<![CDATA[Street Tease]]> fr-fr <![CDATA[Street Tease]]> <![CDATA[FRAIS / Nicolas Gavino commente quelques photos de son nouveau livre et c'est simplement beau]]> Le photographe bordelais publie ces jour-ci un ouvrage intitulé « Nocturne ». Si cette série à la beauté suggestive confirme son intérêt pour les clichés supposés « ratés » ou les accidents, Nicolas Gavino dévoile une facette inattendue dans son travail. « Des photos de nu [presque surréalistes] pour exprimer autre chose que la sexualité » dit-il.

Voici une photographie de Fanny que j'ai rencontré à Auchan. Je l'ai attendu à la sortie des caisses pour aller lui parler. Fanny aime la mode et Kandinsky. J'adore aller dans sa résidence étudiante, tu sais cette ambiance avec des murs en crépi et un lit une place. Un après-midi pendant que je lui caressais la main, elle reproduisait exactement le même geste mais en « caressant » son fil d'actualité Facebook... Ce moment poétique en dit long sur notre temps. J'avais même fait une vidéo avec mon téléphone.

Sarah est une personne calme, ça la rend très charismatique. A chaque fois que je lui rendais visite elle me recevait pieds nus avec cette robe noir qui lui servait plus ou moins de pyjama. Cette photo la représente bien je trouve. Sur la gauche, on peut voir un morceau de son bureau Ikea puis à droite, le fil de la lampe. J'adore conserver ce genre d'accidents, je trouve ça plus honnête. C'est la belle photo ratée qui m'intéresse.

Ce cliché de Maï est une erreur, au départ je voulais prendre son pied sans grande conviction. Mais au développement le résultat m'a surpris. On dirait une sorte de morphing, une architecture. Après cet épisode, j'ai commencé à réaliser des images plus surréalistes. A faire des photos de nu pour exprimer autre chose que la sexualité, ça me semble plus intéressant aujourd'hui.

Là, c'est encore chez Fanny avec son poster de Kandinsky. Après un dimanche pluvieux, l'idée de faire un baiser vertical a germé. J'ai scotché mon appareil sur son étagère en guise de trépied afin de pouvoir enclencher le retardateur. Mais 10 secondes de retardement pour faire le poirier et s'embrasser, c'est court ! La cinquième tentative fut la bonne. Cette photo a une valeur très sentimentale, car elle marque une belle et longue période d'insouciance.

J’ai récemment découvert « les peuples de l’Omo » en Ethiopie. Ce sont des tribus qui se maquillent, se coiffent, se parent de toutes sortes d’ornements végétaux, c’est absolument grandiose. Leur vision du monde et du corps m’a complètement fasciné. Alors je suis allé couper une feuille du palmier qui se trouve juste en bas de chez moi. Puis avec deux amies on a testé des poses pour arriver à cet espèce de dieu arachnide, complètement fou. L'idée de construire à partir de rien me plait beaucoup.

Mélissa et Marie sont amies dans la vie, elles venaient souvent faire des photos chez moi. Après la fin de leur partiel, on a improvisé un goûter à la maison. La fin des cours, le début de l'été les rendaient folles de joie. Elles ont commencé à faire des figures ridicules que l'on nous apprenait en cours d'EPS : le pont, la bougie... Puis il s'est passé ça. J'avais l'impression d'avoir 14 ans.

J'ai imaginé cette scène une nuit, On l'a réalisé dans ma petite salle de bain, la pauvre modèle a bien failli mourir de froid en restant statique sous ce drap humide. Mais c' était magnifique, je me suis cru dans une peinture de Jacques-Louis David. Avec le temps, je commence à comprendre que mon attirance pour les scènes tombantes comme les cheveux, les corps abandonnés, les rideaux… vient de ma culture occidentale qui est principalement fondée sur la tragédie. Je vois une grande profondeur dans la dramaturgie.

Pour se procurer Nocturne, le dernier ouvrage de Nicolas Gavino, veuillez cliquer sur le lien suivant.


Propos recueillis par François Chevalier

]]>
<![CDATA[FRAIS / On a rencontré le plus grand fan de Jean-Marie Poiré au monde]]> Il se moque éperdument du torrent de boue critique qui s'abat actuellement sur le dernier volet des Visiteurs. Jérémie continuera d'organiser avec ses potes des soirées à la gloire de Jean-Marie Poiré et à regarder l'Opération Corned Beef en boucle. Entretien avec un jeune trentenaire qui voue un culte immodéré au « dernier réalisateur français à défendre la comédie franchouillarde ».

Comment as-tu contracté le virus Jean-Marie Poiré ?

Mes parents ont toujours regardé beaucoup de films, de tous les genres, et le salon débordait de VHS. Très tôt, ils ont voulu nous créer une culture ciné, à ma frangine et à moi. Donc, entre Coup de torchon (naissance de mon amour pour Tavernier), La Traversée de Paris et Dark Crystal, ils mettaient à disposition les cassettes du Père Noël est une ordure (1979) et de L'opération Corned Beef (1991), que j'ai maté en boucle. Puis est arrivé Les Visiteurs (1993). Poiré sort ensuite Les anges gardiens (1995), puis Les Visiteurs 2 (1998) et je commence à comprendre le personnage. Plus je grandissais et m'intéressais au cinoche et à son histoire, plus je me rendais compte de ce que faisait Jean-Marie Poiré, en bien ou en mal.
Poiré, pour moi, c'est le dernier cinéaste français à réaliser de la comédie franchouillarde, si populaire dans les années 1970-1980. Le dernier depuis que Claude Zidi, Patrice Leconte, Gérard Oury et d'autres ont arrêté ou sont morts. Du coup, évidemment, ça a pris un vrai coup de vieux, mais le mec n'a pas changé. Ma femme s'appelle Maurice, sorti en 2002, est complètement anachronique par exemple. La preuve, ça a été un four, à juste titre car le film est horrible. Mais si Les Visiteurs a aussi bien marché, c'est parce que c'est l'addition parfaite de tout ce qui fait la force des comédies franco-françaises. Le public et les goûts ont changé. Pas Poiré. C'est ce que j'aime bien chez lui.

“Le public et les goûts ont changé. Pas Poiré. C'est ce que j'aime bien chez lui”

Quels sont les symptômes les plus troublants de ton addiction ?

Ça m'est arrivé d'organiser des soirées dédiées à Jean-Marie Poiré avec mes copains, à mater plusieurs de ses films à la suite. On s'envoie des messages codés, on se partage la moindre info ou photo du type. J'ai acheté une sorte d'intégrale DVD dans un magasin d'occase. Quand L'opération Corned Beef — mon préféré bien que méconnu, un brouillon du trio Reno-Clavier-Lemercier, tous les trois en roue libre — passe à la télé, je le mate. J'ai une propension à citer les répliques des films, à militer pour une réhabilitation des Anges gardiens, sorte d'hommage de Poiré au cinéma hongkongais et à John Woo. Et aussi à suranalyser son œuvre pour la rendre intelligente et sensée, comme je le fais là.

Je suppose que tu vas forcément allez voir Les Visiteurs 3 et ne pas écouter les mauvaises critiques. En attends-tu vraiment quelque chose ?

Absolument pas, je vais même trouver ça nul, j'en suis sûr. Mais je suis super excité. Surtout de le voir avec mes deux autres potes fans de Poiré comme moi. Et de voir quelles énormités Clavier a écrit. Mais ce qui m'excite le plus, c'est de voir comment Poiré s'est débrouillé avec la réalisation et surtout le montage. Ce type est fou et ses films, surtout à partir des Visiteurs, devraient être étudiés dans les écoles de cinéma comme des exemples, parfois, à ne pas suivre. Je suis fasciné par la séquence à travers les yeux du lapin dans Le Père Noël est une ordure. Trente quatre ans après sa sortie, je ne pige toujours pas cette scène. C'est le pire monteur de l'histoire.
Les anges gardiens est une catastrophe, c'est coupé à la hache et monté à la truelle, rempli de faux raccords, de plans larges enchaînés avec des plans serrés, de plot holes, de changement de focales, c'est super cut, avec pas un plan de plus de deux secondes, c'est hallucinant. Mais c'est tellement sincère, foutraque que ça en devient vraiment sympathique. Il s'est calmé dans Les Visiteurs 2 qui est quand même pas mal énervé. J'ai lu que pour le 3, il a bossé avec un monteur mais a aussi travaillé de chez lui, sur son ordi. Le Monde parle de « gros plans déformants », j'ai vraiment hâte de voir ça. C'est la vraie touche Poiré.

“Jean-Marie Poiré est le pire monteur de l'histoire”

Selon toi, quel est le meilleur volet des Visiteurs ?

C'est évidemment le premier, un chef-d'œuvre de la comédie française, vraiment : la synthèse de ce que la comédie française pouvait fournir jusqu'à là. Y a tout : une idée drôle, des dialogues super ciselés et remplis de trouvailles (si les gens les récitent encore, c'est qu'il y a une raison). Les numéros d'acteurs sont incroyables : Clavier est habité, Reno surjoue tellement que ça en est génial et Lemercier est formidable. J'aurais du mal à trouver une scène préférée tellement chaque moment me fait jubiler à chaque fois que je le revois. J'aime vraiment tout le début, quand ça se passe au Moyen-Âge. L'utilisation du vieux français est uniquement là pour raconter des grosses conneries, un prétexte. C'est drôle, simplement drôle. Et puis, quand ils arrivent en 1993, le film se retourne : c'est Valérie Lemercier, Isabelle Nanty ou Christian Bujeau qui volent la vedette. Nanty et Lemercier sont toutes les deux parfaites. Je pourrais citer un million de répliques connues comme plus confidentielles. Les moments de quiproquo sont peut-être les plus drôles. Si je me mets à détailler, on est encore là demain.


Jean-Marie Poiré collectionne les casquettes de sports US

Que penses-tu de l'adaptation américaine des Visiteurs qui a visiblement été un bide gigantesque ?

Le film est évidemment une catastrophe. C'est édulcoré, les situations sont bêtes, rien ne fonctionne. C'est normal. Mais il y a une anecdote que j'aime beaucoup : pour son passage aux Etats-Unis, Jean-Marie Poiré s'est embrouillé avec le studio de production. Il a donc changé son nom pour Jean-Marie Gaubert. C'est du génie. Le mec fait son premier film aux USA, il est une star en France, il change son nom déjà bien franchouillard pour un patronyme encore plus français et il tourne une histoire avec un personnage qui s'appelle Jean le Pâté. C'est fou. Il a d'ailleurs renié ce film. C'est le lot de tous les grands cinéastes ! Ce type est un punk. Dans les années 1970, il a d'ailleurs joué dans les Frenchies, un groupe de glam qui était pote avec les Pretenders.

Comment parvient-on à convaincre ses potes que Jean-Marie Poiré est un « génie incompris » ?

On ne les convainc pas, c'est une intuition innée. Non, sans rire, j'ai arrêté d'essayer de convaincre. Je suis entièrement conscient qu'il a une tendance à foirer ce qu'il fait : Les anges gardiens est super dur à regarder et à comprendre, Ma femme s'appelle Maurice est une cata. Mais il se dégage quelque chose de sympa de ce type et de ses films. C'est un artisan : il trouve les idées, coécrit, monte, joue des petits rôles... Je ne suis pas du tout dans le trip « c'était mieux avant », mais mater un Poiré, finalement, c'est comme prendre une machine à voyager dans le temps et se rappeler comment on faisait de bonnes comédies en France avant.


Propos recueillis par François Chevalier

]]>
<![CDATA[SHOPPING / Paname Jungle - Mpy Was Here X Wrung]]> <![CDATA[FRAIS / Air Max Day : Courir et Nike vous offrent une paire miniature en édition limitée]]> Il y a 29 ans Nike et le designer Tinker Hatfield inventaient la Air Max, laissant pour la première fois apparaître la technologie Air jusqu'ici cachée dans la semelle, en s'inspirant de l'architecture de Beaubourg pour créer cette cage transparente désormais mythique.

Depuis cette date chaque 26 Mars est une célébration sous le signe du Air Max Day, avec des releases dédiées et pour l'occasion Courir et Nike s'associent afin d'offrir aux plus rapides une miniature de la classique AM BW OG ainsi que de la toute dernière AM ZERO.



Ce collectible en édition limitée fait handmade en Hollande sera offert aux premières commandes en ligne.

Tous les détails sont à retrouver sur le site de Courir, joyeux Air Max Day à tous !

]]>
<![CDATA[FRAIS / Supreme Paris : les 6 produits exclusifs qui vont s'arracher en boutique]]> A l'attention des courageux qui se trouvent dans l'immense file d'attente rue des Archives. Street Tease Mag s'est procuré la liste des produits les plus courus de la marque fondée par James Jebbia en 1994. Autant savoir à quoi vous attendre...

Ce papier est évidemment un hoax. Allez, on vous aime bien les gars.

]]>
<![CDATA[FRAIS / Tu sais que tu préfères le basket FIBA à la NBA quand...]]> Les trente commandements du baller fan de basket FIBA.

- Tu as chialé le jour où Drazen Petrovic est mort, le 7 juin 1993. Et chaque année, au moment de l'anniversaire de sa mort, tu as un pincement au cœur. Saloperie de camion !
- Tu espérais secrètement que la Croatie allait taper les ricains aux JO de 1992.
- Tu vénères le Jugoplastika Split triple vainqueur de l'Euroligue (1989, 1990 et 1991) coaché par Bozidar Maljkovic et drivé par Toni Kukoc. Sans oublier Dino Radja, Zan Tabak… Sans doute l'équipe européenne la plus dominante jamais constituée.
- Tu estimes, à juste titre, que Once Brothers est le plus grand documentaire de l'histoire du basket-ball. Certes produit par la chaîne américaine ESPN.
- Tu rêves d'assister à un derby serbe Partizan - Étoile Rouge à Belgrade, dans la bouillante Pionir Arena. D'une manière générale, tu préfères les ambiances survoltées des salles européennes.
- Tu considères que la finale des JO de Pékin en 2008 entre Team USA et l'Espagne est sans aucun doute le plus beau match de basket de l'histoire de ce sport, dans un contexte FIBA.

- Tu trouves inadmissible que les coaches européens ne soient pas plus représentés et respectés en NBA. Un Zeljko Obradovic et ses 8 titres d'Euroligue avec 4 clubs différents, ça compte pour du beurre ? Lire le bon papier de Basket USA à ce sujet.
- Tu ne supportes plus les quadruples pas de Lebron James. Le mec s'entraîne avec Claude Onesta ou bien ?
- Tu as sauté de ton canapé le jour où Dejan Bodiroga a humilié Carmelo Anthony. D'ailleurs, tu considères qu'il est beaucoup trop mal classé dans la liste Hoops Hype des 25 meilleurs joueurs européens de l'histoire. Dans tous les cas, l'inventeur de l'Eurostep était bien trop fort.
- Tu trouves insupportable ce syndrome qu'on la plupart des commentateurs américains d'analyser la carrière d'un joueur européen uniquement au travers de son éventuel vécu NBA. « The former player of the Utah Jazz... ». Quel mépris. Hey mec, si le gars était déjà une star en Europe, fais ton job, renseigne-toi !
- Tu as bien rigolé quand les Américains ont compris, sur le tard, que le basket était un sport global. En 2002, à Indianapolis, une Team USA composée uniquement de joueurs NBA et non des moindres (Paul Pierce, Baron Davis, Jermaine O' Neal, Reggie Miller, Ben Wallace, Shawn Marion…) a été corrigée par l'Argentine, la Serbie et l'Espagne sur son propre territoire.
- Tu sais très bien que David Stern a profité de l'aubaine pour favoriser l'internationalisation de la NBA : un concept marketing lui permettant de vendre ses droits TV à la terre entière et de renforcer la plus grande ligue de basket (au détriment de l'Euroligue qui perd ses meilleurs éléments).
- Tu as hurlé devant ta télé quand Team USA a été grecquifiée en demi-finale des Championnats du Monde 2006.

- Tu sais que le Brésilien Oscar Schmidt est le meilleur marqueur de l'histoire du basket avec 49 703 points, loin devant Kareem Abdul-Jabbar et ses 38 387 points inscrits en NBA.
- Tu sais que Sabonis a martyrisé plusieurs fois David Robinson dans un contexte FIBA, aux JO de Seoul et à Barcelone.
- Tu rêves de remonter le temps pour que la grande équipe de Yougoslavie unifiée (Divac, Savic, Paspalj, Petrovic, Radja, Kukoc, Zdovc…) affronte la Dream Team américaine aux JO de Barcelone. Le légendaire coach serbe Dusan Ivkovic pense d'ailleurs très sérieusement que son équipe aurait eu toutes ses chances, notamment en raison de son vécu collectif.
- Tu prends vachement plus de plaisir à regarder un match d'Euroligue qu'un match de saison régulière en NBA. On va pas se mentir : la NBA, en dehors des playoffs et des matches des Spurs, c'est chiant hein ?
- Tu estimes qu'Hervé Dubuisson aurait du légitimement être le premier Français à fouler les parquets de la grande ligue US.
- Tu admires l'académie de jeu du basket serbe basée sur les fondamentaux.
- Ta sélection internationale préférée des années 2000 est l'équipe d'Argentine de Ginobili, Scola, Nocioni, Sanchez, Oberto… sacrée aux JO d'Athènes, en 2004. Leur passing game était une pure merveille de basket collectif.

- Tu sais placer sur une carte les villes de Kaunas, Bologne, Riga, Novo Mesto, Wroclaw, Patras…
- Tu sais épeler à la lettre des noms aussi farfelus que Panayiótis Fasoúlas, Šarūnas Jasikevičius, Níkos Gális, Igor Koudeline, Dino Meneghin, Pedrag Danilovic…
- Tu sais bien que Limoges est le plus grand club de basket français.
- Tu es favorable à une formule du All Star Game NBA qui opposerait les joueurs internationaux aux Américains. D'ailleurs, un seul Européen au ASG cette année, c'est une blague les gars ? Dans tous les cas, ce match est devenu une mascarade depuis que ça ne défend plus.
- Tu DÉTESTES le jeu de Russell Westbrook, (presque) autant que les Français détestent les Espagnols.
- Tu n'aimes pas le jeu en isolation.
- Tu sais que le basket, c'est d'abord un jeu collectif et tu valides cet adage : « La meilleure attaque, c'est la défense ».
- Tu aimes les « bonnes vieilles défenses de zone »
- Tu sais que malgré l'immense savoir-faire marketing de la NBA, Adam Silver ne pourra jamais acheter le romantisme absolu du basket FIBA.
- Tu sais que même si ça fait mal de le dire, tu as l'obligation d'admettre que les Américains sont les plus forts à ce jeu.


Texte par François Chevalier

]]>
<![CDATA[FRAIS / Tampon! : “Max Guazzini et Patrick Sébastien ont cassé les codes du rugby-cassoulet”]]> En plein tournoi des VI Nations, le magazine So Foot publie un hors série dédié au ballon ovale. L'occasion d'interroger le rédacteur en chef Alexandre Pedro sur les choix éditoriaux de ce second numéro au sommaire plutôt alléchant.

Après Pédale, So Foot lance un HS sur le rugby. Pourquoi l'ovalie ? Parce que comme le vélo, c'est un sport qui fourmille d'histoires hors du commun ?
On s’était essayé au rugby une première fois en 2007 avant la Coupe du monde, avec une sorte de petit hors-série incorporé dans So Foot. On a été très originaux avec Chabal en couv’. Curieusement, on nous en reparlait souvent et l’idée traînait dans les cartons. Notre nouveau directeur, Eric Karnbauer, est un fan de rugby aussi (comme tous les directeurs) et a porté le projet. Le rugby est sans doute le sport le plus suivi médiatiquement après le foot, mais on s’est dit qu’il y avait un espace pour un mag qui apporte un regard plus décalé, distancié, avec de la tendresse mais aussi de la critique. Un mag pour ceux qui aiment ou ont aimés le rugby. Après des histoires, il y en a dans tous les sports je pense. Je suis sûr qu’on pourrait aussi en trouver dans le saut à ski ou en tir à l’arc. Peut-être pas de là à produire un numéro par an…

Novès est un type capable de bouffer le cerveau de ses joueurs

On ne va pas spoiler tout le numéro 2 mais le choix de mettre Novès en couverture était une évidence, avec le tournoi. En quoi se démarque-t-il fondamentalement de PSA dans son management ?
Déjà par son palmarès. Quand tu as gagné dix boucliers de Brennus et quatre H Cup, les joueurs sont obligés de te respecter. Après, Novès est un type capable de bouffer le cerveau de ses joueurs, il est très fort dans ce rôle de manager. Pour avoir passé quatre heures avec lui, je me suis rendu compte du charisme du personnage, voire de sa folie. Et je crois qu’on en a besoin. Je pense qu’un Gatlhié connaît aussi bien le rugby que lui, mais humainement il ne fédère pas ou pas longtemps. Et puis Novès est un roi de la communication. On ne sait jamais s’il est sérieux ou s’il se fout du monde, mais il est très fort pour bluffer. Je ne sais pas si c’est voulu, mais je me marre quand je l’entends alors que tu avais l’impression que Saint-André venait annoncer la mort de son chien à chaque conférence de presse.

A lire aussi : Pedale! : “Pour Lance Armstrong, on s'est demandé à quel moment Anakin devient Dark Vador”

Un autre sujet retient particulièrement notre attention, celui sur le stade Français des années Guazzini. On découvre un paquet d'anecdotes, notamment sur les méthodes peu orthodoxes de Laporte, alors jeune entraineur d'un club à l'ascension éclair. Objectivement, c'était un grand malade ?
La vie de Guazzini aussi est une folie. On parle d’un type qui dit avoir fait le séminaire, puis est devenu chanteur, secrétaire particulier de Dalida, avocat et numéro 2 de NRJ. Forcément, il a choisi des fous comme lui et à ce niveau, Laporte se pose là. Je n’ai pas une tendresse particulière pour l’homme, mais l’entraîneur force le respect. Il a pris une équipe composée de types dont plus personne ne voulait, des cas sociaux comme Serge Simon (qui parle d’une « galerie de monstres »), Vincent Moscato… et a été champion dès sa première année. Idem à Toulon. Il se ridiculise dans cette affaire de rachat du Stade Français par une fondation canadienne bidon et rebondit au RCT avec un autre malade, Mourad Boudjellal. Et là où PSA avait échoué, lui gagne tout. S’il devient président de la FFR, je suis assez impatient de voir sa cohabitation avec Novès.

L’impression que Saint-André venait annoncer la mort de son chien à chaque conférence de presse

Dans le même numéro, l'entretien avec Titou Lamaison fait écho à Guazzini puisqu'il y est question de Patrick Sébastien, un autre président de club pas mal attiré par les paillettes. Ces deux hommes ont-il changé le rugby ?
Guazzini et Sébastien ont cassé les codes du rugby-cassoulet, le côté bourgeois radical-socialiste. Ils avaient envie de choquer les bourgeois, chacun dans leur style. Je n’étais pas forcément un grand fan des shows de Guazzini au Stade de France, mais il tentait. Je préfère ça à ces présidents de Ligue 1 par exemple dont le seul objectif est d’avoir un budget en équilibre. Sébastien et lui n’ont pas construit dans la durée, mais ils ont gagné et au moins on s’est bien marré.

Un peu déçu de ne pas trouver de rubrique « baston » dans ce numéro. Néanmoins, vous évoquez avec Lamaison la fameuse bagarre entre Brive et Pontypridd. Avec les nouvelles règles, un tel scénario ne pourrait plus avoir lieu aujourd'hui ?
Dans le premier Tampon, on consacrait un dossier à la baston en expliquant qu’elle tendait à disparaître des terrains. Avant, il y avait des rivalités de clochers, quand un Narbonnais rencontrait un mec de Béziers, tu savais que ça allait partir en vrille au premier regroupement. Aujourd’hui, les joueurs viennent et s’en vont dans les clubs et la vidéo est là pour moucharder. J’aimais bien ce folklore – très français d’ailleurs – avec des mecs qui se mettent dessus et ne savent pas trop pourquoi. Je te rassure, je pense qu’on aura l’occasion d’en reparler dans un prochain numéro.

Allez, on se mouille un peu. Votre pronostic pour le tournoi des 6 Nations ?
Après le match nul entre les Gallois et les Irlandais, je vois bien l’Angleterre. Bien sûr, j’espère me tromper.

Tampon! - Hors série So Foot numéro 2. 6,50€. Le sommaire complet.


Propos recueillis par François Chevalier

]]>
<![CDATA[SHOPPING / Rookie]]> <![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / WRUNG X NOVA DEAD]]> Depuis bientôt 2 piges Wrung donne vie à son pendant artistique via le slogan Just Do Art et s’associe cette fois à l’artiste Nova Dead pour un mur en hommage à Paris, peint du côté de Cologne.

Nova Dead est un writer membre des Vltra Boyz et un artiste autodidacte nourri aux comics. Fou de cosmos et des lois de l’univers tout autant que par les anciennes traditions africaines des tribus Dogon et Mongo (ses racines) sa peinture exprime mouvement, vitesse et dynamisme sous une bonne couche d'espace ­temps rétro­futuriste.

A l’instar des Futuristes et proche des Rayonnistes (du nom de la théorie formulée en 1912 et mise en pratique par Michel Larionov et son épouse Nathalie Gontcharova), Nova Dead fait surgir la vie de sa peinture en rendant visibles les vibrations sans cesse en émulation qui lient un sujet à son milieu. Un processus pictural donnant à voir les représentations de l’espace et de la vitesse hors du schéma traditionnel du temps.



]]>
<![CDATA[FRAIS / David Bowie en quatorze chefs d'œuvre, pour l'éternité]]> Tout au long de sa carrière, il n'a cessé de se réinventer et de combattre les préjugés. David Bowie, décédé le 10 janvier 2016, incarnait la modernité. Il laissera une empreinte indélébile sur la musique, et même au delà. Voici treize morceaux pour s'en convaincre.


]]>
<![CDATA[FRAIS / Heavy Metal : ces groupes des années 1980 qui ont révolutionné l'histoire du look]]> A tort ou à raison, les heavy métalleux de Guns N' Roses vont se reformer cette année à Coachella. C'est un bon timing pour replonger dans l'âge d'or de ce courant dissident du hard rock : les années 1980. Une époque où tout, absolument tout était permis. Surtout en matière d'excès vestimentaires.

Def Leppard

Notre source d'inspiration pour ce top. Au milieu, sans doute le bas de pyjama le plus fou de toute l'histoire du textile. On vous épargne l'analyse capillaire.

Metallica

Lars Ulrich, c'était quand même vachement mieux avant.

Guns N' Roses

20 ans après, des sociologues de la mode tentent encore de décrypter le look d'Axl Rose. En vain.

Motley Crüe

On parle sans cesse de Tommy Lee et de sa sex tape avec Pamela Anderson. Mais on oublie l'essentiel...

Aerosmith

A gauche, le fondateur de la Maison Claude Dalle, à Paris.

Deep Purple

Dans ce groupe, il y a des mecs qui ont triché.

Iron Maiden

Au grand dam de leur manager, ces Anglais ont toujours explosé le budget coiffeur.

Van Halen

Ils ont tenté une collab avec Jean-Charles de Castelbajac et Mondrian. Un demi-échec.

Judas Priest

Le featuring avec Village People a foiré.


Bonus

Nous dédions ce top à Gaspard Augé.


Sélection par François Chevalier

]]>
<![CDATA[FRAIS / Lemmy : “J'avais le choix entre le rock et le mariage. Tu comprends pourquoi je suis pas marié ?”]]> Suite au décès de Lemmy, à l'âge de 70 ans, nous republions notre article à propos du documentaire qui lui était consacré, en 2010.

Si vous demandez à un passionné de metal quel est selon lui le parrain du Heavy Metal, il y a de grandes chances qu'il vous réponde Lemmy Kilmister. Et pour cause. A 65 ans, le leader inoxydable de Motorhead est toujours dans le circuit. Chaque concert est irrémédiablement sold out, la légende est tenace. Les spécialistes vont même plus loin. Si Motorhead n'avait pas existé, le big 4 Slayer - Megadeth - Anthrax - Metallica n'aurait sans doute pas vu le jour. Ajoutons à cette liste Black Sabbath, c'est Ozzy qui le dit.

Des actions chez Jack Da

Pourquoi cette news subite sur Lemmy ? Tout simplement parce qu'un duo de journalistes s'est intéressé au personnage et lui a consacré un documentaire de 2 heures. Nul besoin d'avoir les cheveux longs et des ceintures à clous pour apprécier le truc. Au delà de la musique, reléguée ici au second plan, il s'agit de savoir si le mec mérite son titre de légende ou pas. Fans, rassurez-vous. Il est hors catégorie. Tout au long du film, les anecdotes pleuvent et Lemmy démontre qu'il ne triche pas.

Première information de taille. Lemmy dément avoir couché avec 2000 femmes. Il se justifie : « 1000 tout au plus. J'ai 63 ans, ça fait pas tant que ça par an... ». Son secret de longévité ? L'héroïne, la seule dope qu'il n'a jamais testé. Son lifestyle ? Il aurait les moyens de vivre à Beverly Hills, il préfère payer 900 $ de loyer à proximité de Sunset Boulevard pour se rendre le plus régulièrement possible dans son bar préféré, commander des Jack Da au comptoir et défoncer les records au flipper. Sa passion ? Collectionner des armes allemandes de la seconde guerre mondiale. Raciste ? « Tu plaisantes mec, je me suis tapé au moins 6 black dans ma vie. » Le dimanche, il fait des tours de tank tchèque à la campagne, en uniforme. Le reste du temps, il est en tournée 7 mois par an. « Tu comprends pourquoi je suis pas marié ? J'avais le choix entre le rock et le mariage...»

« Hey Lemmy, tu connais les mecs de The Darkness ? »

Tout au long du film, c'est le Hall of Fame du rock qui défile pour dire du bien du bonhomme. Mention spéciale à son pote (ex-batteur de Nirvana) Dave Grohl qui pourrait rédiger sa bio. Il raconte comment un soir, ils ont massacré les mecs de The Darkness car le chanteur avait dit du mal de Lemmy. Le leader des Foo Fighters s'était éclipsé, faisant mine d'aller aux toilettes pour téléphoner à Mister Kilmister... « Hey Lemmy, tu connais les mecs de The Darkness ? »
Pendant que James Hetfield entame son énième thérapie, Lemmy enregistre son 25ème album studio. Quand Keith Richards fait escale à Paris dans un palace, "The Hammer" (en référence au son de sa basse) se fait fabriquer ses bottes sur mesure et a le même look depuis 40 ans. Son groupe préféré ? Les Beatles bien sur. Qui a le plus sa place au panthéon du rock selon vous ? Chacun sa définition.

Article initialement publié le 23 novembre 2010.


]]>
<![CDATA[FRAIS / Rétro de l'année : nos 10 photographes préférés en 2015]]> Des séries mode d'Angeline Moizard au reportage d'Alexis Pazoumian et Baptiste Glorion sur le culturisme naturel, en passant par ce coquin d'Arthur Castillon, voici les dix photographes qu'il ne fallait pas rater en 2015.

Baptiste Glorion et Alexis Pazoumian

Le duo de photographes a shooté le championnat de France de culturisme naturel, en accompagnant les athlètes des qualifications jusqu'aux phases finales. Voir la série

Grégoire Korganow

Le photographe présente une série de clichés réalisée dans une vingtaine d'établissements pénitenciers. Le fruit d'un travail effectué entre 2011 et 2014, sur le thème de l’enfermement en France. Voir la série

Angeline Moizard

La photographe réalise des séries mode pour Street Tease Mag. Inutile de vous dire que l'on apprécie grandement son travail. Voir le shoot

Adrian Skenderovic

Baptisé Down The River, ce projet photographique consiste à shooter en « top shot » (prise de vue verticale) les touristes sur les bateaux mouches parisiens. Voir la série

Simon Betite

Photographe habitué de notre rubrique Shopping. Il est l'auteur de plusieurs séries hautement recommandables intitulées SB journals. Voir le shoot

Laurent Abadjian

Quotidiennement, ce vélotafeur à la recherche de la lumière parfaite fait un stop sur le pont de Tolbiac à Paris, pour shooter le même paysage. Lire notre entretien

Arthur Castillon

Le travail de ce petit coquin de photographe ne nous laisse pas insensible. Lire l'article

Gilles Elie Cohen

Dans les années 1980, le photographe fut le témoin privilégié de la naissance des Vikings et des Blacks Panthers, deux bandes qui s'affrontèrent, sur fond de rivalité pour la conquête de certains quartiers parisiens, notamment au nord de la capitale. Voir la série

Shaun Swick

Chaque jour ou presque, l'Américain Shaun Swick photographie un panier de basket et le poste sur un compte Instagram dédié. Telle est la ligne éditoriale claire et précise de “Neighborhoops”. Une certaine idée du rêve américain en format carré. Lire l'article


]]>
<![CDATA[REVUES / DIY, artisanat et intégrité - les labels indépendants organisent la résistance]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / De IAM à PNL - pourquoi le rap français n'était pas forcément mieux avant]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[SHOPPING / SB Journals #3 Lou]]> <![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Teahupo'o, Du Ciel]]> Filmed by Eric Sterman & Brent Bielmann
Produced by Peter Taras
Edited by Sean Benik
Music by Brigitte Fontaine "Le Goudron"

]]>
<![CDATA[SHOPPING / Heatwave]]> <![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Amaro and Walden's Joyride]]> Les mecs de The Line on du talent !
Attention, un petit peu NSFW aussi.

Le making of lui est sur thelineanimation.com/amaroandwaldensjoyride/.
Téléchargez le track contre un like ou un follow sur amaroandwalden.com.

]]>
<![CDATA[SHOPPING / Lisa]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sperry Top Sider x Velour By Nostalgi / 2015-07-01]]> <![CDATA[SHOPPING / Flavor]]> <![CDATA[SHOPPING / Walk By]]> <![CDATA[STREET LIFE / Nike Football X - Palais de Tokyo / 2015-05-15]]> <![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Shoes Up #46 se la joue Flowers]]> Shoes-Up vient de sortir son 46ème numéro sous le thème Flowers.
Après deux étés foireux plus personne n'a de patience et cette année nous porterons le soleil sur nous, à défaut de l'avoir au dessus de nos têtes. La proposition est unanime et illustrée par un symbole qui, s’il a toujours égayé les collections summer, prend cette saison un caractère franchement omniprésent : les fleurs.

L’artiste Micheal De Feo, alias The Flower Guy, le writer originaire de Rio Marcelo Ment ou encore l'illustrateur français Jean Julien sont entre autres à découvrir.

Le magazine est déjà dispo en kiosque ou à commander en ligne.



]]>
<![CDATA[SHOPPING / Typhaine]]> <![CDATA[REVUES / Arnaud Fraisse - “Teki Latex va m’étriper mais pour moi, Stromae est un enfant de l’esprit TTC”]]> Alors pourquoi tant de « lose » ? L'éclairage d'Arnaud Fraisse, journaliste spécialiste du rap français.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[SHOPPING / SB Journals #2 Camille]]> <![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Antichambre lance son mini-festival]]> Projet musical intimiste où contact et détente sont privilégiés, Antichambre c'est avant tout une mise en lumière qui porte bien son nom pour ses artistes, comme si ce projet représentait l’antichambre qui leur permettrait de passer de l’ombre à la lumière.

En les accompagnant et en proposant des évènements en adéquation avec leurs univers respectifs, le projet se veut plus qu'une simple plateforme et le concept est simple : permettre au public de découvrir de nouveaux artistes dans une ambiance toujours décontractée.

C'est dans cette démarche de découverte qu'Antichambre lance la 1ère édition de son mini-festival les 9 et 10 avril prochains dans deux lieux de la capitale, le Monseigneur et les Etoiles.



Côté house, on retrouvera le roumain Rhadow, Mad Rey et Ségur (rookie de la scène house parisienne); côté techno le quatuor Cotton Clawen en profitera pour faire la release party de son premier LP accompagné d’Hofbahn (duo signé sur le label de Jennifer Cardini).
Vous retrouverez bien entendu le roster d’Antichambre, Solal Reyes, Axlr, CHVT et Sylvain pour des sonorités deep, techno et house.



Un festival tout ce qu’il y a de plus abordable puisque l’entrée pour les deux soirées n’excède pas 10 euros… Il est conseillé de venir tôt pour pouvoir en profiter comme il se doit. L'antichambre est ouverte.

]]>
<![CDATA[REVUES / Hirmane aka The Dwichtorialist - “Il y a 10 ans, la culture street food n'existait pas en France”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[SHOPPING / Rachel]]> <![CDATA[BLOGS / Take Away : le blog des cuisines de rue / Boulangerie BO]]>


C'est le nouveau spot des amateurs de bon pain, (et croyez-moi, j'en suis un), à deux baguettes du marché d'Aligre.

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Vernissage expo sonore Wrung x Gerz]]> Le 19 Mars avait lieu ma première expo Parisienne à la galerie Wrung, pour l'occasion chaque toile / cadre était accompagnée d'un morceau composé pour le visuel ou l'inverse un visuel pour un morceau. Merci beaucoup à Tex, Sandrine, Alexis, Eric pour l'invitation et l'organisation merci aussi à tous les gens qui sont passés au vernissage, l'expo reste visible jusqu'au 11 Avril.

Gerz

On March 19th was my first Parisian exhibition at the Wrung gallery. Each drawing and canvas were accompagnied by a musical piece I composed. Thanks to Sandrine, Tex and Alexis and Eric for the invitation and the organization. And thanks to the many people who came to the opening. The exhibition is open until the April 11.

Gerz

Lire la suite...

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Hustla - Daytona]]> Huitième extrait du tant attendu Ascenseur Émotionnel des gars de Hustla (Grems et Le Jouage) avec ce track 100% Jouagy.
Le LP sortira le 27 Avril prochain et les dudes continuent de nous offrir un clip par semaine pour dessiner les contours d'un projet qui s'avère passionnant.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Le blog de GERZ / Expo Gerz X Wrung]]>

• GERZ est un artiste qui navigue depuis toujours entre musique et art graphique . Après une école de dessin publicitaire, il se tourne vers la musique en tant que DJ sous le nom de Dj Géro et gagne la battle DMC France en 2002 et devient champion de France en 2003 et 2004. Pendant dix ans, il tourne partout en France et dans le monde et sort des cd mixés dont le très remarqué " 7 3/8 ".

• DJ pour le rap français, il collabore avec Triptik ,Orelsan , Grems , Rouge a Lèvres ou encore Gerard Baste. Il est également producteur pour des synchro de publicités. Il y a 5 ans, il renoue avec ses premiers amours et se remet au dessin et graffiti avec son crew TER , il décide de changer de nom pour regrouper musique et art graphique sous la même enseigne "Gerz" afin d'illustrer en couleur ses productions musicales et ainsi créer une dynamique autour de son art.

► GERZ @ GALERIE WRUNG

• Fidèle à son état d'esprit #justdoart, toujours à la recherche de nouveautés et de partages créatifs, WRUNG a donc le plaisir d'inviter GERZ pour une exposition insolite du 19 mars au 11 avril 2015.

• En effet, l'exposition qui se dévoilera au public sera une exposition sonore ! Chaque toile présentée a été associée à un track, qui a permis sa création, et que l'artiste a remixé ensuite. Stimulant les sens de chacun, le concept de GERZ pour la Galerie Wrung permettra à tous de mieux appréhender l'univers graphique, coloré, et rempli de dynamisme de l'artiste, les courbes et les formes, et plus globalement l'émotion transmise dans la réalisation des oeuvres.

]]>
<![CDATA[BLOGS / souslesdropics / PHOTOGRAPHIE / ON DIT BONJOUR / NOUVEAU SITE]]> Autopromo:

Ce post pour annoncer la mise en ligne de mon travail de photo, compilé, trié et réuni dans un seul et même espace. Des portraits, une selection des "daily" et autres curiosités croisées dans la rue, des bijoux, des paysages, et les séries au moyen format.

Extrait de la série À demi transparente



Extrait de la série Cold Luberon



Tumblr et Instagram restent mes daily, dans lesquels je continue à poster "sans filtre".


]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Hustla - Casino Royale]]> Le duo Hustla composé de Grems et Le Jouage poursuivent leur marathon clipé avec ce septième extrait de leur LP Ascenseur Émotionnel à paraître le 27 Avril prochain.

J'paie les taxes, j'paie pour tous ces rats, j'paie l'État.



]]>
<![CDATA[REVUES / Tim Moreau - “Les pionniers du Baltimore Club voulaient faire danser les gamins des quartiers”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / D-BangerZ dévoile son nouveau clip]]> Le groupe de rap lâche le premier extrait vidéo de son album.

]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / Le clip d'Erevan Tusk donne faim]]> Les dudes d'Erevan Tusk viennent de sortir Growing, sortent de balade estivale en famille version The Walking Dead. Extrait de leur EP éponyme, le track prouve que les enfants ont des goûts simple, un pic-nic au bords de la mer et une surprise, le tour est joué. Bon ap.






]]>
<![CDATA[BLOGS / Internet Explorer : la revue du WEB / NBA : LaVine survole le concours de dunks]]> L'épreuve du Slam Dunk Contest était en perte de vitesse. On pensait avoir tout vu. C'était sans compter Zach LaVine, auteur d'une performance digne du jeu vidéo NBA 2K15, ce week-end au All-Star Game New York. Le replay.

]]>
<![CDATA[BLOGS / souslesdropics / AMSTERDAM / GREETINGS FROM / CARTE POSTALE]]> Une nouvelle carte postale, cette fois-ci Amsterdam! Un court aller-retour le temps d'un week-end. Quelques images, les copains, des sourires...

]]>
<![CDATA[REVUES / Ugly Mely - “La Air Max, c'était une paire de racailles !”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[STREET LIFE / It Must Be Feb | Footlocker | Londres / 2015-01-15]]> <![CDATA[REVUES / Mehdi Tahmi, collectionneur - “Je possède plus de 1000 matchs de basket en VHS”]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[REVUES / Orelsan - « Sur Saint-Valentin, je parle de coucher avec des filles consentantes »]]>
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Fred Musa - « Avec Tabata Cash, j'avais le rôle de Difool »]]> Planète Rap sur Skyrock. Rencontre avec cet accroc du micro devenu un défenseur du rap hexagonal. Aujourd'hui en place, l'animateur revient également sur ses débuts à la radio, sa rencontre avec Tabata Cash et ses plantages.
...Lire la revue ]]>
<![CDATA[REVUES / Lio - « Avec Tekilatex, je vis une deuxième jeunesse »]]> ...Lire la revue ]]> <![CDATA[STREET LIFE / Adidas x NBGHD at BlackRainbow / 2014-10-12]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh sur Mer - Narbonne / 2014-07-21]]> <![CDATA[STREET LIFE / Demolition Party / Royal Monceau / 2008-06-26]]> <![CDATA[STREET LIFE / Fegra Session | Biarritz / 2013-07-21]]> <![CDATA[STREET LIFE / Sosh Quik Pro 2013 | Hossegor / 2013-10-10]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Qhuit Party / 2013-07-20]]> <![CDATA[STREET LIFE / Big Festival | Wu Tang / 2013-07-19]]>