<![CDATA[Street Tease]]> fr-fr <![CDATA[Street Tease]]> <![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / L.A Style James Brown Is Dead / Gerz remix]]> J'etais bien entendu fan de ce morceau dans les années 90 , il est donc normal d'en faire une traperie à diffuser dans sa deux cheveaux pour aller chercher le pain ou en roller pour aller à la piscine ou même pour bercer vos enfants avant qu'ils se couche bref partout c'est en free download comme d'hab ! L.A Style baby

]]>
<![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Vis ma vie de vendeur jouetclub]]> Grand nettoyage du jouetclub 1983 avec la rentrée de Leech / Stratos / Buzz-Off et Sy-Klone pour les MOTU , la pathologie ne s'arrange pas

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Et si j'allais au birthday Festival à Annecy]]> Samedi 25 Octobre direction le Brise Glace à Annecy avec Gerard Baste / La Caution / Cyanure / Axis / Le Jouage / James Delleck et moi même pour le Birthday festival organisé par Lil Don , grosse ambiance gros concert merci à toutes les personnes qui sont venu faire la teuf avec nous !!

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Gerz gallery Ink First show Strasbourg]]> Direction Strasbourg Gallery Ink pour ma première expo ,merci à Jaek pour l'invitation ! Du monde ,du soleil , du champagne , des bretzels ,la famille ,suivi d' une super soirée au Living room ou j'ai fait la rencontre de dj El Diablo ! et pour finir le week end une peinture au skate parc tranquille , merci à toutes les personnes qui sont passé voir mon travail ,l'expo reste jusqu'au 12 Dec n'hésitez pas à y faire un saut si vous habitez la région

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Bande de filles]]> Le nouveau film de la réalisatrice Céline Sciamma (Naissance des pieuvres, Tomboy) est en salles depuis mercredi. Même si le long métrage souffre de quelques longueurs par endroit, il vaut largement d'être vu pour la performance lumineuse des quatre actrices qui composent la « bande ».


De gauche à droite : Marietou Toure, Karidja Toure, Assa Sylla, Lindsay Karamoh

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / One Million Commandments]]> Et si des tweets de rappeurs venaient enrichir les Dix Commandements, et qu'on en faisait une page bien kitsch... One Million Commandments !

One Million Commandements

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / X-Men : Retour aux pyramides]]> Un morceau « all-time classic » du rap français pour se mettre bien.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Rodman ou l'art du rebond]]> Nos copains de Rockyrama se sont intéressés au cas (social) Dennis Rodman. Comment cet ancienne star NBA, déjà fantasque lors de sa carrière de joueur, est-il devenu un grand malade qui fricote aujourd'hui avec le dictateur nord-coréen Kim Jong-Un ? Tentative d'explications.

Pour lire le papier : « Rodman ou l'art du rebond »

Via Rockyrama

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Tous les épisodes de la série “H” en streaming]]> Samerlipopette... Mais c'est Noël avant l'heure !

Le lien pour regarder les quatre saisons de la série “H”

Via H-TV

]]>
<![CDATA[FRAIS / Neue Grafik, Zimmer, Edwin Van Cleef... Écoutez toutes nos mixtapes]]> Vous étiez nombreux à nous le réclamer. Votre souhait est enfin exaucé. Nos 10 derniers mixs exclusifs sont disponibles en libre écoute sur une seule page, dans l'ordre chronologique.
Elle est pas belle la vie ?

Pour s'abonner à notre compte Soundcloud : soundcloud.com/street-tease-magazine

Le Paradoxe Animalier

Samson Blond

Le Musicassette

Edwin Van Cleef

Zimmer

Neue Grafik

Mungo Park

Le Tournedisque

Electrosexual

]]>
<![CDATA[REVUES / Dimuschi - Dix ans de haute couture électro]]> Dimuschi revient : l'évènement a lieu vendredi dans un lieu dévoilé seulement 48 heures avant.

Collectif né à Paris en 2004, Dimuschi descend en droite ligne de la mouvance free, révolution festive d'une musique libérée de la règle des trois unités scénique, instrumentale et commerciale qui germe dans l'underground des mid-Eighties. L'occasion de vous ressortir le portrait de Laurent Baylet et Patrick Bamberger, co-fondateurs, rencontrés en janvier dernier à la soirée des dix ans de Dimuschi.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Top To Bottom recap photo]]> Voici un recap du Jam graffiti parisien "Top To Bottom" qui c'est produit le 27 et 28 Septembre 2014 sur la Halle Pajol dans le 18 eme , nous posteront l'ensemble des graffs dans un prochain post

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Shane Smith is the new Steve Austin]]> Le fondateur de Vice est l'un des patrons de presse les plus difficiles à choper en interview. Et tel Tom Hanks dans Catch Me If You Can, le journaliste Olivier Tesquet lui court après depuis un certain temps. Ce dernier a profité du lancement du nouveau joujou de Vice en France pour s'entretenir longuement avec Shane Smith.
Au moment où son entreprise a été valorisé à hauteur de trois milliards de dollars, les sujets de conversations ne manquent pas. Et comme Smith maîtrise l'art de la punchline, il n'oublie pas de se moquer de ces gens qui dans une époque pas si lointaine le prenaient pour un guignol. Aujourd'hui, il ne fait plus rire personne.

Pour lire le papier : Shane Smith : “Quand un enfoiré comme moi n’en fait qu’à sa tête, ça ne plaît pas”


Shane Smith dans les locaux de Vice, à Londres.

A lire aussi : notre rubrique médias

Via Télérama.fr

]]>
<![CDATA[FRAIS / Enquête : A qui profite le marché noir de la chaussure de sport ?]]> Certainement pas au consommateur... On dirait une accroche de Bernard de la Villardière. Sauf que derrière, il y a une réflexion sur le fond. Aujourd'hui, une paire de Lebron 10 “What The MVP” coûte en moyenne deux mille dollars sur eBay. Pour la Air Mag, il faut compter 3700 billets verts de plus. La spéculation autour de certains modèles atteint des sommets.

Le temps des Command Force achetées chez Intersport à 1000 balles est révolu, les règles ont changé. Le média US Five Thirty Eight s'est intéressé de près à ce que les Américains surnomment le « secondary market ». En filigrane, ces baskets en série limitée (vendues en boutique aux alentours de 200 dollars pièce) qui terminent sur Internet à des tarifs complètement fous.

Lisa Chow et Alison McCann ont enquêté sur ce phénomène en pleine expansion bien connu de la communauté de sneakeheads. Les camp out (de New York à... Bordeaux) se multiplient aux quatre coins de la planète et une minorité de mecs, pas forcément passionnés, se précipitent pour acheter des baskets rares qu'il vont immédiatement revendre au prix fort, sans effleurer le bitume.
Nike, dont les revenus sont en constante augmentation, ne peut ignorer l'existence de ce marché noir. Et Dans quelle mesure la firme de Phil Knight ou un designer comme Ronnie Fieg contribuent-ils à son développement ? C'est l'une des nombreuses questions à laquelle les deux journalistes tentent de répondre dans ce papier long format, enrichi des interventions d'un spécialiste (Josh Luber), d'un revendeur (Shirod Ince) et de nombreux graphiques. #MustRead, comme on dit...

Pour lire le papier : « You See Sneakers, These Guys See Hundreds Of Millions In Resale Profit »


Infographie illustrant l'enquête.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Le Do Mac, ça ne pourrit pas]]> Les mecs de BuzzFeed ont voulu tester la résistance au temps des burgers de sept fast foods différents. Trente jours dans un bocal filmé. Le résultat ? Ils ont tous moisi, sauf un qui est resté intact. Devinez lequel ? Flippant...

Pour manger des trucs vraiment bons, rendez-vous sur notre blog street food

Via BuzzFeed

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Le Corbusier feat. Xavier Delory]]> Une image exclusive de la Villa Savoye vandalisée ? Non, ce fake est le résultat de retouches réalisées par le photographe Xavier Delory, dans le cadre d'un travail autour de la maison dessinée par l'architecte franco-suisse. Du graffiti virtuel... Bluffant, non ?

La suite de l'article à lire sur la version française du Huffington Post.

Via huffingtonpost.fr

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Limoges retrouve l'Europe]]> Limoges, sa porcelaine, sa gare et... son club de basket mythique : le Cercle Saint-Pierre.
Dix-sept ans après sa dernière participation à l'Euroligue et vingt et un après l'obtention du titre suprême, l'équipe limousine au palmarès unique (10 titres de champion de France et 5 coupes continentales) retrouve la compétition reine.
Premier match ce soir sur le parquet du Maccabi Tel-Aviv, champion d'Europe en titre. Les grands clubs ne meurent jamais !

Le sujet d'Euroleague.net

Le documentaire de Nicolas de Virieu sur l'histoire du titre de 1993


L'équipe de 1993, championne d'Europe


L'équipe de 2014, championne de France en titre

]]>
<![CDATA[FRAIS / Book : Seb Carayol compile les 100 boards de skate les plus subversives]]> Le journaliste et historien de la planche à roulettes Sébastien Carayol est l'auteur d'un bien bel ouvrage qui recense les plus belles boards sorties dans les années 1990. Une période qualifiée d'âge d'or du skate par son auteur. Jeudi prochain, il sera chez Starcow pour dédicacer son bouquin.

Dans un entretien accordé à Vice.fr, Carayol, déjà responsable de la section skate dans l'exposition Public Domaine proposée par la Gaîté Lyrique (2011), raconte l'histoire de ce projet.

Séance de dédicaces du livre « Agents Provocateurs, 100 subversive skateboard graphics » en présence de l'auteur et expo de boards mythiques chez Starcow, le jeudi 26 octobre à partir de 19 heures.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Le vocabulaire du rap français]]> Super boulot des gars de shakedatass.fr qui se sont amusés à quantifier le volume de mots utilisés par les principaux acteurs du rap français. Sans surprises, on apprend que MC Solaar arrive en première position, loin devant Booba, Akhenaton, Rohff...

Voir l'infographie complète

Via Shake Dat Ass

]]>
<![CDATA[FRAIS / Nicolas Gavino : « La perfection, c'est la pire chose qui puisse arriver à un photographe »]]> Alors qu'il publie son nouveau bouquin, Grey, Nicolas Gavino a fait l'objet d'un documentaire dans lequel le photographe dévoile une partie de ses influences et de son processus créatif.

Ce court métrage est l'oeuvre de Rémi Le Maistre. Le réalisateur suisse a notamment obtenu du Bordelais qu'il raconte le secret de ses tirages argentiques et l'importance du DIY dans son travail.
Et Nicolas Gavino de concéder cette anecdote : « Le RSA a influencé mon style. Quand tu n'as pas de moyens, tu vas directement à l'essentiel (...) La perfection, c'est la pire chose qui puisse t'arriver ».

Pour se procurer le nouvel ouvrage du photographe : nicolasgavino.tumblr.com

Le documentaire

]]>
<![CDATA[STREET LIFE / Adidas x NBGHD at BlackRainbow / 2014-10-12]]> <![CDATA[FRAIS / Archive : Mohamed Ali vs Wilt Chamberlain, le combat impossible]]> La scène se déroule sur le plateau de l'émission du journaliste sportif américain Howard Cosell, le 10 mars 1967. La rencontre entre les deux légendes du sport mondial vire à la bataille de punchlines. Un registre dans lequel ces champions d'exception sont visiblement très à l'aise. On croit à une mise en scène digne des conférences qui précèdent les grands combats. Mais ne vous fiez pas aux apparences...

Cette année-là, Wilt Chamberlain porte les couleurs des 76ers de Philadelphie, sa ville natale et Mohamed Ali est champion du monde en titre des poids lourds (WBA). Le fait est que le basketteur de 216 centimètres est un tel spécimen physique qu'il se verrait bien affronter Ali sur un ring de boxe. Doué dans tous les sports qu'il pratique, « The Stilt » est une montagne de muscles qui n'a peur de personne, pas même du plus grand boxeur de tous les temps ! Mais la confrontation tant espérée n'aura pas lieu.
Un certain nombre de sites spécialisés dans l'art pugilistique relate cette histoire. D'après quelques sources concordantes, le manager d'Ali craignait pour son champion. Plus tard, dans sa biographie, Chamberlain révéla qu'il regrettait que ce choc de titans n'ait jamais eu lieu. Et on le comprend.

La scène sur le plateau d'Howard Cosell

Le choc des titans n'aura pas lieu...

]]>
<![CDATA[FRAIS / Vingt ans après, le “Blue Album” de Weezer n'a pas pris une ride]]> Le nouvel album de la bande à Rivers Cuomo est dans les bacs depuis le 6 octobre. Everything Will Be Alright in the End est le neuvième Long Play enregistré en studio par le groupe de rock basé à Los Angeles. Le meilleur depuis des lustres paraît-il. Mais on s'en fiche comme de l'an quarante. Pour les inconditionnels de Weezer, 2014 évoque surtout les vingt ans d'un disque de power pop monumental : le Blue Album.
Comment un album d'indie rock a-t-il pu à ce point scanner une époque et influencer autant de groupes ? Plusieurs pistes pour tenter de comprendre.

La réussite de ce disque tient pour l'essentiel à la personnalité complexe et à la volonté d'un seul homme : Rivers Cuomo, le cerveau de Weezer. Le Californien d'adoption n'est pas seulement un petit génie du songwriting rock et un grand guitariste, adepte de la concision, de l'épure. A l'instar d'un Frank Black, le leader de Weezer a élevé au rang d'oeuvre d'art art la trilogie couplet/refrain/solo de guitare. La structure d'un tube n'a aucun secret pour lui. De l'inaugural My Name is Jonas au bouquet final Only in Dreams, le tracklisting est une succession de hits intemporels. Les textes de ce binoclard timide au physique anodin transpirent l'Amérique du début des années 1990. Celle du passage de témoin entre le heavy metal de Guns N' Roses et le grunge de Nirvana. Le Blue Album sortira le 10 mai 1994, soit trente-cinq jours après le décès de Kurt Cobain.
Un contexte favorable à Cuomo, qui aspire a plus de coolitude et on comprend mieux pourquoi il avait envisagé une pochette en hommage aux Beach Boys (voir plus bas). Dans ses textes, il évoque la fille de ses rêves (No One Else), la ride (Surf Wax America) et cite Kerouac (Holiday). Sur In The Garage, le futur diplomé d'Harvard (promo 2006) parle des posters de Kiss qui trônent dans salle de répétition (le même garage qui servira de décor au clip de Say it Ain't So). Et puisqu'il faut un hymne, Undone The Sweater Song fera l'affaire avec son refrain imparable : « If you want to destroy my sweater - Hold this thread as I walk away ».
Weezer devient la bande son d'une génération qui se retrouve dans les paroles d'un jeune homme de vingt-trois piges. A partir de là, le natif de New-York (13 juin 1970) va consacrer sa vie à tenter de reproduire un tel chef d'oeuvre. En vain.

Le “Blue Album” en version full

Dans un vieux numéro de Rock & Folk datant de mai 2002, on apprend que le New-yorkais est capable de s'imposer une discipline de fer. Pour l'écriture du Green Album paru en 2001, Cuomo, soucieux de retrouver son niveau d'écriture de 1994, se lève chaque jour à six heures du mat' pour composer. Le régime ? Pas une goute d'alcool et une alimentation équilibrée pendant un an. Au final, le songwriter aurait empilé quelques huit cent morceaux en carrière. Un grand malade. Revers de la médaille, il veut tout maitriser. Peu disert avec les journalistes, Cuomo le pugnace se dévoile dans l'intimité du groupe, dans un registre plus tyrannique. Et sa méthode ne plait pas à tout le monde.

Pour preuve, le bassiste Matt Sharp quittera le groupe pour cause d'incompatibilité d'humeur (et de bataille d'égos). L'influence créative de Sharp ainsi que sa capacité à contester le leadership de Cuomo tranchent avec le reste de la bande. Patrick Wilson (batterie) et Brian Bell (guitare) se rangent systématiquement derrière les avis de leur « boss » qui n'aime pas partager le pouvoir. Les mauvaises langues expliquent que son départ en 1998, coïncide avec la baisse de régime du groupe. Difficile de donner tort aux détracteurs puisque les deux premiers albums (Pinkerton est sorti en 1996) de Weezer sont clairement les meilleurs sur le plan artistique. De son côté, Sharp ira faire le bonheur de The Rentals, une très honnête formation new wave, à qui l'ont doit l'excellent Friends of P.

Le “Blue Album” en quelques chiffres et anecdotes

Au final, le label Geffen Records a écoulé trois millions de copies dans le monde. Pour situer la performance, c'est autant que le premier album de Daft Punk. La production est l'oeuvre de Ric Ocasek, l'ex-chanteur de The Cars qui a également enregistré Suicide, The Killers, Nada Surf...

Comme tous les grands disques, le Blue Album a eu droit a son édition Deluxe en 2004. En plus d'une version remasterisée, le pack contient un second disque intitulé Dusty Gems and Raw Nuggets incluant faces B et raretés.

En réalisant les clips de Buddy Holly (dans un remake d'une scène de la série Happy Days) et Undone The Sweater Song, soit deux des trois singles extraits du LP, Spike Jonze a largement contribué à la notoriété du Blue Album. Et comme tout ce que touche l'Américain à cette époque se transforme en or...

Le Blue album est le disque de chevet avoué d'un nombre incalculable de formations rock plus ou moins recommandables, de Deftones à Wheatus, en passant par Jimmy Eat World.

Le nouvel album de U2 livré gratos dans l'Itunes de 500 000 millions d'utilisateurs ? On a mieux en stock : le clip de Buddy Holly était inclus dans un bonus du CD d'installation de Windows 95. Le marketing a son meilleur.

Impossible de parler du premier album de Weezer sans évoquer son artwork. La direction artistique avait été confiée a Michael Golob. Ce dernier a récemment posté sur son profil Facebook des travaux préparatoires de la pochette. La photo quand à elle, est l'oeuvre de Peter Gowland, qui a signé bon nombre de couvertures de magazines, pour Playboy et Rolling Stone. Initialement, Rivers Cuomo souhaitait que les membres du groupe portent la même chemise, dans l'esprit Beach Boys. Au final, on est plus proche de la pochette du Crazy Rhythms de The Feelies, en version normcore.


Rivers Cuomo voulait les Beach Boys, il a eu The Feelies.

Les trois clips extraits du “Blue Album”

]]>
<![CDATA[FRAIS / Ichon sort Cyclique et nous parle pulsions et cycles]]> Dans le rap jeu français, empêtré jusqu'à la gorge dans un maniérisme consanguin de plus en plus flagrant, il y a peu de plumes qui peuvent se vanter de créer la surprise à chaque couplet et celle d'Ichon plane souvent quelques mètres au dessus de la meute.
Après les tracks lumineux comme Cyclique ou Barbara, il vient de kicker le freestyle le plus violent de la rentrée avec Pulsion, nouveau teaser de son EP Cyclique à paraître le 11 Octobre. Ichon a pris le temps de nous écrire quelques mots autour du projet, de ces impressions sur le jeu et de ses envies.

Je m'appelle Ichon, j'ai 24 ans maintenant et je fais du rap un de mes projets.
Je fais partie du collectif Bon Gamin avec Loveni aussi rappeur, Myth Syzer producteur, RDLS groupe de peintre et OH Gamin un groupe de cinéaste.
Voilà maintenant 3 voir 4 ans qu'on observe ce qui se fait, qu'on voit des artistes sortir puis mourir....

Pulsion

Là c'est terminé, on arrive seul, indépendant, pour mettre le feu dans ce jeu. Je pense qu'on a su faire nos preuves, que les gens nous connaissent mais que personne n'a osé nous soutenir plus que ça...

Blue

Notre truc doit être un peu trop léché pour que les gens comprennent... C'est pas pour les débiles ou les gosses de 12 piges, du coup, c'est compliqué à sortir. Et nous même, ça nous décourage, mais il ne faut pas.
Y'a rien c'est que de la musique mais c'est toute ma vie, toutes mes émotions que je transfère là-dedans...

Macadam

J'ai beaucoup d'espoir mais je sais que ça ne tient pas qu'à moi. Tout ce que je ferai sera toujours de qualité et viendra toujours du cœur mais les gens ont peur des mots, de la différence et même du travail. Ils veulent être à la mode en écoutant le dernier morceau à la mode. Ils veulent du rap et moi je veux faire évoluer ce truc... Tout le monde devrait se prendre mon premier EP "Cyclique". Ceux qui se le prendront auront tout compris à la vie et soutiendront un vrai gars.

Cyclique

Maintenant en attendant la sortie de mon projet, je vais continuer à vous donner du "rap de compromis" (entre ce que vous aimez et ce que je suis) pour ma promo puis vous serez prêt à lâcher 8€ sur ITunes pour Cyclique ce qui deviendra un jour un classique si Dieu veut.
Love

Barbara

Cyclique est disponible sur Itunes dès maintenant par ici.

crédit photo : Ichon, RDLS et Coco La Griboulle

SUR LE MÊME THÈME
JR Ewing : « Etre hip-hop, c'était pas juste enfiler des sapes »
Olivier Cachin : « NTM ne pouvait pas refuser un million d'euros »

]]>
<![CDATA[FRAIS / Le film “Wrong Cops” de Quentin Dupieux décliné en web-série]]> Le dernier film de Quentin Dupieux est un assemblage de courts métrages. Le découpage initial de Wrong Cops est désormais disponible en web-série via la chaîne YouTube du Studio 4.0.
Un premier épisode visible ci-dessous.

Wrong Cops, c'est d'abord un scénario made in Quentin Dupieux : l'histoire d'un flic mélomane et complètement « ripou » (interprété par l'irrésistible Mark Burnham) qui deale de l'herbe dans les rues de Los Angeles. Curiosité : il dissimule sa dope dans des rats. Egalement présents au casting, Eric Judor (impeccable en collègue compositeur électro) et Marilyn Manson, plein de justesse, dans le rôle du gamin terrorisé par « l'abominable » Duke.

Le premier épisode en VOSTFR : Wrong Cops - Monday

Le deuxième épisode en VOSTFR : Wrong Cops - Tuesday

]]>
<![CDATA[REVUES / Teki Latex - « Les obstacles à la reformation de TTC semblent insurmontables »]]>
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[FRAIS / Polo aka hip-hop Best Kept Secret : Les 10 lignes Ralph Lauren les plus emblématiques]]> Tex aka Texaco aka Uncle T est à la fois activiste hip-hop des premières heures et pionnier du street marketing hexagonal, cofondateur des mythiques soirées Groove Deluxe et collaborateur historique du célèbre magazine Get Busy. Liste bien entendue non exhaustive puisqu'en plus d'être un sneakerhead sur averti et un collectionneur de vinyles acharné le dude est l'un des piliers du mouvement Lo-Life, surnom collé aux dos des fanatiques de la marque Ralph Lauren.

Pour Street Tease Mag, Tex a accepté de nous faire découvrir l'historique du mouvement, ainsi que les lignes et pièces les plus recherchées des LO-Heads. On lui passe le clavier.


Mayhem Lauren Lo

L'histoire d'amour entre le hip hop et la marque Ralph Lauren dure depuis la fin des années 1980. La marque créée en 1967 par Ralph Lifschitz, immigré de parents juifs de Russie et né dans le Bronx, n'était pourtant pas destinée à être portée par les afro-américains et latinos des inner cities ghettos ricains mais plutôt à une clientèle WASP fréquentant les Hamptons et s'adonnant aux joies du tennis, du golf et de la régate nautique. Des sports peu pratiqués vers Harlem ou Brooklyn....

Le règne du do it yourself et de la débrouillardise

Mais c'était sans compter avec les goûts de luxe et le détournement par la communauté hip-hop. En effet, dans les 80's le hip- hop n'est pas encore un marché porteur, et aucunes marques ne lui est dédiée. Karl Kani et Cross Colors (les premières marques HH) n'apparaitront qu'au début des années 90, et c'est donc le règne du do it yourself et de la débrouillardise. Les marques de sportswear et de luxe sont donc allègrement détournées de leurs fonctions premières et se retrouvent portées par les B-Boys et Fly Girls new- yorkais.


Meyhem Action

Si Adidas, Fila, Nike, Puma, Lee, Bally, Gucci, MCM ou encore Louis Vuitton font partie des marques de prédilection, Ralph Lauren va très vite s'imposer comme LA marque de choix. Largement popularisée dans les rues de Brooklyn par un crew de boosters (voleurs à l'étalage) originaires du quartier de Brownsville - les « Lo-Life » sont prêts à tout pour récupérer leur dose quotidienne de « LO » (le surnom de Polo aux US).

Connus pour leur fameuses descentes en masse dans les grands magasins comme Macy's et Bloomingdales, 30 à 40 Lo-Lifes s'attaquaient au stand Ralph Lauren avec comme but de prendre le maximum de pièces le plus vite possible. Rappelons qu'à cette époque, bippers, portiques et agents de sécurité n'étaient pas la norme dans ces magasins... Tant et si bien qu'ils se retrouvèrent tous avec une quantité de pièces Ralph Lo telle que non seulement ils étaient habillés des pieds à la tête de Polo mais ils pouvaient même se permettre de changer leur tenues plusieurs fois par jour.

L'influence de ce crew est considérable et au début des 90's, Polo est devenu la marque officielle du hip-hop et de la rue dans la grosse pomme.


Polo Ralph Lauren vintages hats, RRL Tiger Varsity & Kayak Rugby

Depuis cette période, la marque a connu des hauts et des bas, mais s'est relancée auprès du grand public depuis l'arrivée des lignes Big Pony, Rugby et Denim & Supply. Les pièces vintages s'arrachent sur eBay et atteignent des sommes astronomiques (jusqu'à plusieurs milliers de $$$ pour certaines pièces).

Voilà le top 10 des lignes Ralph Lauren les plus emblématiques :

1/ suicide ski | 1992

2/ cookie | late 80's

3/ cross flag | 1987

4/ stadium | 1987

5/ crest | late 80's

6/ Bear | late 80's till early 00's

7/ P wing | 1992

8/ snow beach/cold wave | 1994

9/ 1992 SKI | 1992

10/ 92/93

Top 5 videos des Lo' moments


Grand Puba & Mary J Blige - What's The 411? (Yo! MTV Raps) - 1993


Wu Tang Clan - Raekwon en Snow Beach - Can It Be All So Simple - 1993


Zhigge - Toss It Up - 1992


Vado - Polo remix feat. Young Dro - 2010


Brother Lo'What It Iz Remix part 3 (Feat Spit Gemz, Sadat X, Thirstin Howl The 3RD, Meyhem Lauren, Lf-Lo) - 2011

Extra bonus dans le rap-jeu français


Ron Brice - Mercer Music - 2014

Rappers in LO


Nas et Lil Kim


Merci Music


Fabolous


Thirsin Howl the Third

Shout out to the originals and founders : Thirstin Howl The Third, Rack-Lo, Meyhem Lauren, Sadat X
Shout out aux lolife lohead francais : Fresh-Lo, Rolecs, VR the legend, Dj Low Cut, Alpha Wann, Dj Lo, Grain De Caf, Cissou, D-Lo, Ron Brice, Young Lef, Chimiste, Dj Stresh, just music beats team...

SUR LE MÊME THÈME
JR Ewing : « Etre hip-hop, c'était pas juste enfiler des sapes »
Et si Wrung était le vétéran du streetwear à la française
Olivier Cachin : « NTM ne pouvait pas refuser un million d'euros »

]]>
<![CDATA[FRAIS / Nichons Magazine : « Pour stopper le flux de l'Internet, nous l'avons imprimé »]]> Halte là ! On vous voit venir bande de petits chenapans. Non, Nichons n'est pas une déclinaison print du Tag Parfait mais une revue semestrielle d'une centaine de pages qui « explore les pratiques de l'Internet ». Quid de la sacro-sainte expérience utilisateur au cinéma, dans les prisons, les bibliothèques... L'ambition ? Prendre le temps de traiter des cultures numériques sur du papier. Et sans boutons de partage vers les réseaux sociaux.
Nos questions à Alexandre Léchenet, directeur éditorial du mag.

Comment cette revue est-elle née ?
Alexandre Léchenet : Avec Julien et Enora, nous avions couvert les élections de 2012 en data-visualisations pour Matière Primaire. Le projet a eu un petit succès — on a même fait une exposition — et nous avions vraiment envie de continuer à travailler ensemble. Le support papier nous intéressait. Nous nous sommes dit que nous allions aller à rebours en racontant Internet sur du papier.

Que trouve-t-on dans ce mag ?
Dans Nichons-nous dans l'Internet, on raconte les gens à travers leur ordinateur. Il y a des articles, des séries de photos ou des projets artistiques. On trouve par exemple des portraits d'utilisateurs, un éclairage sur une utilisation particulière ou un site oublié, on échange avec des net-artistes et on raconte du patrimoine d'Internet. Dans le premier numéro, on s'intéressait ainsi à l'Internet d'une personne aveugle, aux fétichistes qui peuvent s'épanouir en ligne, à une bagarre épique entre blogueurs high-tech et maman blogueuses ou encore à un vieux jeu de rôle en ligne.

Qui sont les contributeurs ?
Ce sont des gens qui nous ont proposé des textes, ou ceux dont on aime l'Internet. Ils ont tous été généreux pour nous donner un peu de leur temps et de leur travail. Il y a des journalistes web, des photographes et des graphistes. Nous ouvrons également nos pages à des chercheurs en communication et en sociologie.

Pourquoi faire ce choix de lancer un titre qui traite de culture numérique, sur un format papier ?
Nous avions vraiment envie de faire une revue en papier, parce que l'objet est agréable. On s'est dit que le seul moyen d'arrêter le flux du Net était de l'imprimer. Et fabriquer un objet concret est complètement différent de la création sur le Web.

Comment expliques-tu cette volonté de raccrocher le wagon du slow journalisme ?
Nous avons chacun un métier, et faire un magazine prend beaucoup de temps, alors on s'est dit que 100 pages tous les six mois était un bon tempo. Ça permet aux gens de prendre le temps de lire les différents articles, de découvrir les projets photographiques, et ça nous permet de trouver des bonnes idées, de lécher la présentation...

Quels sont les trois papiers qu'il faut absolument lire dans le numéro 2 ?
Il faut tous les lire. Mais je dirai qu'on peut lire un article sur l'utilisation de Twitter par un jeune de 17 ans, qui a su détourner l'outil pour faire monter en trending topic ce que bon lui semble est très fascinant et assez intriguant.
Il y a aussi un autre article, un peu à l'opposé, qui raconte l'utilisation d'Internet par une bibliothécaire, aveugle. Elle raconte comment elle pianote sur son clavier braille pour lire et écrire, et explique ce qui l'ennuie le plus sur le web.
Et il y a une belle série de photo sur tout un tas de mèmes Internet monté dans des bijoux. C'est super kitsch et super mignon à la fois : c'est Internet.

Nichons-nous dans l'Internet, disponible à la vente sur le site du magazine et dans plusieurs librairies à Paris (Ofr, LO/A, galerie du jour Agnès b...).

]]>
<![CDATA[REVUES / Olivier Cachin - « NTM ne pouvait pas refuser un million d'euros »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Yelle - « Les punchlines de Booba te donnent de la confiance »]]> Safari Disco Club, une balade pop à la fois pétillante et intimiste.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[SHOPPING / Ballin']]> <![CDATA[SHOPPING / SAPAPAYA]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh sur Mer - Narbonne / 2014-07-21]]> <![CDATA[SHOPPING / Official Issue Xo]]> <![CDATA[REVUES / JR Ewing - « Etre hip-hop, c'est pas juste enfiler des sapes »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Manaré - « J'ai organisé ma première soirée dans un squat »]]> Le jeune parisien sort aujourd'hui son premier maxi Calcutta 1946 et a accepté de répondre à nos questions. Profitons-en.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Para One - « Le jour où la musique m'ennuiera, je ferai du cinéma »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[SHOPPING / Hey Pearl]]> <![CDATA[REVUES / Craig Costello aka KR - « L’esthétique Krink a eu un impact global dans la rue »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[SHOPPING / Keys Open Doors]]> <![CDATA[REVUES / Fraser Cooke - « Internet a tué le concept d'exclusivité »]]> Un souhait devenu réalité au gré de ses expériences de livreur, coiffeur, DJ, distributeur de labels wear pointus et consécration ultime, directeur du département street culture chez Nike.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Jérémie Rozan - « Le clip de Kanye West a couté 1 million de dollars ! »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[STREET LIFE / Demolition Party / Royal Monceau / 2008-06-26]]> <![CDATA[SHOPPING / I Think I'll Call It Morning]]> <![CDATA[SHOPPING / Cholas]]> <![CDATA[SHOPPING / Bleu De Paname | Indigo]]> <![CDATA[SHOPPING / Lanasana's Priestess]]> <![CDATA[STREET LIFE / Fegra Session | Biarritz / 2013-07-21]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh Quik Pro 2013 | Hossegor / 2013-10-10]]> <![CDATA[SHOPPING / Bring Da Ruckus]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Qhuit Party / 2013-07-20]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Wu Tang / 2013-07-19]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Boss Sound System / 2013-07-18]]> <![CDATA[STREET LIFE / Paulette Corner | Sosh | Roxy Pro / 2013-07-15]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh | Roxy Pro Biarritz 2013 / 2013-07-15]]>