<![CDATA[Street Tease]]> fr-fr <![CDATA[Street Tease]]> <![CDATA[FRAIS / Le basket sur Canal+, c'est (sans doute) terminé... Mais que va devenir George Eddy ?]]> La nouvelle devrait être officialisée dans les jours qui viennent : Canal+ ne diffusera sans doute pas la saison 2015/2016 de Pro A. Le basket va ainsi disparaitre de la grille des programmes de la chaîne cryptée. Et George Eddy de se retrouver au chômage technique. Que va devenir le commentateur détesté des professeurs de Français ? On a compilé quelques unes de ses inventions et expressions. Pour ne pas oublier.

J'avais prévu de vous parler de la nouvelle teinte du parquet de Beaublanc (la salle mythique du Limoges CSP, à ce sujet vous avez lu notre long format ?) mais une information prioritaire a chamboulé mes plans. Canal+ ne diffusera plus le championnat de Pro A sur son antenne. C'est ce qu'affirme le cofondateur de Be Basket — une source présumée fiable — sur son compte Twitter.

Après que Bein Sport lui ait subtilisé les droits de la NBA et une partie de ses consultants (dont Jacques Monclar), le canal historique du basket en France depuis 1985 se voit priver de ballon orange. Même si Eurosport s'est positionnée pour reprendre le flambeau, une page se tourne pour le basket à la télé. L'expertise et le savoir-faire de Canal+ en matière de diffusion d'événements sportifs n'est plus à démontrer.
Et puis que va devenir notre George Eddy national ? Si ses mots ou expressions ont pu agacer à la longue, y compris chez les fans de basket et ses propres collaborateurs, le commentateur au fort accent américain est — qu'on le veuille ou non — LA voix du basket à la tété. Celle qui a accompagné nos courtes nuits depuis les années 1990. S'il fut un temps où le natif d'Orlando se caricaturait lui-même, l'ex-gâchette du Paris Racing s'était assagie, avec le temps. Sa page Wikipedia annonce fièrement 7000 heures (!) d'antenne, entre direct des Finales et All-Star NBA, JO, compétitions FIBA... Lorsque Michael Jordan est invité sur le plateau de Nulle Part Ailleurs en 1997, c'est évidemment George Eddy qui s'y colle. Son palmarès force le respect. L'Eurobasket dont Canal+ détient les droits (5-20 septembre) sera-t-il le jubilé de George Eddy ? A moins que celui-ci rebondisse chez un concurrent (ou sur Canal+ Afrique, d'après une source proche du dossier). En attendant, florilège.

La compilation des gimmicks de George Eddy :

- Oh la la, il tient le ballon comme un(e) pamplemousse ! (spéciale dédicace à Big Shaq Daddy)
- C'est Jordanesque !
- Get back baby !
- Coucougnette time !
- Il a shooté du parking... from downtown !
- La langue d'or ! (#MJ23)
- Un shoot avé maria !
- Vous avez vu ce haaaang time ? Il reste en l'air pendant à peu près trois heures !
- C'est le méga money time !
- Dunkoraaamaaa !
- C'est un duel en haute altitude !
- Oh la la messieurs dames, c'est pas possible ce qu'on vient de voir là !


Merci à Bball Channel pour l'archive vidéo


Texte par François Chevalier

]]>
<![CDATA[FRAIS / Sacrifices, musculation et eau fraîche : les coulisses du championnat de France de culturisme naturel]]> On l'a découvert avec sa série sur les habitants des quartiers pauvres de Rio, Alexis Pazoumian est de retour avec un reportage sur le culturisme naturel, en collaboration avec Baptiste Glorion. Le duo de photographes s'est intéressé à cette discipline confidentielle, en accompagnant les athlètes des qualifications jusqu'aux phases finales du championnat de France. Pour Street Tease Mag, ils ont accepté de commenter quelques uns de leurs clichés.

Voir le reportage d'Alexis Pazoumian, en immersion dans les favelas de Rio

« Tout d'abord, nous avons passé une journée à Mantes-la-jolie pour documenter les qualifications de la région Île-de-France, sous la tutelle de la Fédération Française de Culturisme (FFHMFAC). Sur cette photo (en haut de page) les athlètes s’entrainent intensivement juste avant de passer sur scène afin d’atteindre la perfection. Très souvent, les participants sont accompagnés par leurs femmes ou leurs amis. Tous peuvent faire office de coach et soutiennent le bodybuilder durant la préparation et au cours de l'épreuve.
Des compétitions sans prétention qui se déroulent dans des gymnases préparés pour l’occasion : avec une estrade, des chaises disposées devant, un stand pour la nourriture, un autre pour les produits dérivés. Pas de sponsors, pas de dotations ou de grosses récompenses, seulement une médaille et une coupe pour les gagnants. »

« Afin d’accéder à la finale de ces championnats de France 2015, un athlète doit d’abord réussir sa préparation physique (régime et entrainement) pendant plusieurs mois afin de présenter un corps riche en muscles et en fibres, sans graisses. Leurs repas sont composés généralement d’oeufs, de brocolis, de haricots et de blancs de poulet ! »

« Notre premier cliché à Lormont durant la finale. Sur cette photo, un jeune homme est en train de se faire appliquer du Tan sur le corps par son coach. Cette crème permet de teindre la peau des athlètes en bronze et or afin de leur donner une plus grande dimension. Le plus souvent, ils se l'appliquent avant leur passage sur scène et même la veille afin de faciliter l'imprégnation. »

« Après l’application du Tan un athlète a souhaité nous montrer ses muscles dorsaux sous un puit de lumières dans les vestiaires. »

« Un athlète juste avant d'entrer sur scène, son corps brille car il vient de s'appliquer du Tan. »

« Durant deux jours, les participants défilent par catégorie de poids, d’âge et de sexe. Ils vont effectuer une série d’exercices devant un jury qui leur dicte les différentes positions à effectuer. Le public encourage les athlètes comme dans un stade. Abdos, cuisses, triceps, fessiers... Toutes les parties du corps sont mises à l’épreuve. »

« Une fois l'épreuve terminée, les athlètes défilent en solo, sur une musique de leur choix. Cette scène, il l'ont travaillé durant des mois. En 2 minutes, ils vont tout faire pour enflammer le public et montrer le résultat de ces durs entrainements. Le jury se prononce dès le lendemain. »

« Un athlète fier de nous montrer le résultat de son travail. Les entrainements s’enchaînent et ne doivent jamais être pris à la légère. Parfois, les bodybuilders s’entrainent toute la nuit avant d’aller au travail. Le régime est coûteux et contraignant. Manque de glucides, fatigue, pression artérielle... Le corps est mis à rude épreuve. Cette préparation demande des sacrifices énormes sur le plan financier, social, professionnel... »

« Dans cette Fédération, il y a aussi des femmes, le plus souvent accompagnées par leur mari également culturiste. Les règles sont les mêmes que pour les hommes. »

« Ces femmes qui s’apprêtent a monter sur scène ne seront pas jugées sur leurs muscles mais sur leur allure générale. Dans la “Section bikini”. »

« Lionel Sorin, ancien champion de France de culturisme. Il a son stand sur toutes les compétitions de cette fédération, il a crée une marque et vend des tenues, vêtements et accessoires en lien avec le culturisme. »

« Un athlète dans le public. Cette photo est purement esthétique, sa position et sa carrure donnent l’impression qu’il est figé dans le décor comme une statue grecque. »

« A Lormont, le dernier jour, les trophées sont remis en fonction des catégories. Le jury est composé de bénévoles et jugent selon des critères très précis. »

« Le champion de France d’une catégorie en direction de son hôtel, il est qualifié pour les championnat d’Europe mais ne pourra probablement pas s’y rendre car il n’a pas le budget. L’investissement financier est énorme, pour la plupart d’entre eux cela représente une partie majeure de leurs économies. Même si les titre de champion et de vice-champion de France permettent d’accéder aux championnats d’Europe et parfois du Monde, il reste très compliqué, voir même impossible pour ces champions de s’auto-financer et ainsi de continuer l’aventure. »


Propos recueillis par François Chevalier

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Amaro and Walden's Joyride]]> Les mecs de The Line on du talent !
Attention, un petit peu NSFW aussi.

Le making of lui est sur thelineanimation.com/amaroandwaldensjoyride/.
Téléchargez le track contre un like ou un follow sur amaroandwalden.com.

]]>
<![CDATA[FRAIS / Made By You : Converse remercie ses fans de Chuck Taylor avec des œuvres personnalisées]]> Photographe Marseillais passionné par sa ville, Romdilon poste fréquemment des photos de ses pieds arpentants les rues, et c'est souvent Chuck Taylor aux pieds qu'il met en avant les charmes de la cité Phocéenne. Ce détail n'a pas échappé à Converse qui l'a remercié d'une façon on ne peut plus surprenante.



En effet dans le cadre de la campagne Made By You, Converse avait déjà mit en avant ses fans au travers d'un affichage illustrant ses mythiques Chuck's customisées - ou simplement usées - par un large spectre d'utilisateurs (du skater à l'artiste en passant par le musicien ou le monsieur tout le monde).
C'est tout naturellement que ce love-back va encore plus loin quand Converse décide de sélectionner sur les réseaux sociaux 5 fans purs et durs et de leur offrir un cadeau ultra personnalisé.



En se basant sur les photos du fan et en mettant en avant les attraits majeurs de Marseille, l'artiste Pez a réalisé une oeuvre au graphite de 60x40cm directement liée aux passions de Romdilon, et le résultat est surprenant de détails.













A travers Made By You Converse peut se targuer d'être à l'écoute de ses fidèles en étant créatif, tant les oeuvres réalisées touchent au plus près de fans choisis, l'un ayant reçu une guitare signée Mc Bess et un autre une veste en cuir tatouée par Supakitch, on vous conseille d'aller jeter un œil.

]]>
<![CDATA[SHOPPING / Lisa]]> <![CDATA[FRAIS / Pourquoi le Limoges CSP est le plus grand club de basket français]]> En remportant un second titre de Pro A d'affilée, le Limoges CSP domine à nouveau le basket hexagonal et renoue avec son glorieux passé. L'occasion de publier un long format sur l'histoire exceptionnelle de ce club de basket unique en France.

On a coutume de dire que Limoges est une ville paisible. C'est en partie vrai, soyons honnête. Haut lieu de la porcelaine, du syndicalisme, puis de la résistance durant 39-45, les « grandes heures » de la capitale limousine se situent dans la première moitié du XXe siècle. De plus, son positionnement au centre de la diagonale du vide — L'Américain Ed Murphy qualifia Limoges de « middle of nowhere » — ne favorise pas l'attractivité, dans un bassin économique peu développé.
En revanche, les Limougeauds sont fiers d'une chose : leur club de basket dont le nom résonne aux quatre coins du continent européen. Ils ont du sang orange qui coule dans les veines. Quels sont les facteurs à l'origine de cette passion dévorante ?

Une tradition presque centenaire

De 1929 (année de naissance du club) à 1961, le Cercle Saint-Pierre n'est qu'un modeste patronage qui évolue dans les divisions régionales. Au début des années 1960, deux dirigeants visionnaires veulent faire du CSP un club ambitieux : Xavier Popelier et Jean-Claude Biojout. Ce duo de choc ira jusqu'à convaincre l'influent président de la fédération Robert Busnel du bien-fondé de leur projet (1).
Après avoir gravi tous les échelons, le « Cercle » intègre l'élite en 1978. A cette époque, la formation limousine évolue dans le gymnase des Soeurs de la rivière, une modeste salle de 500 places. En 1981, le CSP migre au stade de Beaublanc, son nouvel écrin. C'est le début de l'ère moderne du club. La culture de la gagne va s'installer durablement sur les bords de Vienne.

La crème des internationaux français


De gauche à droite : Richard Dacoury, Jim Bilba puis Yann Bonato et Apollo Faye.

De 1980 à 2000, les deux décennies les plus glorieuses du CSP, le club attire les meilleurs joueurs français. Les internationaux se bousculent en gare des Bénédictins. S'il fallait n'en retenir qu'un : Richard Dacoury. 18 saisons et presque 500 matchs en maillot vert (puis jaune et grenat), des titres à la pelle, du charisme et une aura folle à Limoges. Le seul joueur à avoir son numéro 7 accroché au plafond de Beaublanc. Une légende vivante.
Yann Bonato va également inscrire son nom dans le marbre limougeaud, au prix d'une courageuse épopée en l'an 2000. Dans un contexte financier critique, « Capitaine Flam » (son surnom) convainc six de ses coéquipiers de diminuer leurs salaires de 30% en cours de saison. Du jamais vu dans le sport moderne ? Le fils de Jean-Claude Bonato signe en leader incontesté un triplé historique (Pro A, coupes de France et Korac).

Autre joueurs marquants : le meneur Jean-Michel Sénégal auteur d'un buzzer beater mythique contre le Maccabi Tel-Aviv, l'intérieur ultra dominant Apollo Faye, les fortes têtes Gregor Beugnot et Jacques Monclar, Stéphane « Big fundamental » Ostrowski, l'esthète Hugues Occansey, Jim « trampoline » Bilba, le géant Frédéric Weis… Plus récemment, Adrien Moerman et Nobel Boungou Colo, deux membres du back to back 2014/2015 pourraient intégrer ce panthéon. Au peuple limougeaud de trancher.

Des gros calibres Américains


De gauche à droite : Don Collins, Michael Young puis Marcus Brown et Ed Murphy.

Il fut un temps où Limoges recrutait des gros CV US en provenance de la NBA. D'anciens all-star viennent terminer leur carrière en Europe, d'autres n'ont pas eu leur chance dans la grande ligue américaine suite à une blessure ou la faute à un scout mal renseigné. Rien à voir avec les seconds couteaux que l'on trouve aujourd'hui un peu partout sur le Vieux continent.

Ed Murphy est la première star qui enflamme Beaublanc. Cet athlète au look de Tom Selleck martyrise ses adversaires avec son shoot d'une précision diabolique. Un bras armé qui vaut 4 saisons à plus de 30 points de moyenne, 3 titres de MVP et un triplé en Pro A. Vous en voulez encore ? 36 points en finale de coupe Korac 1982 face au Sibenik de... Drazen Petrovic. Un café et la note.
En 1987, le CSP s'offre les services de Don Collins aka « Le Cobra » : l'un des plus grands talents à avoir jamais foulé un parquet européen. Exclu de la NBA pour consommation de drogue, ce scoreur né abuse des défenses avec une élégance inouïe. Résultat : même tarif que Murphy à un ou deux paniers près.
De 1993 à 1995, un autre Américain laisse une empreinte indélébile à Limoges : Michael Young. Une gâchette au mental d'acier formée à Houston dans la célèbre Phi Slamma Jamma en compagnie de ses potes Hakeem Olajuwon et Clyde Drexler. Dans le plan de jeu millimétré fixé par Bozidar Maljkovic, le gaucher surnommé Silent Assassin est une arme fatale capable de marquer dans toutes les positions.
Impossible de ne pas évoquer le cas Marcus Brown qui en 6 mois passés sous la tunique limougeaude devient une icône. Cet all-around player à la fois créateur et adroit de loin possède une classe folle. Il réalisera un match référence en finale aller de la coupe Korac 2000 avec 31 points contre Malaga. Le parquet de Beaublanc en tremble encore.

Autres joueurs marquants : Lionel Moltimore, Irvin Kiffin, Clarence Kea, Billy Knight, Harper Williams, Jamar Smith, Pooh Jeter, Alex Acker, Jerome Allen, Trevor Ruffin, Alhaji Mohammed, Michael Brooks, Malik Dixon, Lloyd Daniels, Kelly Tripucka...

Des entraineurs de top niveau européen


Athènes, 15 avril 1993. Bozidar Maljkovic est porté en triomphe par ses joueurs, après la victoire contre Trévise.

Pas de grande équipe sans fin tacticien. Et évidemment, l'adage se vérifie avec le CSP. Dans la liste, des noms aussi prestigieux qu'André Buffière, Pierre Dao, Michel Gomez, Alexander Gomelski, Zvi Sherf, Bill Sweek, Bogdan Tanjevic, Dusko Ivanovic et Panayótis Yannákis se bousculent.

Mais il y a un homme qui mérite une statue, c'est Bozidar Maljkovic, expert du contexte FIBA. A l'été 1993, le sorcier serbe en provenance du grand Split (Kukoc, Radja, Tabak...) façonne une équipe commando programmée pour gagner. Son projet est aussi précis que la formation yougoslave : un groupe de 10 travailleurs acharnés — les entrainements sont plus durs que les matchs — au QI basket élevé avec des rôles clairement définis, une défense de fer et des fondamentaux récités à la lettre dans la limite des 30 secondes autorisées par l'horloge. Dans ce schéma verrouillé, le Slovène Jurij Zdovc, qui a conduit la dream team des Balkans au titre mondial, prend le relais de « Boja » sur le terrain. Ce joueur absolument sublimissime, maître défensif absorbant systématiquement le meilleur atout adverse et doté d'une intelligence jeu irrationnelle est le rouage essentiel du CSP tout puissant. Son shoot ultra clutch qui qualifie le CSP au final four face à Olympiakos est restée dans toutes les mémoires (3). A l'échelon national, Limoges écrase la concurrence et empoche le titre suprême (l'Euroligue) au terme d'une saison majuscule.

Beaublanc, la cathédrale du basket français


Tifo réalisé pour l'épisode 3 de la finale LNB 2015 contre Strasbourg.

Les experts sont formels : Beaublanc est de loin la salle la plus chaude de France. Comme aime à le dire David Cozette, « c'est la twilight zone ». L'ambiance est souvent proche, en termes de décibels, de ce qui se fait de mieux en Europe (Turquie, Serbie, Grèce…) et le public joue son rôle de 6e homme à chaque rencontre. Cette enceinte de 5500 places avec ses tribunes inclinées et sa charpente en bois qui fait office de caisse de résonance exerce une pression constante sur l'adversaire, par des chants, des sifflets... « Faire le match avec Beaublanc, c'est le danger car c'est perdu d'avance » admet Vincent Collet, sélectionneur des Bleus.

« Faire le match avec Beaublanc, c'est perdu d'avance »

Les fans sont connaisseurs, chauvins, bruyants, impatients... et surtout généreux. Ils adorent les joueurs solides, qui mouillent le maillot. Mais attention, le niveau d'exigence est élevé. Beaublanc, c'est un public capable de s'enflammer pour n'importe quelle action de jeu en faveur du CSP mais aussi un héritage qui se transmet entre les générations. Le virus se contracte très tôt. Tous les plus grands clubs européens ont perdu sur le parquet de Beaublanc : Real Madrid, FC Barcelone, Panathinaikos Athènes, Maccabi Tel-Aviv, CSKA Moscou...

Un match reste au sommet de la légende limougeaude : la 3ème manche du quart de finale contre Olympiakos Le Pirée en 1993. Les anciens parlent d'une affluence record de 8000 personnes. Ce jour-là, c'est comme le concert de Daft Punk à Coachella en 2006, tous les Limougeauds vous diront qu'ils y étaient. Dans Le Coup Parfait (documentaire du réalisateur Nicolas de Virieu sur l'épopée 93) Jim Bilba évoque « le sol qui vibrait 2 heures avant le match ». Fred Forté se souvient que Bozidar Maljkovic était obligé d'élever la voix dans les vestiaires... pour couvrir les chants d'un Beaublanc en fusion.

A jamais les premiers

Le CSP, c'est d'abord et surtout un palmarès d'exception : 27 bannières conquises en à peine plus de trois décennies, dont 22 entre 1982 et 1994, soit une période de 12 ans. Au niveau national, le CSP glane 11 championnats de France (dont deux three-peat et deux back to back, série en cours) et six coupes de France. Seule l'ASVEL a fait mieux avec 17 couronnes essentiellement acquises avant 1981.
Limoges se distingue par sa volonté précoce de conquérir l'Europe. Son premier titre, en 1982, est continental. Les cerclistes rentrent d'Italie avec une Korac (La C3 fusionnera en 2002 avec la Saporta) dans les valises. Il faut 72 heures de train aller-retour pour relier le Limousin à Padoue mais les supporters sont là ! Le CSP est la première équipe française de sport collectif à remporter un trophée européen. Rebelote en 1983 à Berlin face à la même équipe croate drivé par la future star mondiale Drazen Petrovic et en 2000 face à Malaga (voir plus haut, cf Yann Bonato et Marcus Brown). 5 ans plus tard, en 1988, Dacoury, Ostrowsky, Collins & co soulèvent la Coupe des coupes (devenue Saporta puis EuroCoupe) contre Badalone à Grenoble.

« 20 ans après, l'ex-star des Bulls n'a toujours pas digéré »

1993 est l'année de référence pour le CSP. Après un premier échec au final four en 1990, l'armada jaune et grenat — Limoges a troqué ses couleurs vert et blanc à l'intersaison — se rend à Athènes dans le rôle du petit poucet face au Real Madrid d'Arvydas Sabonis et à la Benneton de Toni Kukoc. Mais le miracle grec a bien lieu. L'hyper expérimenté Bozidar Maljkovic qui sort d'un triplé avec Split s'occupe de tout. Durant la saison, le Serbe impose une discipline de fer à son roster. En Grèce, Boja répond aux sollicitations des médias en prenant soin de préciser que Limoges n'a rien à perdre. Résultat : il endosse la pression à la place de ses joueurs, galvanisés.
En demi-finale, les Madrilènes sont terrassés. Bilba postérise Sabonis et Michael Young, on fire en 1ère mi-temps plante 10 points d'affilée d'entrée de jeu. La meilleure attaque d'Europe est bloquée à... 52 unités.
En revanche, la finale est une partie d'échecs. Dacoury, héroïque face aux Espagnols est cloué au banc suite à des problèmes de fautes. Young, si adroit d'habitude ne rentre pas un panier, à la différence de l'ex-Laker Terry Teagle, en réussite. A la mi-temps, les Transalpins mènent de 6 pions. Dès la reprise, Zdovc mène la vie dure à Kukoc, son ancien partenaire en sélection yougoslave. Et puis vint le déclic, à 5 minutes de la fin : suite à un rebond offensif autoritaire, Bilba écrase tout dans le cercle en détente sèche. Dans le money time, Kukoc se réveille et score 3 triple à la suite. A 30 secondes de la fin, le prodige croate s'apprête à armer son tir quand Fred Forté lui subtilise la gonfle dans un timing impeccable. L'action d'une vie. 20 ans après, l'ex-star des Bulls n'a toujours pas digéré (5). Et pourtant, c'est bien le CSP qui est sur le toit de l'Europe.


Kukoc fait la gueule sur le banc. Normal, la star croate qui a déjà presque tout gagné à 25 ans n'avait jamais perdu une finale d'Euroligue.

Avec le Real Madrid, Milan et Cantu, Limoges entre dans le club très fermé des équipes qui ont rempoté toutes les coupes d'Europe.

Le principaux trophées du CSP :
11 bannières de champion de France (1983, 1984, 1985, 1988, 1989, 1990, 1993, 1994, 2000, 2014, 2015)
6 coupes de France (1982, 1983, 1985, 1994, 1995, 2000)
En coupe d'Europe : Euroligue 1993, Coupe des Coupes 1988, Coupes Korac (1982, 1983, 2000). 275 matchs disputés dont 158 victoires. Final Four 1990, 1993 et 1995. Voir l'infographie réalisée par Basket Retro sur le palmarès du CSP

Limoges - Pau-Orthez : le seul et unique clasico


Michael Young face à Tony Farmer, au Palais des sports de Pau.

Un simple coup d'oeil sur les chiffres permet de situer l'importance du duel entre Limougeauds et Béarnais. Entre 1982 et 2004, les deux équipes se partagent le butin : 18 championnats de France. Une véritable OPA sur la Pro A pendant deux décennies. En coulisses, les deux clubs se détestent cordialement à tous les niveaux (joueurs, dirigeants, supporters...). De combats homériques — la fameuse bagarre de la Moutète dont Jacques Monclar estime qu'elle est l'acte fondateur de la rivalité — en scénarios hitchcockiens au sommet de la Pro A, les médias sportifs français se frottent les mains (6).

« Les deux clubs se partagent le butin : 18 titres en 22 ans »

Le président palois Pierre Seillant ne manque pas d'ajouter de l'huile sur le feu par des petites phrases qui ont le don d'agacer le camp adverse. C'est de bonne guerre. De leur côté, les ultras du CSP réservent systématiquement un accueil chaleureux aux frères Gadou et à Freddy Fauthoux dont les têtes servent de cible aux fléchettes. Rendez-nous le clasico !

Les grands clubs ne meurent jamais


Célébration du titre 2015 à Beaublanc, symbole du retour au plus haut niveau national du CSP Limoges.

En 2015, Limoges est de retour aux commandes du basket français après de longues années sans titre majeur. Il faut dire que le club était au bord du précipice. Au lendemain du triplé 2000, le CSP est en proie à de sérieux problèmes financiers. L'agent sportif Didier Rose est au coeur d'un scandale (lié à des commissions injustement perçues) qui cristallise la mauvaise gestion du club à partir du milieu des années 1990. « L'homme qui a fait signer Malljkovic » et les meilleurs joueurs français de l'époque écopera de 18 mois de prison ferme. Après un dépôt de bilan 2004, le CSP est rétrogradé en NM1.

« Le CSP doit porter le basket français des clubs »

L'ancien meneur Frédéric Forté entre en scène. L'homme refuse de voir « son club » mourir. Lorsqu'il prend ses fonctions de président, le Cercle est en ruines, sur le plan économique et sportif. Malgré un bilan morose (2 saisons en National 1, 4 en Pro B) la ferveur est toujours là et c'est peut-être ce qui va sauver le CSP. Il lui faudra 14 ans pour récupérer son bien. Limoges a perdu beaucoup de temps. Au lieu de rester au contact des grands d'Europe et de se structurer, le CSP a du se reconstruire pour réapprendre à gagner. C'est aujourd'hui le principal défi de Forté : trouver des solutions pour installer le club durablement dans l'élite. Mais le basket a profondément changé. Le budget du CSKA Moscou (40 millions €) est 5 fois supérieur à celui du CSP. Le rapport de force n'était pas le même dans les années 1980/90. Le Top 16 de l'Euroligue semble inaccessible pour les Français et Limoges n'a pas les moyens de signer pour une saison entière un joueur de la trempe de Pooh Jeter.

Malgré tout, le Cercle Saint-Pierre a les cartes en main pour porter le basket français des clubs. Outre des résultats de nouveau en accord avec son standing et une visibilité médiatique retrouvée, le CSP dispose d'un potentiel marketing qu'il doit être en mesure d'exploiter (sous réserve de créer une boutique en ligne qui fonctionne). Néanmoins, si le CSP veut envisager l'avenir avec sérénité (en arrêtant de contempler son énorme passé), agrandir ou quitter Beaublanc semble inéluctable. Problème : les pouvoirs publics ont investi 35 millions d'euros dans un stade high tech pour équiper... le club de rugby local qui végète en Fédérale 1, quand le Limoges Foot 87 évolue en... CFA2. Dans la ville du basket, le malaise est palpable. D'autant que le chantier tourne au fiasco.
Frédéric Forté doit prier pour que cette décision politique n'ait pas d'incidence sur le retour au premier plan de son club fétiche. Et comme impossible n'est pas Limoges, les rêves les plus fous sont toujours permis.


Texte par François Chevalier

(1) Cet épisode est raconté par Xavier Popelier dans un documentaire réalisé en 1993.
(2) Voir le documentaire La légende du Cercle, Korac 82
(3) La 3ème manche décisive entre Limoges et Olympiakos avec le buzzer bezter de Jurij Zdovc (vidéo)
(4) Le retour des champions 93 à Limoges, 20 ans après (vidéo)
(5) Intérieur Sport Le Cercle Sacré, consacré au CSP 1993 (vidéo)
(6) Les 8 moments qui ont fait la rivalité Pau - Limoges (article)

Références
EncycloCSP, le site d'archives sur le CSP.
Les Géants, l'épopée fabuleuse de leurs 400 victoires, ouvrage de Thierry Bretagne.
Beaublanc.com, site non officiel du CSP Limoges et son indispensable forum.
Bball Channel, site spécialisé dans les matchs collector. Voir le match CSP - LA Lakers à l'Open Mc Donalds de Paris en 1991
Saga France 3 Limousin sur l'histoire du CSP (photos et vidéos)
Basket Retro, site de référence pour le bball vintage. Tous les articles sur le CSP

]]>
<![CDATA[FRAIS / Sperry Top-Sider et l'histoire de la chaussure bateau]]> A l'occasion de la seconde collaboration entre Sperry Top-Sider et Velour By Nostalgi, on a envoyé notre reporter de guerre (textile bien entendu) en Suède pour voir dans quelle ambiance s'est créée ce projet à quatre mains.
C'est aussi une bonne excuse pour retracer l'histoire de la première chaussure bateau au monde.


PREMIÈRES ANNÉES 1895-1920’s
Paul Sperry est un gosse du Connecticut né dans une famille où la navigation est une tradition de longue date, son arrière grand père ayant été capitaine dans les îles les mers du Sud. Le début de la Première Guerre mondiale obligera Paul à quitter l’université de Dartmouth pour s'engager comme matelot dans la Marine américaine.



LA NAISSANCE DE LA SPERRY TOP-SIDER 1935
Parce qu'il a presque perdu la vie sur un pont trop glissant, Paul Sperry passera des années à tenter de confectionner la parfaite chaussure bateau anti- dérapante. Et c'est après avoir observé son chien courir sur la glace qu'il creusa des sillons ous une semelle en caoutchouc, comme ceux qu’il remarqua sous les pattes de son chien. La première chaussure bateau au monde était née.



GAGNER LE CŒUR ET L’ESPRIT DES MARINS 1936-1940’s
Parce qu'aucun autre équipement ne permettait aux marins de rester en sécurité sur le pont, chaque membre du Cruising Club of America écrivit à Paul pour lui demander une paire. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le Ministère de l'armée américaine choisit la Sperry Top-Sider comme l’une des chaussures officielles de la Marine.



STYLE AMÉRICAIN CLASSIQUE 1960’s-1970’s
La famille Kennedy est photographiée en vacances, marquant le début d’une histoire d’amour avec la vie nautique active et le style américain classique et installant les chaussures bateau et les baskets Sperry Top-Sider comme un élément à part entière de ce look emblématique.



UN SIGNE DE RÉUSSITE 1980’s-1990’s
Le guide Official Preppy Handbook choisit la Sperry Top- Sider Authentic Original comme chaussure symbole du style Preppy classique, incarnant un héritage de bon goût. En 1987 Dennis Conner mène l’équipe de la Coupe de l’America et remporta le trophée pour les États-Unis, La Sperry Top-Sider est alors la chaussure officielle de la course.



Une telle histoire donne forcément des envies d'échanges, les collaborations initiées par Sperry sont nombreuses et toujours le fruit d'une véritable envie commune entre les deux entités. On a choisit de vous expliquer la seconde capsules entre Sperry et les suédois de Velour By Nostalgi en vous rapportant les propos de Per Andersson - fondateur de la marque - et Camille Renot (designer) nous explique le développement.

"On adore le fait que Sperry soit une marque pionnière avec ses fameuse semelles antidérapantes depuis 1935. Pour cette seconde collaboration sur une update de la Sperry en chukka et sur une version basse très smart nous nous sommes inspiré des motifs de notre collection SS15, mêlés à des influences comme Marni ou Dries Van Noten sur le floral. Ce motif réalisé ensuite en sergé sur un denim japonais a été décliné sur des vestes et des pantalons de la collection."







D'autres collaborations sont à venir et on ne manquera pas de vous tenir au courant des plus marquantes, d'ici là vous pouvez retrouver les photos du voyage à Göteborg signées Mar-One ICI.

]]>
<![CDATA[STREET LIFE / Sperry Top Sider x Velour By Nostalgi / 2015-07-01]]> <![CDATA[FRAIS / Basket : de Boris Viaud à Ronny Turias, on a compilé les plus belles bourdes de France TV]]> Habituée des erreurs de synthé qui visent quasi systématiquement le basket tricolore (une malédiction !), France TV s'est une nouvelle fois distinguée en confondant deux joueurs de Strasbourg aux caractéristiques physiques diamétralement opposées.

Les gars, vous aviez juré ! Aux JO de Londres en 2012, le service public avait cumulé les couacs. Flashback : le capitaine Boris Diaw était ainsi devenu Boris... Viaud (Vian à la rigueur pour le côté classe mais Viaud, ça sonne comme un nom de prof de maths au collège), Ronny Turiaf s'était transformé en Ronny... Turias et, toujours plus fort, Florent Pietrus avait pris l'apparence... d'Ali Traoré.
Le capitaine des Bleus s'était amusé de la situation lors d'une interview en écrivant son nom de famille correctement orthographié sur une ardoise. Alors une fois pour la blague, on pardonne et puis la jurisprudence du stagiaire d'itélé prouve que le basket n'est pas la seule discipline à charger mais au bout du quatrième fail il faut sanctionner !

Un rasta et un hipster

Certes, le basket malgré ses 600 000 licenciés (second sport français) est moins populaire que le football mais comment est-il possible de confondre un « rasta de 215 centimètres » (Bangaly Fofana) et « un hipster d'1,92m » (Antoine Diot, accessoirement meneur de jeu international, back up de Tony Parker) ? Selon les mots de leur coéquipier Ali Traoré, très réactif sur son compte Twitter. Qui plus est dans un contexte de finale LNB. Pourtant, c'est comme si Didier Deschamps amalgamait Paul Pogba et Antoine Griezmann à l'entrainement.
Le basket français paye sans doute son manque de médiatisation, en dehors de la NBA et des grandes compétitions. Pour cela, il faut au minimum un championnat de Pro A solide avec des clubs qui ont des résultats au niveau européen. Ce n'est pas le cas actuellement. Rendez-vous à la rentrée pour l'Euro Basket, programmé sur le sol français (5-20 septembre).


France 3 Alsace dans ses oeuvres, le 21 juin dernier, en pleine finale LNB opposant Limoges à Strasbourg.


Ali Traoré, vous êtes sûrs ? Raté : c'est Florent Pietrus. (été 2012)


Ronny Turias, vraiment un super joueur. (été 2012)

Bonus : quand Michael Jordan devient Mickael Jordan

Rassurez-vous à France TV, vous n'êtes plus seuls en piste. Le 13 juin dernier, lors de la visite de sa majesté à Paris, TF1 a réalisé une magnifique coquille. Et si c'était la vraie raison de la non-venue de MJ23 au Quai 54 ?


Vous en aviez rêvé ? TF1 l'a fait.


Texte par François Chevalier

]]>
<![CDATA[FRAIS / En roue libre, JoeyStarr incendie Seb Farran sur les réseaux sociaux]]> Le torchon brûle entre l'ex-moitié d'NTM et son ancien manager. Déjà auteur d'un post sans ambiguité sur son compte Instagram le 15 mai dernier à l'égard de Sebastien Farran, JoeyStarr a remis le couvert hier soir sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram) dans une publication intitulée « joies et méfaits de la cocaïne ». On vous laisse apprécier la titraille. Morceaux choisis.

UPDATE : Seb Farran est sorti de son silence dans une tribune intitulée Lettre ouverte à JoeyStarr, mon ami perdu et publiée par la version française du Huffington Post.
« Si je lis bien tes déclarations, je devrais sans doute t'appeler Joey, de ton nom de scène, tant tes épanchements relèvent d'une vilaine opération de communication. Une opération de communication dont les motivations sont connues de toi. Et de toi seul. »
Lire la suite sur le site du Huffington Post

Dans sa tribune, Didier Morville explique pourquoi « il n'ira plus au Big festival » localisé à Biarritz depuis 2009 et vise directement ses organisateurs Seb Farran ainsi que sa compagne Nadège Winter. Le jaguar gorgone estime que « la technique Farran consiste invariablement à se barrer avec la caisse » et qu'il a « assez bossé pour entretenir les sessions estivales de cocaïne (...) à Ibiza. Mais le rappeur pousse le raisonnement : il pense que Farran est aujourd'hui le manager de Johnny Hallyday « grâce à ses efforts ». JoeyStarr n'aime pas trop la langue de bois et sa récente conversion aux réseaux sociaux le confirme. Une chose est sûre : ses prises de position tranchent avec la communication virale hyper travaillée de 99% des artistes. Cette franchise pourrait-elle lui jouer des tours ?

Après de telles accusations déballées en place publique, on ne voit pas bien comment le conflit pourrait se régler autrement que devant les tribunaux. Farran est-il l'escroc plein de drogue décrit par JoeyStarr qui, pris au piège, tente un acte désespéré en balançant sur la vie privée de ce dernier ? L'ex-manager d'NTM a toujours aimé les chiffres et on dit de lui qu'il n'a pas son pareil pour toucher des royalties sur tous les contrats qu'il paraphe. Pour l'instant muet, on doute que Terror Seb riposte avec un pistolet à eau. La suite au prochain épisode de ce feuilleton passionnant.

JOIES ET MÉFAITS DS LA COCAÏNE...pourquoi je n irais plus au #BIGFESTIVAL..pour ne plus donner de crédit aux deux...

Posted by JoeyStarr on samedi 27 juin 2015


]]>
<![CDATA[SHOPPING / Flavor]]> <![CDATA[SHOPPING / Walk By]]> <![CDATA[STREET LIFE / Nike Football X - Palais de Tokyo / 2015-05-15]]> <![CDATA[FRAIS / Pour ses 15 ans, le guide Fooding réunit le meilleur de la scène street food parisienne]]> Ce vendredi 5 juin, le guide culinaire « impertinent et décalé » organise un événement à la Rotonde Stalingrad en présence de quelques experts des cuisines de rue.

Dès le départ, le Fooding (publié pour la première en 2000 en hors-série de Nova Mag) s'est démarqué de l'institution gastronomique en primant à son palmarès des chefs issus de la scène street food. C'est donc en toute logique, que le duo Michael Greenwold / James Whelan (The Sunken Chip), Katsuaki Okiyama (Abri) et Marc Grossman (Bob's bake shop) seront présents pour animer la prometteuse soirée Foodstock.

A l'occasion de la « Revanche des Faubourgs », Street Tease Mag fait gagner des applis Fooding 2015. Connectez-vous sur sur notre compte Instagram pour participer.

Toutes les informations sur l'événement


]]>
<![CDATA[FRAIS / James Murphy, Roy Ayers, Caribou... D.L.i.d ambiance le printemps avec son nouveau mix]]> C'est un secret de Polichinelle : on est très fan des mixs du producteur toulousain. Sa dernière livraison, baptisée The Spring Selection tourne déjà en boucle dans notre rédaction (virtuelle).

Son Summer Mix 2014 était un gros calibre. La sélection printanière de D.L.i.d ne déroge pas à la règle. On nous souffle dans l'oreillette qu'un EP est en préparation pour le mois de juin. En attendant, on pose ça ici.
(Photo : © Damien Vignaux)

Tracklisting
1. ­James Murphy ­- We used to dance
2.­ Son Lux ­- Easy
3. ­Roots Manuva ­- Facety 2:11
4.­ Adam Santoya -­ Up
5. ­Clap Clap -­ Kuj Yato
6. ­Donovan ­- Get thy bearings
7. ­Roy Ayers -­ The Memory
8.­ Scalpel -­ Break In
9. ­Saul Williams ­- Twice the first time
10. ­JonWayne -­ No (Prod. Jay Dee)
11. ­Sylvan Esso -­ Coffee
12. ­Vophoniq ­- Human Tribute
13. ­The Beatles ­- Tomorrow never knows
14. ­Maribou State -­ The Clown (feat. Pedestrian)
15. ­Voiski ­- Wax Fashion
16. ­Caribou -­ Can’t do without you
17. ­Karma Kid ­- No qualms 18. ­Jon Hopkins -­ We Disappear
19. ­James Holden -­ The Caterpillar’s Intervention
20. ­D.L.I.D -­ Embruns


Repéré par François Chevalier

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Shoes Up #46 se la joue Flowers]]> Shoes-Up vient de sortir son 46ème numéro sous le thème Flowers.
Après deux étés foireux plus personne n'a de patience et cette année nous porterons le soleil sur nous, à défaut de l'avoir au dessus de nos têtes. La proposition est unanime et illustrée par un symbole qui, s’il a toujours égayé les collections summer, prend cette saison un caractère franchement omniprésent : les fleurs.

L’artiste Micheal De Feo, alias The Flower Guy, le writer originaire de Rio Marcelo Ment ou encore l'illustrateur français Jean Julien sont entre autres à découvrir.

Le magazine est déjà dispo en kiosque ou à commander en ligne.



]]>
<![CDATA[SHOPPING / Typhaine]]> <![CDATA[FRAIS / Wear : Grande Ville East Borough s'inspire du sportwear vintage américain]]> Grande Ville East Borough peut se définir comme le pendant beau linge du collectif Grande Ville, connu initialement pour son studio de beatmaking drivé par le gars Jimmy Whoo.

Myth Syzer, Lonely Band ou encore Bonnie Banane, ils sont nombreux (et ultra talentueux) a graviter autour du studio et cette association de bienfaiteurs issus de l'est parisien peut se targuer d'être le fer de lance d'une génération de rookies productifs.



Sous la volonté commune de partager une vision propre à chaque crew-member, Grande Ville livre peu mais bien dans un souci de qualité musicale très appréciable ces dernières années.

Le collectif présente ici son premier vestiaire sous la marque Grande Ville East Borough et s'inspire directement du sportwear vintage ricain. La collection décline la référence sous la forme d'un classic et d'un baseball tee disponibles en deux coloris, et surtout leur association bien sentie avec les dudes d'Ebbets Field leur fait également proposer une cap parfaite de simplicité.
Toutes les pièces sont disponibles chez Starcow en dur et en ligne.






]]>
<![CDATA[REVUES / Arnaud Fraisse - “Teki Latex va m’étriper mais pour moi, Stromae est un enfant de l’esprit TTC”]]> Alors pourquoi tant de « lose » ? L'éclairage d'Arnaud Fraisse, journaliste spécialiste du rap français.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[SHOPPING / SB Journals #2 Camille]]> <![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Antichambre lance son mini-festival]]> Projet musical intimiste où contact et détente sont privilégiés, Antichambre c'est avant tout une mise en lumière qui porte bien son nom pour ses artistes, comme si ce projet représentait l’antichambre qui leur permettrait de passer de l’ombre à la lumière.

En les accompagnant et en proposant des évènements en adéquation avec leurs univers respectifs, le projet se veut plus qu'une simple plateforme et le concept est simple : permettre au public de découvrir de nouveaux artistes dans une ambiance toujours décontractée.

C'est dans cette démarche de découverte qu'Antichambre lance la 1ère édition de son mini-festival les 9 et 10 avril prochains dans deux lieux de la capitale, le Monseigneur et les Etoiles.



Côté house, on retrouvera le roumain Rhadow, Mad Rey et Ségur (rookie de la scène house parisienne); côté techno le quatuor Cotton Clawen en profitera pour faire la release party de son premier LP accompagné d’Hofbahn (duo signé sur le label de Jennifer Cardini).
Vous retrouverez bien entendu le roster d’Antichambre, Solal Reyes, Axlr, CHVT et Sylvain pour des sonorités deep, techno et house.



Un festival tout ce qu’il y a de plus abordable puisque l’entrée pour les deux soirées n’excède pas 10 euros… Il est conseillé de venir tôt pour pouvoir en profiter comme il se doit. L'antichambre est ouverte.

]]>
<![CDATA[REVUES / Hirmane aka The Dwichtorialist - “Il y a 10 ans, la culture street food n'existait pas en France”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[SHOPPING / Rachel]]> <![CDATA[BLOGS / Take Away : le blog des cuisines de rue / Boulangerie BO]]>


C'est le nouveau spot des amateurs de bon pain, (et croyez-moi, j'en suis un), à deux baguettes du marché d'Aligre.

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Vernissage expo sonore Wrung x Gerz]]> Le 19 Mars avait lieu ma première expo Parisienne à la galerie Wrung, pour l'occasion chaque toile / cadre était accompagnée d'un morceau composé pour le visuel ou l'inverse un visuel pour un morceau. Merci beaucoup à Tex, Sandrine, Alexis, Eric pour l'invitation et l'organisation merci aussi à tous les gens qui sont passés au vernissage, l'expo reste visible jusqu'au 11 Avril.

Gerz

On March 19th was my first Parisian exhibition at the Wrung gallery. Each drawing and canvas were accompagnied by a musical piece I composed. Thanks to Sandrine, Tex and Alexis and Eric for the invitation and the organization. And thanks to the many people who came to the opening. The exhibition is open until the April 11.

Gerz

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Hustla - Daytona]]> Huitième extrait du tant attendu Ascenseur Émotionnel des gars de Hustla (Grems et Le Jouage) avec ce track 100% Jouagy.
Le LP sortira le 27 Avril prochain et les dudes continuent de nous offrir un clip par semaine pour dessiner les contours d'un projet qui s'avère passionnant.

]]>
<![CDATA[SHOPPING / SB Journals #1 Gladys]]> <![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Expo Gerz X Wrung]]>

• GERZ est un artiste qui navigue depuis toujours entre musique et art graphique . Après une école de dessin publicitaire, il se tourne vers la musique en tant que DJ sous le nom de Dj Géro et gagne la battle DMC France en 2002 et devient champion de France en 2003 et 2004. Pendant dix ans, il tourne partout en France et dans le monde et sort des cd mixés dont le très remarqué " 7 3/8 ".

• DJ pour le rap français, il collabore avec Triptik ,Orelsan , Grems , Rouge a Lèvres ou encore Gerard Baste. Il est également producteur pour des synchro de publicités. Il y a 5 ans, il renoue avec ses premiers amours et se remet au dessin et graffiti avec son crew TER , il décide de changer de nom pour regrouper musique et art graphique sous la même enseigne "Gerz" afin d'illustrer en couleur ses productions musicales et ainsi créer une dynamique autour de son art.

► GERZ @ GALERIE WRUNG

• Fidèle à son état d'esprit #justdoart, toujours à la recherche de nouveautés et de partages créatifs, WRUNG a donc le plaisir d'inviter GERZ pour une exposition insolite du 19 mars au 11 avril 2015.

• En effet, l'exposition qui se dévoilera au public sera une exposition sonore ! Chaque toile présentée a été associée à un track, qui a permis sa création, et que l'artiste a remixé ensuite. Stimulant les sens de chacun, le concept de GERZ pour la Galerie Wrung permettra à tous de mieux appréhender l'univers graphique, coloré, et rempli de dynamisme de l'artiste, les courbes et les formes, et plus globalement l'émotion transmise dans la réalisation des oeuvres.

]]>
<![CDATA[BLOGS / souslesdropics / PHOTOGRAPHIE / ON DIT BONJOUR / NOUVEAU SITE]]> Autopromo:

Ce post pour annoncer la mise en ligne de mon travail de photo, compilé, trié et réuni dans un seul et même espace. Des portraits, une selection des "daily" et autres curiosités croisées dans la rue, des bijoux, des paysages, et les séries au moyen format.

Extrait de la série À demi transparente



Extrait de la série Cold Luberon



Tumblr et Instagram restent mes daily, dans lesquels je continue à poster "sans filtre".


]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Hustla - Casino Royale]]> Le duo Hustla composé de Grems et Le Jouage poursuivent leur marathon clipé avec ce septième extrait de leur LP Ascenseur Émotionnel à paraître le 27 Avril prochain.

J'paie les taxes, j'paie pour tous ces rats, j'paie l'État.



]]>
<![CDATA[REVUES / Tim Moreau - “Les pionniers du Baltimore Club voulaient faire danser les gamins des quartiers”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / D-BangerZ dévoile son nouveau clip]]> Le groupe de rap lâche le premier extrait vidéo de son album.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Le clip d'Erevan Tusk donne faim]]> Les dudes d'Erevan Tusk viennent de sortir Growing, sortent de balade estivale en famille version The Walking Dead. Extrait de leur EP éponyme, le track prouve que les enfants ont des goûts simple, un pic-nic au bords de la mer et une surprise, le tour est joué. Bon ap.






]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / NBA : LaVine survole le concours de dunks]]> L'épreuve du Slam Dunk Contest était en perte de vitesse. On pensait avoir tout vu. C'était sans compter Zach LaVine, auteur d'une performance digne du jeu vidéo NBA 2K15, ce week-end au All-Star Game New York. Le replay.

]]>
<![CDATA[BLOGS / souslesdropics / AMSTERDAM / GREETINGS FROM / CARTE POSTALE]]> Une nouvelle carte postale, cette fois-ci Amsterdam! Un court aller-retour le temps d'un week-end. Quelques images, les copains, des sourires...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Adele - Rumour Has It / GERZ remix]]> ]]> <![CDATA[BLOGS / Take Away : le blog des cuisines de rue / Larry's Food Truck]]>


Encore un nouveau venu sur le parvis du cinéma MK2 Bibliothèque. Menu du jour : un food truck spécialisé dans le hot dog.

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[REVUES / Ugly Mely - “Les Air Max, c'était une paire de racailles !”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[STREET LIFE / It Must Be Feb | Footlocker | Londres / 2015-01-15]]> <![CDATA[SHOPPING / Daisy]]> <![CDATA[SHOPPING / ROYA]]> <![CDATA[REVUES / Mehdi Tahmi, collectionneur - “Je possède plus de 1000 matchs de basket en VHS”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Orelsan - « Sur Saint-Valentin, je parle de coucher avec des filles consentantes »]]>
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Fred Musa - « Avec Tabata Cash, j'avais le rôle de Difool »]]> Planète Rap sur Skyrock. Rencontre avec cet accroc du micro devenu un défenseur du rap hexagonal. Aujourd'hui en place, l'animateur revient également sur ses débuts à la radio, sa rencontre avec Tabata Cash et ses plantages.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[SHOPPING / Homecore]]> <![CDATA[REVUES / Lio - « Avec Tekilatex, je vis une deuxième jeunesse »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Olivier Cachin - « NTM ne pouvait pas refuser 1 million d'euros »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Yelle - « Les punchlines de Booba te donnent de la confiance »]]> Safari Disco Club, une balade pop à la fois pétillante et intimiste.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[STREET LIFE / Adidas x NBGHD at BlackRainbow / 2014-10-12]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh sur Mer - Narbonne / 2014-07-21]]> <![CDATA[STREET LIFE / Demolition Party / Royal Monceau / 2008-06-26]]> <![CDATA[STREET LIFE / Fegra Session | Biarritz / 2013-07-21]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh Quik Pro 2013 | Hossegor / 2013-10-10]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Qhuit Party / 2013-07-20]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Wu Tang / 2013-07-19]]>