Le blog de GERZ

Mon top 5 Film Culte Feat. Tank

par DJ Gero

"THE KING OF NEW YORK":

A sa sortie de prison, Frank White veut reconquérir à tout prix son territoire du Bronx et utilise toutes les méthodes qu'il juge nécessaire. Sur les conseils de son avocat, il finance un hôpital, ce qui lui vaut le titre de "Roi de New York"par la presse. Mais ses méthodes extrêmes vont déclencher les représailles d'un groupe de policiers, mené par Bishop qui est prêt à tout pour avoir la peau de Frank...

Pour moi l'un des meilleur film du genre.Sortit en 90,c'est un très bon Christopher Walken"La Classe"que nous retrouvons dans le rôle de "Frank White".

"DEAD MAN":

Aux environs de 1870, William Blake (Johnny Depp), jeune homme naïf originaire de Cleveland, se rend à Machine, sur la Côte Ouest, pour y prendre un poste de comptable dans l'entreprise de l'irascible Mr. Dickinson (Robert Mitchum). Arrivé là, il apprend que son poste a déjà été pris. Dépité, il passe la nuit chez une ancienne prostituée, Thel. Dans la nuit, l'ancien fiancé de celle-ci et fils de Dickinson réapparait, tue Thel et blesse gravement William Blake. Ce dernier riposte en tuant Dickinson fils, et s'enfuit en volant son cheval. Plus tard, alors qu'un étrange Indien, Nobody (Personne en anglais) (Gary Farmer), persuadé que William Blake est effectivement le poète anglais du même nom, tente de le soigner, Dickinson lance sur lui un trio de tueurs à gages... C'est le début de l'errance de William Blake et Nobody, tous deux reniés par leurs communautés respectives, à travers l'Ouest sauvage.

Du Jim Jarmusch comme on l'aime.Sombre, déroutant et sublime.

"DIKKENEK":

Selon la définition donnée en introduction du film, « Dikkenek » [dikkenek] serait l’expression bruxelloise désignant un « gros cou » (traduction littérale du néerlandais), un vantard, une « grande gueule », un ou une « monsieur ou madame je-sais-tout ». Dans le film, il est incarné notamment par J.C., qui prend un grand plaisir à donner des leçons à toute personne croisant sa route. Le personnage de Claudy Focan interprété par François Damiens est également un dikkenek. Le film se déroule principalement à Bruxelles et en petite partie en Belgique flamande, où l’on suit les mésaventures de J.C (Jean-Luc Couchard), grande gueule, donneur de leçons, petit voleur à l’arrachée, qui veut aider son ami d’enfance Stef (Dominique Pinon) à trouver le grand amour. L’amour que J.C trouvera peut être avec Natacha (Mélanie Laurent), jeune étudiante sans vraies ambitions, qui a eu la malchance de rencontrer Claudy Focan (François Damiens), beauf amateur de peep show, grande gueule, alcoolique, pervers, directeur des abattoirs d’Anderlecht et photographe de charmes à ses heures perdues. Stef trouvera finalement l’amour avec Nadine (Marion Cotillard) amie de Natacha, prof de primaire hystérique, ayant des problèmes avec « la schnouf » (la drogue). Parmi cette palette de personnages on retrouve aussi Laurence (Florence Foresti) la commissaire lesbienne, amatrice d’armes, ou encore Greg, adepte de gros bolides et qui a la malchance de se faire tabasser par J-C, des gamins et par Claudy. Tous seront réunis à l’anniversaire de Fabienne, sœur de Greg qui fête ses 18 ans le 15 août au Zoute.

Du grand n'importe quoi!J'adore!!!

"FENETRE SUR COUR":

Fenêtre sur cour (Rear Window) est un film américain à suspense produit et réalisé par Alfred Hitchcock pour la compagnie Paramount Pictures. Tourné du 23 novembre 1953 au 13 janvier 1954[1] aux studios Paramount à Los Angeles, il est sorti en août 1954 aux États-Unis et le 1er avril 1955 en France. Le film, écrit par John Michael Hayes d'après la nouvelle It Had to Be Murder[2] de Cornell Woolrich (pseudonyme : William Irish), met en scène James Stewart dans le rôle d'un photographe qui, suite à un accident, se retrouve en chaise roulante et passe son temps à observer ses voisins, dont il commence à soupçonner l'un d'eux de meurtre. Grace Kelly joue le rôle de la petite amie de Stewart, Thelma Ritter celui de son infirmière, Wendell Corey un détective, et Raymond Burr le voisin suspect. Le film est considéré par de nombreux spectateurs, critiques et spécialistes du cinéma comme l’un des meilleurs films d'Hitchcock[3]. Il a reçu quatre nominations aux Oscars. Depuis 1997, il figure au National Film Registry, et est cité au 42e rang dans le classement des 100 meilleurs films américains établi en 2007 par l'American Film Institute (édition du 10e anniversaire).

Pour moi l'un des meilleurs Hitchcock.Un suspens constant,un tres bon James Stewart,parfait!

"LES 4 SAISONS D'ESPIGOULE":

"Un film où tout n'est pas vrai mais où rien n'est vraiment faux" Un an de la vie d'un petit village perché dans les collines du Haut-Var, où la caméra suit pas à pas les joies quotidiennes d'une communauté de Provençaux espiègles et chaleureux. Interprété par les habitants du village d'Espigoule, réalisé par un Espigoulais, ce film, à la fois documentaire et fiction, est avant tout une Comédie. Commentaires: Ce film met en scène la ville de Ginasservis, dont est originaire le réalisateur, mélangeant aspects documentaires et fiction. Les scènes du film sont donc en partie écrites, en partie improvisées et en partie « réelles ». Christian Philibert a passé un an à filmer les habitants de la ville entre les étés 1996 et 1997. Le film a été tourné dans la commune de Vinon/Verdon, petit village à dix minutes de Ginasservis.

Un clin d'oeil à mon sud natal.C'est tellement vrais et frais que ça se consomme sans modération.Bonne rigolade!