reniflons depuis quelques temps déjà.

A chaque fois que nous nous croisons dans les couloirs de l'agence, regards appuyés et sourires à possibles sous-titres s'affichent sur nos visages enchantés. Nous échangeons parfois quelques mails, d'abord sympathiques et affublés d'un ton tout à fait professionnel. Puis de moins en moins sérieux, de plus en plus équivoques… Correspondance pétillante qui parsème nos journées de troubles délicieux.

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Sexplicit Lilith / Ne tirez pas sur le pianiste]]>

Je l’ai toujours dit haut et fort : toutes les meufs de France et de Navarre ont le droit de draguer mon mec. Et même les autres. Meufs. Je veux dire celles qui ne sont pas de France et de Navarre.

Attention, je n’ai pas dit qu’elles voulaient toutes le draguer, hein… Ni même que je les y incitais, faut pas déconner. Mais doit bien y en avoir une ou deux motivée, non non non… ?


Ouaouh, ya de l’écho par ici…


Lire la suite...

]]>
<![CDATA[FRAIS / Tumblr Du Jour : Pics After Pics Et La Ride Tranquille]]> Une passion commune pour les tees signés Fuct, un amour pour les petits déjeuners plus longs à préparer qu'à dégommer, et une grosse tendance à photographier n'importe quelle ride anodine pour en faire un souvenir en 72dpi sont autant de bons points pour déclarer facilement que Pics After Pics est un gars sûr.

Vous dévoiler qui se planque derrière ce Tumblr équivaudrait à spoiler un épisode de GOT, enfin peut-être pas mais vous voyez quoi, le dude n'apparaissant qu'en de rares selfies par Instax interposés, ajoutant une pierre de plus a cette grande mise en abîme qu'est l'internet.
Et personne ne veut savoir s'il est un barbu fragile ou un mignon apprêté, ce genre d'info n'offrant que peu de clés pour lire ses photos.

Un daily assez simple et fixé sur quelques récurrences agréables, la schlape du jour, la balade de la veille, le goûter improvisé et ce que Paname laisse à voir à l'air libre. Rien qui pète plus haut que son cul. Rien de bandant mais bien le quotidien figé d'un gars qui utilise plus souvent son 5D que son Iphone pour garder intacte le "ça a été" cher à Barthes.
De temps en temps il se fend de quelques heures avec une amie, histoire de capturer les gestes souvent réservés au confort d'un intérieur rassurant.









































picsafterpics.tumblr.com

]]>
<![CDATA[FRAIS / Ride : Garagisme Magazine En Wheeling Dans Le Presse Jeu]]> Objet éditorial non identifié, Garagisme se veut une publication qui interroge nos rapports aux transports individuels motorisés. Ou comment faire aimer la bécane, les grosses cylindrées ou autres voitures banales par le biais de points de vue et de pratiques aussi divers que l'art contemporain, la photographie ou l'architecture.

A mille lieux de tout ce qui a put passer sous presse concernant la culture automobile (si on excepte Intersection) et très loin des publications pleines de testostérone, Garagisme étudie l’automobile de manière inédite au travers de séries photos et d'entretiens avec des artistes.
Un titre qui détonne et laisse à penser qu'on peut aimer l'automobile sans avoir le permit de conduire, sans même savoir reconnaître une Safrane d'une Saxo, laissant à d'autres le soin de se masturber sur des performances ou des tests comparateurs.

Le quatrième numéro reçoit les travaux de près de dix huit artistes d'horizons divers, questionnant tous l'esthétisme de la voiture ou de la moto dans des propositions allant du reportage à la proposition artistique pure, dans une maquette léchée.
Là où certain bas de plafond n'y verront qu'un table-book séduisant on y voit un magazine vraiment pertinent qui invite à voir autrement et donne les clés d'un monde souvent réduit à la technique/performance.

Le 4ème numéro de Garagisme est disponible ICI.

Deutsche & Japaner


Harry Gould Harvey


Romaric Tisserand


Aurélien Arbet


Luke Norman & Nik Adam


Basile Mookherjee
]]>
<![CDATA[BLOGS / DJ Gero / les derniers murs et sketchs]]>

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Sexplicit Lilith / Trois]]>

C’est un des plus beaux moments de ma vie.

Et je pèse mes mots.

Je te raconte...?

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[FRAIS / Vinyles : 10 disquaires pour digger de la bonne galette à Paris]]> Samedi 19 avril aura lieu le Disquaire Day, l'adaptation française du Record Store Day créé en 2007. Pour la quatrième édition, les amateurs de microsillons en auront pour leur argent avec une liste bien fournie de vinyles (rééditions, raretés et éditions limitées). Du coup, on vous a concocté une liste de shops pour digger tranquillement le jour J.

LCD Soundsystem, Beach Boys, Motorhead, Ice T... La liste complète des disques à choper.

Born Bad

Born Bad : 11, rue Saint Sabin 75011 Paris.

Ground Zero

Ground Zero : 23, rue Sainte Marthe 75010 Paris.

Music Fear Satan

Music Fear Satan : 4 bis rue Richard Lenoir 75011 Paris.

Balades Sonores

Balades Sonores : 1 Avenue Trudaine 75009 Paris.

Superfly

Superfly Records : 53, rue Notre Dame de Nazareth 75003 Paris.

Souffle Continu

Souffle Continu : 20/22, rue Gerbier 75011 Paris.

La Source

La Source : 46 rue Albert Thomas 75010 Paris.

L'internationale records

L'internationale records : 12 rue Moret 75011 Paris.

Monster Melodies

Monster Melodies : 9, rue des Déchargeurs 75001 Paris.

Gibert Joseph

Gibert Joseph : 26-34 boulevard Saint Michel 75006 Paris.

Suivre @FrancoisChe sur Twitter

]]>
<![CDATA[FRAIS / Lino : retour d'un patron du rap français]]> Ceux qui portaient une cap Lacoste dans les années 90 savent... Lino formait, avec son compère Calbo, un duo qui a marqué l'histoire du pera : Ärsenik. Et c'est justement pour cette raison que l'on attend de pied ferme le retour aux affaires du gars du 95. En dévoilant 12ème Lettre, le premier extrait de son futur album, Lino met les points sur les i, avec un casting VIP.

Entretien avec l'Abcdr du Son

Suivre @FrancoisChe sur Twitter

]]>
<![CDATA[BLOGS / DJ Gero / un article sympa sur Open minded]]> Liens vers l'article

]]>
<![CDATA[FRAIS / Photo de Légende : N.W.A. et EPMD dans l'objectif de Janette Beckman]]> Janette Beckman a démarré sa carrière en photographiant la scène punk anglaise dans les années 1970. Elle travaillera notamment pour le magazine musical anglais Melody Maker. Après son départ pour les USA au début des eighties, elle capte toute l'énergie créative de la scène hip-hop de l'époque, de New-York à LA.
Nous l'avions rencontré à l'occasion de son expo pour Back in the Days, en 2012. Retour sur deux sessions mythiques.

Comment avez-vous convaincu N.W.A. de poser devant une voiture de police ?
J'ai pris cette photo à côté de leur studio d'enregistrement, à Torrance, dans la banlieue de Los Angeles. Ils n'avaient pas beaucoup de temps car ils enregistraient leur album. Nous avions d'abord fait une série dans une ruelle derrière le studio quand j'ai repéré cette voiture. J'ai simplement demandé aux flics si je pouvais shooter sur le capot. A l'évidence, ils ne connaissaint pas N.W.A. Tout cela est arrivé si vite, ce n'était absolument pas calculé.

Quelle fut la réaction d'Easy E et Dre ?
Ils étaient peut-être un peu nerveux, mais ils ont plutôt bien réagi. Il a fallu moins d'une minute pour prendre la photo. Après la session, Easy E m'a demandé si je voulais participer avec eux sur un de leurs morceaux car ils aimaient mon accent britannique. Je les ai accompagnés en studio et ils m'ont donné leur texte. Il était question d'expliquer comment exécuter une fellation parfaite. Je ne me sentais pas capable de le faire. Etait-ce une erreur ? Peut-être…

Quelle est l'histoire de cette photo avec EPMD ?
Je devais photographier EPMD pour la couverture de leur album Unfinished Business en 1989. Nous étions censés nous rejoindre à Long Island, vers midi, à cet endroit précisément. Ils sont arrivés en retard. Erick Sermon (à droite, sur la photo, NDLR) devait faire installer de nouvelles jantes sur sa voiture… J'étais très inquiète car je pensais qu'ils ne viendraient pas et le jour commençait à tomber. Les téléphones portables n'existaient pas à l'époque ! Je n'avais rien d'autre à faire qu'attendre et j'en ai profité pour repérer le spot parfait. Lorsqu'ils sont arrivés, je leur ai demandé de se garer à cet endroit : il nous restait quinze minutes pour shooter ! J'étais assez surprise par leur look très proche du pyjama, mais je reste très satisfaite de cette session.

A LIRE AUSSI :
Photo de légende, le dernier shoot de Kurt Cobain
Photo de légende, Dimitri Coste et sa collection de Vans

Suivre @FrancoisChe sur Twitter

]]>
<![CDATA[BLOGS / Sexplicit Lilith / Pump it up]]>

J’ai couché avec plusieurs de mes amis. Sans jamais le regretter.

Et apparemment, ce n’est pas normal.
De le faire, et EN PLUS, de ne pas le regretter après.

Je ne suis pas normale, donc.

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[FRAIS / Ronnie Fieg : le boss du sneaker game en 20 paires essentielles (chapitre 2)]]> Il ne s’agit pas d’un « top ten » car un tel classement serait trop subjectif. L’objectif est ici d’apprécier l’éventail créatif de Ronnie Fieg. Historiquement attaché aux collaborations avec Asics, à commencer par le modèle Gel Lyte 3, le designer a collaboré avec d’autres marques de sneakers comme Puma, Converse, New Balance, Buscemi... Depuis l’ouverture de sa boutique Kith à la fin de l’année 2011, les créations de Ronnie Fieg se veulent toujours plus pointues et singulières. A ce jour, l'homme qui rend fou les collectionneurs compte plus de 50 collabs, dont 25 pour la seule Asics Gel Lyte 3.

Les créations du new-yorkais sont classées de façon chronologique, en deux chapitres distincts.

Les débuts de l’ère Kith : luxe et exclusivité (depuis fin 2011)

Kith n’est pas qu’un sneaker store parmi tant d’autres. Il marque la consécration de Fieg via son projet « Just Us » qui englobe collabs et collections streetwear. Depuis l’ouverture de Kith, les collabs de RF se veulent toujours plus pointues et exclusives.

Asics Gel Lyte 3 « Leather Backs » (2011)

L'une des plus belles réalisations de RF. Un mélange de cuir et de suède perforé, sombre et finement relevé par des touches turquoises (Cove). Le ton est donné.


source photo : Ronnie Fieg Blog

Asics Gel Lyte 3 « Eclipse » (2012)

Cette collab offre à la GL3 un style plus tranchant : un modèle totalement en cuir (lisse ou perforé). A noter l’apparition des Rope Laces (lacets ronds) qui depuis sont la signature des collabs de RF ou des sorties exclusives de certains modèles chez Kith. Toujours un sens poussé du détail (et du code) au service de la marque.


source photo : Ronnie Fieg Blog

Asics Gel Lyte 3 « Selvedge » (2012)

Toujours une GL3, pour un hommage de RF au USA via un modèle intégralement en denim. La sortie de la collab est accompagnée par des sweats réalisés par les français de Brooklyn We Go Hard (BWGH). Ce partenariat a été remis en place depuis (comme pour la sortie de la GL3 Flamingo en 2013).


source photo: Ronnie Fieg Blog

Asics GT 2 « High Risk » (2013)

Les codes de la Leather Back (cuir, suède perforé) appliqués au modèle GT 2. Un colorway efficace combinant un violet profond appuyé par des touches de rose juste où il faut et comme il faut.

source photo : Ronnie Fieg Blog

Ronnie Fieg x Asics Gel Lyte 5 « Volcano » (2013)

Lorsque Asics décide de ressortir son modèle rétro Gel Lyte 5, la marque japonaise s’accorde avec RF pour appuyer la general release des 2 colorways OG (blanc et bleu) par la sortie d’une collaboration détonnante : la Volcano. Ici encore un travail sur les matières appuyé par un colorway parfait. Fasciné par le design de la GL5, Fieg a annoncé qu’il offrirait à ce modèle les meilleurs coloways de ses collabs passées sur la GL3.

A LIRE AUSSI : le camp out devant le Rayon Frais à Bordeaux pour la release de la GL5 Volcano

source photo : Ronnie Fieg Blog

New Balance 1600 « Daytona » (2013)

Fieg a déjà fait ses armes sur des NB (notamment en 2012 avec la « 999 Steel Blue »). Force est de constater que la Daytona tape à l’oeil : un juste équilibre entre un cuir sable et des touches de bleu/ciel rose. Il faut reconnaitre que la 1600 n’est pas la NB la plus aisée à adapter avec ses proportions particulières et sa semelle prépondérante à l’arrière. Essai transformé…


source photo : Ronnie Fieg Blog

Buscemi 100MM Veg Tan / Rose Gold (2014)

Collaboration entre RF et la marque « luxe » de John Buscemi, fondateur de Gourmet Footwear. La paire, entièrement assemblée en Italie, est sortie pour la Saint Valentin 2014 et se caractérise par la présence de pièces en rose or (ce qui pousse le prix de vente à plus de 800 $). Quand luxury fashion et streetwear ne font plus qu’un…


source photo : Ronnie Fieg Blog

A LIRE AUSSI : Ronnie Fieg, le boss du sneaker game en 20 paires incontournables (chapitre 1)

La maîtrise de ses propres codes et références

Fieg est devenu une référence. Il ne s'en contente pas et se distingue par sa capacité à jouer de ses propres codes, sans pour autant les recycler froidement.

New Balance 1300 « Salmon Sole » (2012)

Prenez le colorway de la fameuse GL3 Salmon Toe et appliquez le à une NB 1300 sans pourtant reprendre le contraste entre la toe box et le reste de la chaussure: ça vous donne la Salmon Sole, qui bénéficie comme sa grande soeur la Salmon Toe, d’une grande renommée chez les sneakerheads.


source photo : Ronnie Fieg Blog

Puma Disc Blaze OG « Blaze of Cove » (2012)

Fieg a un gout prononcé pour les modèles retro les plus emblématiques des 90’s. La Disc de chez Puma en fait partie. Ce modèle est la réponse de Puma à la course technologique lancée par ses concurrents équipementiers (système Pump chez Reebok, système Air chez Nike et Torsion chez Adidas). RF applique à ce modèle son code couleur « Cove » pour un rendu efficace. La paire est sortie chez Kith à 200 exemplaires seulement.


source photo : Ronnie Fieg Blog

Asics Gel Lyte V « Cove » et « Mint Leaf » (2014)

RF tient sa parole en offrant à la Gel Lyte V les plus belles robes de ses GL3 passées et affirme ainsi la référence sur le marché de ses précédentes créations. Le 5 avril dernier a eu lieu la release de la GL5 « Cove » et « Mint Leaf ». Impossible de ne pas craquer pour ces deux paires quand on a déjà été fans des GL3 de l’époque. Mais quelle sera la suite ? : une GL5 Salmon Toe (dont un custom tourne déjà sur la toile), une Mazarine, une Eclipse… Pour notre part, on rêverait d’une Selvedge en GL5 (personnal request à Monsieur Fieg s’il nous lit).


source photo : Ronnie Fieg Blog

Puma Disc Blaze OG « Cost Of Arms (COA) » (2014)

Surement le meilleur exemple de la capacité de RF de jouer de ses propres codes : travail sur les matières (cuir, 3M, suède perforée), fort contraste sur le colorway, une semelle avec paillettes 3M, et une reprise du concept de la Salmon Toe avec des toes boxes éclatantes en bleu « Cove » ou corail (outre un modèle Friends et Family avec un toe box Salmon et une semelle grise). Les paires sont sorties en première exclu à Paris (d’où le blason de la capitale française sur les boites et les semelles intérieures) dans le cadre du pop up store Kith rue du Roi de Sicile et ont été accompagnées d’une collection streetwear « COA » à dominante noire.


source photo : Mathieu M. collection perso

Outro

Le marché de la sneaker est sans cesse tiraillé entre la course à la technologie et la nostalgie des back catalogues. Ronnie Fieg l'a bien compris et n'a pas raté le coche générationnel des gars qui ont grandi dans les 90’s (pour devenir les acheteurs d’aujourd’hui). Ronnie Fieg est-il un produit du marché actuel ou bien l’un de ses moteurs ? On espère que cet article vous aura mis sur la piste… Mais une chose est sure, on aimerait bien le voir designer intégralement sa première paire pour une major ou sa propre marque et ne pas se contenter d'être un remixeur (certes, très talentueux) qui contribue à la spéculation, parfois abusive. C'est le prix à payer s'il veut rentrer dans l'histoire, à la manière d'un Tinker Hatfiled.

A LIRE AUSSI : Ronnie Fieg, le boss du sneaker game en 20 paires incontournables (chapitre 1)

]]>
<![CDATA[FRAIS / Ronnie Fieg : le boss du sneaker game en 20 paires essentielles (chapitre 1)]]> Il ne s’agit pas d’un « top ten » car un tel classement serait trop subjectif. L’objectif est ici d’apprécier l’éventail créatif de Ronnie Fieg. Historiquement attaché aux collaborations avec Asics, à commencer par le modèle Gel Lyte 3, le designer a collaboré avec d’autres marques de sneakers comme Puma, Converse, New Balance, Buscemi... Depuis l’ouverture de sa boutique Kith à la fin de l’année 2011, les créations de Ronnie Fieg se veulent toujours plus pointues et singulières. A ce jour, l'homme qui rend fou les collectionneurs compte plus de 50 collabs, dont 25 pour la seule Asics Gel Lyte 3.

Les créations du new-yorkais sont classées de façon chronologique, en deux chapitres distincts.

Les prémisses, sous l’ère David Z (2007-2009)

A cette époque, Ronnie Fieg travaille au stock chez David Z., un shop new-yorkais spécialisé dans les sneakers et la casual shoe. Plus tard, Il devient acheteur (general buyer), c'est à ce moment qu'il se forge un solide réseau.
En 2007, l'Américain collaborer avec Asics sur le modèle Gel Lyte 3. Si ses premières releases n’ont pas nécessairement marqué l’histoire, le designer va rapidement imposer son style.

Asics Gel Lyte 3 « Black Patents » ou « Vador » (2008)

Sans doute l'une des premières paires où Ronnie Fieg révèle sa créativité, avec force et caractère. Une signature. Asics a toujours privilégié l'aspect technique de ses modèles. Fieg apporte son expertise de designer, en jouant sur les matériaux et en intégrant des coloris qui tranchent avec les traditions de la marque japonaise.


source photo : nicekicks.com

Asics Gel Lyte 3 « Super Blue » (2008)

Un code couleur efficace et une juste répartition entre les pièces du modèle. Fieg amorce un retour, voire un détournement des codes classiques de la sneaker avec un colorway qui sent bon les 90’s.


source photo : nicekicks.com

Asics Gel Lyte 3 « Highsnobiety » (2009)

Toujours dans un style brillant, dans la continuité de la Vador, ce modèle confirme le travail sur les matières pour mettre en exergue le design atypique de la GL3.


source photo : nicekicks.com

Asics Gel Lyte 3 « Super Red » (2009)

Ronnie Fieg reprend les codes des colorways OG (modèle original) en les accentuant pour donner tout son caractère au modèle par le biais d’un détail (ici la semelle). Il confirme sa parfaite connaissance de la GL3 et imprime sa marque de fabrique en faisant de détails les signes distinctifs de ses créations.


source photo : nicekicks.com

A LIRE AUSSI : Ronnie Fieg, le boss du sneaker game en 20 paires incontournables (chapitre 2)

Les variations chromatiques ou l’art de la monochromie (2009-2011)

Le design de sneakers peut s'avérer frustrant dès lors que le créateur est contraint par le modèle en lui même. Le travail ne peut donc intervenir que sur les matières et le colorway (exception faite de Jeremy Scott pour Adidas qui transforme une basket classique en Popples). Ronnie Fieg connait les limites de l'exercice et va chercher à se réinventer par un subtil travail sur les couleurs. Et sur ce point, Fieg parvient à sublimer des modèles en jouant sur la puissance chromatique.

Gel Lyte 3 « Nice Kicks » (2009)

Réalisée à l'occasion d'une collab avec le site éponyme, la GL3 Nice Kicks est le premier modèle où Fieg joue pleinement de la monochromie pour sublimer la paire.


source photo : hypebeast.com

Asics Gel Lyte 3 « Cove » (2010)

Un hommage au bleu de la mer des Caraibes. Par la suite, on retrouvera cette couleur Cove dans d’autres collabs.


source photo : nicekicks.com

Asics Gel Lyte 3 « Nice Kicks 2.0 » (2010)

La suite logique de la Nice Kicks de 2009 pour la GL3. Dans son plus simple appareil pour apprécier plus que jamais les lignes de ce modèle emblématique.


source photo : nicekicks.com

Asics Gel Saga « Mazarine Blue » (2011)

Un modèle all-over violet réalisé en suède. Cette paire fait encore beaucoup parler d’elle aujourd’hui.


source photo : Ronnie Fieg blog

Asics Gel Lyte 3 « Mint Leaf » (2011)

L’art et la manière de conjuguer une couleur avec une matière. Une GL3 en suède portée par une combinaison de vert menthe. A vos Pantone colors fan deck. Il s'agit de la dernière réalisation de Ronnie Fieg chez David Z, avant l’ouverture de Kith Manhattan. (source photo: Ronnie Fieg Blog)


source photo : Ronnie Fieg blog

Interlude : Kith et la Salmon Toe, un tournant

En 2011, Fieg quitte David Z et ouvre sa propre boutique : Kith, tiré de l’anglais traditionnel « Kith and Kin » qui signifie « parents et amis » (clin d'oeil au concept Friends & family, propre au milieu de la sneaker). La baseline ? Des releases ultra exclusives non commercialisées mais simplement distribuées à quelques privilégiés. Situé en plein village, au croisement Bleecker / Broadway, Kith est un sneaker store imaginé par RF pour sortir ses propres créations et commercialiser ses collections streetwear (un second store ouvrira à Brooklyn l’année d’après).
Ronnie Fieg élabore une stratégie marketing sous forme de trilogie : Kith, la boutique « physique » ; « Just Us », le concept qui entoure les créations de RF et renvoie à la notion de groupe « fermé » ; et Ronnie Fieg, une marque à part entière. A la différence des autres acteurs du marché, Fieg laisse son nom en avant comme un label, à l’instar de ce qui se fait dans le milieu du luxe et de la mode où le nom du directeur artistique est distinct et complémentaire de la marque.

Asics Gel Lyte 3 « Salmon Toes » (2011)

Pour l’ouverture de Kith, Fieg offre à son modèle fétiche un style renversant sous le nom de « Salmon Toe » : un contraste subtile des couleurs (navy/saumon) entre la toe box (partie avant) et le reste de la chaussure en fait un modèle reconnaissable au premier coup d’œil. Le concept du contraste entre la toe box et le reste de la chaussure avait déjà été utilisé (avec succès) par certains (on pense en premier lieu aux NB 576 et 1500 « Purple Devil » de Solebox en 2006). Néanmoins, par son choix de couleurs et la qualité des matières, la salmon toe est surement la création la plus célèbre de RF et le prélude au positionnement qualitatif et pointu de ses créations futures.


source photo : Ronnie Fieg Blog

A LIRE AUSSI : Ronnie Fieg, le boss du sneaker game en 20 paires incontournables (chapitre 2)

]]>
<![CDATA[BLOGS / Take Away : le blog des cuisines de rue / Réparate]]>

Dans sa cantine, Jean-Louis Lacaze revisite les grands classiques de la gastronomie azuréenne. L'un des secrets les mieux gardés du 12e arrondissement de Paname.

Voilà un chef niçois qui n'est pas du genre à raconter des salades. Il préfère les fabriquer derrière son comptoir. Et si on se rend chez lui les yeux fermés, c'est aussi pour dévorer son pan bagnat. Un sandwich un peu oublié dans nos contrées où le burger est roi. Pourtant, celui de chez Réparate gagne à être connu. Dans un pain frais, le maestro dispose minutieusement ses ingrédients. Inutile de préciser que tout est frais et parfaitement assaisonné. Ainsi on retrouve dans le désordre... radis, poivrons, concombre, anchois, roquette, thon, olives noires, œuf dur, basilic, vinaigre de Banyuls, sans oublier l'incontournable huile d’olive. Une vraie dinguerie.

La note : 15/20

Le plus : un bon plan street food dans un quartier qui en manque cruellement

Le moins : petit conseil pour les gars qui font gaffe à leurs pompes, écartez bien les jambes en mangeant. Une seconde d'inattention et c'est la tâche d'huile d'olive au milieu de la sneaker.

Réparate, 128 rue de Charenton 75012 Paris. Du lundi au vendredi 11h - 17h. Formule sandwich, dessert et boisson à 9€. Sandwich et boisson 6€

]]>
<![CDATA[REVUES / Fraser Cooke - A Swoosh History]]> Un souhait devenu réalité au gré de ses expériences de livreur, coiffeur, DJ, distributeur de labels wear pointus et consécration ultime, directeur du département street culture chez Nike. Un parcours atypique pour une expérience en béton armé, le top niveau en matière de "street crédibilité".
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[BLOGS / Sexplicit Lilith / Glaçons]]>

Tu étais mon amant, et nous avions commencé fort, tous les deux.

Enfin, tous les deux... façon de parler : pour notre première fois nous étions équipés d’une troisième amicale et joyeuse paire de bras.
Entre autres.

Après cette savoureuse valse estivale à trois temps, nous avions dévoré l’automne en tête-à-tête, et encore plus souvent en tête-à-queue. J'avais beau être dans une situation sentimentale compliquée, j'appréciais ta douceur, ta générosité sexuelle et câline. Du coup, pendant les quelques semaines qui ont suivi ces merveilleuses vacances nous avons multiplié les ébats.

Je t'avais dit que j'aimerais être attachée pour faire l'amour, un jour. Et aussi que je devais m'acheter une poêle Téfal.

Oui, j'ai le sens de l'à-propos.

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[FRAIS / Esprit Kourtrajmé es-tu là ? 8 vidéos pour s'en convaincre]]> La sortie du nouveau film de Kim Chapiron - La Crème de la Crème - constitue un bon prétexte pour revoir les meilleures vidéos de ce collectif francilien à géométrie variable.

Née au milieu de années 90, la fine équipe revendique 135 membres (!) plus ou moins actifs sur sa page Wikipedia (une information que nous n'avons pu vérifier) et une volonté de s'affranchir des règles en vigueur dans le cinéma français traditionnel. Au début, les lascars filment leurs délires, les premiers courts métrages se font entre potes, avec la bénédiction et le parrainage de Vincent Cassel. Et certains ne tardent pas à se faire remarquer : Kim Chapiron, Romain Gavras, Ladj Ly, Toumani Sangaré, Olivier Barthelemy, Mouloud Achour...

A leur tableau de chasse, des clips pour les copains de TTC, la Caution, Mafia K1Fry, DJ Mehdi... En 2006, c'est le grand saut vers un premier film qui marquera une génération élevée aux « jackasseries » : Sheitan, maladroitement présenté comme le successeur de La Haine. Au fil du temps, les projets prennent de l'ampleur : Kanye West puis M.I.A, séduits par son opération coup de poing avec le clip de Stress pour Justice, se succèdent derrière la caméra de Romain Gavras. Cet esprit régressif et provoc' est la marque de fabrique du collectif. Pas certain que ça vieillisse bien mais ça vous marque une époque.

Suivre @FrancoisChe sur Twitter

]]>
<![CDATA[FRAIS / Le sneakers store Opium a brûlé]]> Semaine chargée pour la sneakers communauté. Après le camp out Supreme annulé par la NYPD pour la release de la Foamposite, on vient d'apprendre que le shop spécialisé Opium avait brulé dans la nuit.

Cette vidéo artisanale tourne en boucle sur les réseaux sociaux depuis ce matin. Vu l'ampleur des dégâts, on doute que les pompiers aient pu sauver les nombreuses paires de Jordan.

Suivre @FrancoisChe sur Twitter

]]>
<![CDATA[FRAIS / Sapes : Et Si Wrung était Le Vétéran Du Streetwear Cé-Fran ?]]> Fondé en 1995, Wrung arrive doucement vers ses vingt piges et se retrouve ainsi estampillé "plus vieux label de street wear de France" sans s'éloigner de l'esprit d'indépendance qui l'anime, rien que ça.

Monté à l'origine autour d'une simple série de tees (passage obligé de toute entreprise de textile do it yourself), Wrung en 2014 propose un vestiaire complet dans un état d'esprit toujours très lié aux cultures urbaines.







Longtemps ultra proche de la branche Hip Hop du mouvement (sans parler de la branche writing, pilier de l'esprit du label), la marque opère depuis quelques saisons un virage bien négocié vers une imagerie moins core, sans perdre en pertinence et surtout sens renier un background dont peu peuvent se targuer.

La collection SS14 s'articule autour de thèmes distincts, appelant le pesley ou le camo repris tous deux sur les doublures, revers et poches des pièces. Quelques jersey de bball et un choix d'accessoires bien vus sont aussi à noter.











Toujours chauds pour une petite sortie vandale, Wrung s'est baladé du côté de la Chine avec les Kong Boys, une preuve de plus que les fondations de la marque sont toujours bel et bien présentes.

]]>
<![CDATA[REVUES / Jérémie Rozan - Ce n'est que Justice]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[BLOGS / Sexplicit Lilith / Comme ça]]>



J’te jure, au début je voulais juste un bisou.

Je l’ai connu quand j’avais une quinzaine d’années, alors qu’il était maqué depuis super longtemps, genre un an, tu vois. Et puis ça s’est terminé avec sa gonz qui avait l’air d’être sacrément relou – depuis j’ai compris que la plupart des hommes adorent les casse-couilles -, et on est devenu assez potes.
Rien à voir avec le fait que je lui vendais du taga à chrome – vu que je suis une très gentille fille – et qu’il était déjà complètement toxico du oinj’, bien sûr.
Au delà de ça, on se marrait bien. En plus c’était le seul à avoir un studio, alors je squattais souvent chez lui. Je lui ai présenté une de mes nouvelles amies, rapport que je suis la meilleure maquerelle all around ze world, et ça a collé.
Lui et moi on se fendait de plus en plus la poire. La copine en question habitait un peu loin, et venait surtout le week-end. Moi j’étais sa presque voisine, alors je passais un soir sur deux à refaire le monde avec lui en jouant à Tekken, à l’arroser de pétards pendant qu’il me fournissait en Pépito/Coca.
Ouais, on était de la team Coca-cola, et on préférait crever que de boire un Pepsi.
J’avais commencé la boxe, et j’aimais bien me taper avec mes potes. Pour de rire, hein, en vrai, je suis fondamentalement incapable de coller une mandale à qui que ce soit même quand je me prends une béquille dans le tibia.
Pour de rire…
Et va savoir pourquoi, avec lui, ça s’apparentait plus à de la lutte gréco-romaine qu’à de la bonne grosse anglaise qui tâche.

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[STREET LIFE / Demolition Party / Royal Monceau / 2008-06-26]]> <![CDATA[REVUES / Booba - Jules Caesar]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Guillaume Le Goff - Just Do It]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / JR Ewing - Thug life]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[BLOGS / souslesdropics / RIVE GAUCHE / PARIS XVI /]]> Il ne se passe pas grand chose de ce côté-ci de la rive, à part de vieux gangsters du XVIe qui chillent et un peu d'amour...

Le reste de la série sur tumblr.


]]>
<![CDATA[REVUES / Seth Gueko - Rap Manouche]]> Dans son nouvel album, Michto, il s'affirme en tant que punk-rapper, à la fois sensible et narvalo, gentleman et voyou.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Lucas Hoffalt - Nouvelle génération design]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Joke - Retour vers le Futur]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[BLOGS / DJ Gero / GERZ interview sur HAUNT zine]]> Merci au Webzine Anglais Haunt pour l'interview

]]>
<![CDATA[BLOGS / DJ Gero / nouvelle vidéo de Shiran]]> ]]> <![CDATA[BLOGS / souslesdropics / ONE DAY IN / LONDON /]]> Quelques instants d'un court aller-retour rapide de l'autre côté de la manche.

Le reste de la série, c'est par ici.


]]>
<![CDATA[REVUES / Nicolas De Virieu - Basketball Diaries]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[BLOGS / Take Away : le blog des cuisines de rue / La Brigade]]>

Il n'a pas fallu longtemps pour me convaincre de tester le premier camion parisien réservé aux viandards.

Dans le dictionnaire de l'urbain, le mot brigade renvoie moins à l'organisation d'une cuisine dans un restaurant qu'à ce groupe de rap français capable du meilleur comme du pire. Mais cette nouvelle cantine ambulante a les arguments pour bousculer ma hiérarchie lexicale bien bancale. Une baseline, homemade in slice, qui a de quoi faire saliver le viandard décomplexé que je suis. Pourtant, malgré mon goût pour l'aventure, la perspective d'engloutir un steak dans la rue me laisse perplexe. La promesse sera-t-elle tenue ? Contre toute attente, OUI.
En auscultant le menu affiché sur l'ardoise, je me pourlèche les babines : onglet de boeuf en provenance de Bavière et magret de canard d'origine française. La viande est tranchée à la demande après cuisson sur une plancha rutilante et accompagnée d'une sauce aux champignons de bonne facture. Les frites sont artisanales et moelleuses à souhait. La vraie bonne idée reste la petite pince en bois qui remplace les couverts. Aussi pratique que de manger un ramen avec des baguettes. Au global, l'expérience est hyper satisfaisante. Merci les gars. On se revoit vite.

La note : 15/20

Le plus : manger un bon steak dans la rue, c'est possible en 2014

Le moins : on ne serait pas contre un boeuf made in France, surtout quand on connait la qualité de la filière

Suivez La Brigade sur Facebook et/ou Twitter pour être informé de leur position dans Paris. Formule classique à 10€, mixte à 12€ et XL à 15€.

]]>
<![CDATA[REVUES / Dimitri Coste - Born To Be Wild]]> Lorsque Vans te contacte pour designer ta propre paire, c'est le genre de collaboration qui ne se refuse pas. Lorsque Dimitri Coste, vans-a-holic de son état, accessoirement photographe/réalisateur, s'est vu proposer de bosser sur un modèle perso issue de la nouvelle collection OTW (pour Off The Wall), en compagnie de Cartoon, The Blackouts (aka Ako & Atiba Jefferson) et d'Eric Elms, la réponse a fusé.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[BLOGS / souslesdropics / BLANK UTOPIA / TRAILER /]]>

Hollywood sur Seine


BAM! Dernier projet pour BLANK (ex Die Nacht) en collaboration avec Thomas Lozano, Gérald Acourt et Pitch Kelly. Le 19 avril ça va être le bobobordell!



Les préventes, c'est par ici!

]]>
<![CDATA[SHOPPING / I Think I'll Call It Morning]]> <![CDATA[SHOPPING / Cholas]]> <![CDATA[SHOPPING / Bleu De Paname | Indigo]]> <![CDATA[SHOPPING / Lanasana's Priestess]]> <![CDATA[STREET LIFE / Fegra Session | Biarritz / 2013-07-21]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh Quik Pro 2013 | Hossegor / 2013-10-10]]> <![CDATA[SHOPPING / Bring Da Ruckus]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Qhuit Party / 2013-07-20]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Wu Tang / 2013-07-19]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Boss Sound System / 2013-07-18]]> <![CDATA[STREET LIFE / Paulette Corner | Sosh | Roxy Pro / 2013-07-15]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh | Roxy Pro Biarritz 2013 / 2013-07-15]]> <![CDATA[STREET LIFE / Etudes Pop Up Store / 2013-06-01]]> <![CDATA[STREET LIFE / Unicity 2 Years Birthday / 2013-05-30]]> <![CDATA[SHOPPING / Meatball Cailloux]]> <![CDATA[SHOPPING / Spalm 54]]> <![CDATA[SHOPPING / Bleu De Paname | SS13]]> <![CDATA[SHOPPING / Homecore | Les Annees X]]> <![CDATA[SHOPPING / Bleu De Paname M75]]>